Tous nos sites et sites référencés

E. Cardio-vasculaire

Mis à jour le 13/08/2010 par SFR

Problème clinique

Examen
Recommandation
[grade]
Commentaires
Dose
E. Cardio-vasculaire
Syndrome coronaire aigu : infarctus du myocarde avec sus décalage persistant de ST


01 E
RT
Indiqué [B]
La radiographie thoracique au lit ne doit pas retarder la prise en charge dans un service spécialisé. Elle permet d'apprécier la silhouette cardiaque, de mettre en évidence un oedème pulmonaire, une tumeur, etc., et d'exclure certaines autres causes de douleur.
I
Coronarographie- angioplastie coronaire
Indiquée [B]
L'angioplastie coronaire primaire est recommandée chez les patients qui peuvent être amenés en salle de cathétérisme en moins de 90 minutes (niveau de preuve [A]). L'angioplastie coronaire de sauvetage est recommandée en cas d'échec de thrombolyse (niveau de preuve [B]).
III
IV
Syndrome coronaire aigu : angor instable et infarctus du myocarde sans sus décalage de ST








02 E

TEMP
Indiqué [B]
La scintigraphie myocardique à l'effort et au repos effectuée au décours d'un syndrome coronaire aigu est indiquée pour le diagnostic (douleur thoracique aiguë sans élévation de troponine ni modification de ST), la stratification du risque et l'évaluation thérapeutique , et particulièrement:
  • pour la localisation de l'ischémie dans le territoire de la « lésion coupable » ou à distance ;
  • pour la mesure de la fonction VG de base (acquisitions couplées à l'ECG) ;
  • pour l'identification de l'étendue et de la sévérité de la maladie coronaire chez les patients ayant une ischémie persistante ou une hibernation myocardique.
II / IV
Coronarographie
Indiqué [B]
Examen de référence pour la détection précise des sténoses sur l'ensemble du lit coronaire. Pré requis pour l'élaboration des stratégies de revascularisation percutanées, et parfois pour l'affirmation du diagnostic. Recommandée chez les patients à haut risque, en fonction de leur stratification clinique, ECG, biologique et/ou scintigraphique.
III / IV
Maladie coronaire chronique et évaluation après infarctus du myocarde
































03 E
RT
Indiqué seulement dans des cas particuliers [B]
Seulement si la symptomatologie s'est modifiée, quand la comparaison avec la radiographie thoracique initiale peut être utile.
I
TEMP
Indiqué [B]
La scintigraphie myocardique de perfusion est appropriée pour déterminer le pronostic/diagnostic, la charge ischémique, l'existence de zones nécrosées et d'une zone ischémique spécifique. Elle permet une étude simultanée de la contraction du VG grâce à la technique d'imagerie couplée à l'ECG. Un test d'effort ou un test pharmacologique peuvent être utilisés en association avec le traceur isotopique. Les applications particulières sont :
  • évaluation à titre pronostique ;
  • rôle diagnostique chez des sujets asymptomatiques ou ayant des douleurs atypiques, et en particulier chez des patients ayant une probabilité pré-test intermédiaire, et/ou chez qui le test d'effort est impossible ou ne permet pas de conclure (en particulier chez le patient diabétique asymptomatique) ;
  • détermination des stratégies de revascularisation ;
  • stratification du risque avant chirurgie extra cardiaque.
L'imagerie de perfusion au repos peut aussi être indiquée (niveau [A]) pour étudier la viabilité myocardique en cas de maladie coronaire chronique, (prédiction d'une éventuelle récupération en cas de dysfonction ventriculaire) et (niveau [B]) pour étudier l'étendue et la sévérité d'un infarctus du myocarde précocement après la phase aiguë.
II / IV
Echo-doppler cardiaque
Indiqué [A]
L'échographie doppler permet l'évaluation de la contraction résiduelle du ventricule gauche, de l'état valvulaire et la détection de complications (insuffisance mitrale, rupture septale). Peut facilement être répétée, en particulier en cas de détérioration clinique ou hémodynamique. C'est la technique la plus utilisée pour l'évaluation de la fonction VG en routine.
L'échographie avec perfusion de dobutamine permet une évaluation de la viabilité (niveau de preuve [B]).
0
Coronarographie
Indiqué [B]
Examen de référence actuellement disponible pour la détection précise des sténoses sur l'ensemble du lit coronaire. Pré- requis pour les stratégies interventionnelles et parfois pour affirmer le diagnostic.
III / IV
Scintigraphie
Indiqué
[B]
La scintigraphie des cavités cardiaques est l'examen de référence pour la quantification de la fonction globale du ventricule gauche (VG). Permet d'étudier les fonctions du ventricule droit et du ventricule gauche après infarctus.
II / III
IRM
Examen spécialisé [B]
L'IRM fournit des informations sur la taille de l'infarctus, la fonction ventriculaire et la viabilité.
0
TEP
Examen spécialisé [B]
L'étude de la viabilité est également une indication courante de la tomographie par émission de positons (TEP) au 18FDG, en particulier quand les résultats des autres examens (scintigraphie de perfusion, échographie de stress, IRM) ne permettent pas de conclure.
III / IV
Aggravation clinique après infarctus du myocarde.
04 E
Echo-doppler cardiaque
Indiqué [B]
L'échocardiographie doppler peut montrer des complications curables (rupture septale, rupture papillaire, anévrisme, etc.).
0
RT
Indiqué [B]
I
Douleur thoracique par dissection aortique aiguë











05 E
RT
Indiqué [B]
Principalement pour exclure d'autres causes, rarement diagnostique, la radiographie thoracique ne doit pas faire perdre du temps dans la prise en charge.
I
TDM
Indiqué [B]
La TDM, sans et avec injection de produit de contraste, est la technique la plus fiable et la plus accessible.
III
IRM
Examen spécialisé [B]
L'IRM est une technique très performante mais des difficultés pratiques peuvent en limiter les potentialités (accessibilité en urgence, surveillance du patient dans l'aimant). Les indications se feront en fonction des disponibilités de chaque site.
0
ETO
Indiqué [B]
L'échographie trans-oesophagienne, si accessible en urgence en centre spécialisé, est utile et sensible pour le diagnostic sauf pour l'étude de l'arche et des complications abdominales où la TDM est supérieure. Elle est préconisée pour les patients instables ou en pré-opératoire immédiat.
0
Angio
Non indiqué initialement [B]
Parfois l'artériographie garde son importance, notamment dans un bilan pré-thérapeutique des complications au niveau de l'aorte descendante (syndrome de malperfusion, recherche des portes d'entrée).
III
Dissection aortique




06 E
IRM
TDM
Indiqué [B]
L'IRM est probablement la meilleure technique pour la surveillance évolutive mais l'échographie trans-oesophagienne peut aussi être utile pour le diagnostic (et non pour le suivi). La TDM doit être limitée dans le suivi du fait des radiations ionisantes ; elle est nécessaire en cas de bilan pré-thérapeutique (endoprothèse couverte par exemple).
0
III

ETO
Non indiquéInitialement [B]
0
Embolie pulmonaire aigue















07 E
RT
Indiqué [C]
I
Scintigraphie
Indiqué [B]
Scintigraphie pulmonaire de ventilation et de perfusion indiquée chez les patients dont le cliché thoracique est normal ou chez qui on dispose d'un document de référence (particulièrement utile en cas de récidive).
Une scintigraphie normale exclut le diagnostic d'EP.
Une scintigraphie de forte probabilité affirme le diagnostic d'EP.
Une scintigraphie de probabilité intermédiaire doit conduire à poursuivre les investigations.
I / II
Angio-TDM
Indiqué [B]
Indiquée chez les patients dont la scintigraphie n'est pas diagnostique ou dont l'échographie des membres inférieurs est négative ou non contributive.
Indiquée chez les patients n'ayant pas de scintigraphie de première intention.
Elle permet le diagnostic différentiel avec une autre lésion pulmonaire.
III / IV
Echo-doppler cardiaque
Examen spécialisé
Indiqué chez les patients ayant des signes de gravité clinique.
0
Echo-doppler des membres inférieurs
Indiqué [B]
Un écho-doppler normal n'élimine pas le diagnostic.
0
Angiographie pulmonaire
Non indiqué initialement [B]
Elle est exceptionnellement pratiquée aujourd'hui.
III
Péricardite, épanchement péricardique


08 E
Echo-doppler
Indiqué [B]
L'échocardiographie est utile pour l'évaluation d'une pathologie associée, permet d'estimer le volume de l'épanchement péricardique, son accessibilité à un drainage, l'apparition de signes de tamponnade. Le meilleur élément pour le suivi longitudinal.
0
RT
Indiqué [B]
La radiographie du thorax (y compris profil gauche) peut mettre en évidence une pathologie associée (tumeur) ou une calcification péricardique. Pour le diagnostic et le suivi d'une péricardite chronique constrictive, la TDM et/ou l'IRM apportent des informations complémentaires.
I
Suspicion de valvulopathie


09 E
RT
Indiqué [B]
Utilisée pour l'évaluation initiale ou en cas de modification du tableau clinique.
I
Echo-doppler
Indiqué [B]
L'échocardiographie doppler est la meilleure méthode pour le diagnostic et le suivi séquentiel. L'échographie trans-oesophagienne (ETO), examen spécialisé, peut être nécessaire.
0
IRM
Examen spécialisé [B]
Peut être utile en cas de pathologie de la valve aortique ou en cas de pathologie congénitale. Contre indiquée pour certaines prothèses valvulaires mécaniques.
0
Hypertension artérielle
(voir aussi 02 H et 03 H)





10 E
RT
Non indiqué initialement [B]
Evalue la taille du cœur et l'existence d'une pathologie associée, notamment aortique.
I
Echo-doppler
Indiqué dans des cas particuliers [B]
L'échocardiographie doppler est la méthode de première intention pour l'évaluation de l'hypertrophie ventriculaire gauche.
L'échocardiographie est réservée aux patients symptomatiques ou ayant un souffle cardiaque ou des anomalies de l'électrocardiogramme.
0
IRM
Non indiqué initialement [B]
Méthode la plus précise pour l'évaluation de la masse ventriculaire gauche.
0
Suspicion de cardiomyopathie ou de myocardite












11 E
RT
Indiqué [B]
Silhouette cardiaque globuleuse évocatrice de cardiomyopathie dilatée.
I
Echo-doppler
Indiqué [A]
L'échocardiographie doppler permet une étude détaillée des cardiomyopathies dilatées, hypertrophiques, et constrictives ou restrictives, ainsi que des anomalies cardiaques associées. Beaucoup moins utile pour l'exploration du ventricule droit.
L'IRM permet également d'évaluer une cardiopathie hypertrophique et le diagnostic de myocardite (niveau de preuve [C]).
0
Scintigraphie
Indiqué [B]
La scintigraphie des cavités cardiaques au repos est indiquée pour la détermination initiale puis pour le suivi de la fonction ventriculaire gauche et de la fonction ventriculaire droite des patients atteints de myocardite ou de cardiomyopathie dilatée, hypertrophique ou restrictive, et chez les patients recevant une chimiothérapie cardiotoxique.
II / III
Scintigraphie
Examen spécialisé [B]
La scintigraphie de perfusion myocardique peut aider à différencier les cardiomyopathies ischémiques et dilatées et à évaluer l'ischémie myocardique dans les cardiopathies hypertrophiques.
La coronographie est l'examen de référence pour le diagnostic étiologique d'une cardiomyopathie (niveau de preuve [C]).
II / IV
Cardiopathies congénitales
(voir aussi Pédiatrie 29 M)



12 E
Echo-doppler
ETO
Indiqué [B]
L'échocardiographie doppler permet un diagnostic morphologique et fournit des données fonctionnelles. Elle facilite le suivi. L'ETO peut fournir des données supplémentaires importantes par rapport à l'échographie trans-thoracique.
0
IRM
Indiqué [B]
Le meilleur examen pour l'évaluation et le suivi. Contre indiqué pour certaines prothèses valvulaires cardiaques.
0
Anévrisme de l'aorte thoracique







13 E
RT
Indiqué [B]
Principalement pour exclure d'autres causes, rarement diagnostique.
I
TDM
IRM
Indiqué [B]
La TDM sans et avec injection de produit de contraste est la technique la plus fiable et la plus accessible. L'IRM est une technique très performante mais des difficultés pratiques peuvent en limiter les potentialités. Les indications se feront en fonction des disponibilités de chaque site.
III
0
ETO
Examen spécialisé [B]
L'échographie trans-oesophagienne est utile et sensible pour le diagnostic sauf pour l'étude de l'arche où la TDM est supérieure.
0
Angio
Examen spécialisé [B]
Parfois l'angiographie peut avoir un rôle, notamment dans le repérage pré-thérapeutique de pose d'une endoprothèse couverte ou d'un traitement chirurgical.
III
Anévrisme de l'aorte abdominale






14 E
Echo-doppler
Indiqué [A]
L'écho-doppler est utile pour le diagnostic, la détermination du diamètre maximal et le suivi.
0
TDM
IRM
Indiqué [C]
L'écho-doppler est peu contributif pour le bilan pré-interventionnel et en cas de syndrome fissuraire. La TDM est utile mais ne doit pas retarder un geste chirurgical urgent.
La TDM et l'IRM sont particulièrement adaptées pour étudier les rapports de l'anévrisme avec les artères rénales et les artères iliaques. Il existe une demande croissante pour ce type d'information détaillée lorsqu'une thérapeutique est envisagée, notamment endovasculaire.
III
0
Angio
Indiqué dans des cas particuliers [C]
Avant un traitement endovasculaire ou si artériopathie des membres inférieurs
III
Ischémie des membres inférieurs







15 E
Echo-doppler
Indiqué [A]
L'écho-doppler est l'examen de première intention dans beaucoup de centres comme la première investigation pour le dépistage de l'artériopathie oblitérante des membres inférieurs, pour la localisation des atteintes vasculaires et pour le suivi des traitements entrepris. En cas d'ischémie aiguë, l'écho-doppler ne doit pas retarder le traitement urgent.
0
Angio
Examen spécialisé [A]
Dans l'ischémie chronique, l'artériographie (après l'écho-doppler) est le premier temps de la stratégie thérapeutique incluant un éventuel traitement endovasculaire. Elle reste indiquée comme examen à réaliser en urgence en cas d'ischémie aiguë.
III
TDM
IRM
Examen spécialisé [C]
La TDM (angio-TDM) et l'IRM (angio-RM) ont un rôle croissant dans le diagnostic et la prise en charge thérapeutique.
III
0
Ischémie des membres supérieurs






16 E
Echo-doppler
Indiqué [B]
L'écho-doppler confirme le diagnostic et doit s'attacher à retrouver une cause (embolie, anévrisme artériel, compression, athérome, vascularite) ; il évalue notamment les syndromes du défilé. Cet examen est fiable jusqu'aux artères digitales incluant les arcades palmaires.
0
TDM
IRM
Examen spécialisé [B]
Un syndrome du défilé doit être recherché ; la TDM permet de poser le diagnostic et de retrouver la cause ; l'IRM analyse les relations entre le paquet vasculo-nerveux et les muscles.
III
0
Angio
Examen spécialisé [B]
L'artériographie a un rôle limité aux pathologies distales de la main et en cas d'ischémie aiguë avant décision d'un traitement endovasculaire ou chirurgical.
II
Thrombose veineuse profonde des membres inférieurs
17 E
Echo-doppler
Indiqué [A]
Meilleure sensibilité avec un doppler couleur. La plupart des thrombi cliniquement significatifs sont détectés.
0
Phlébographie
Non indiqué initialement [C]
Elle est exceptionnellement pratiquée aujourd'hui.
II
Thrombose veineuse profonde du membre supérieur




18 E
Echo-doppler
Indiqué [A]
L'écho-doppler est l'examen à effectuer en première intention.
0
TDM
IRM
Indiqué dans des cas particuliers [C]
Bien que leur place n'ait pas été suffisamment démontrée, la TDM et l'IRM semblent utiles, ce d'autant qu'elles sont capables de visualiser l'environnement veineux. Leur place est réservée aux doutes en écho-doppler ou à des cas particuliers (recherche de lésions associées, étude des veines centrales).
III
0
Phlébographie
Indiqué dans des cas particuliers [C]
La phlébographie n'est réservée qu'en cas d'écho-doppler négatif ou douteux associé à une forte présomption clinique, ou pour préciser l'extension centrale du thrombus.
II
Varices






19 E
Echo-doppler
Indiqué [B]
L'écho-doppler est indiqué en première intention dans le bilan des varices et constitue l'examen de choix avant intervention.
0
IRM
TDM
Indiqué seulement dans des cas particuliers [C]
Dans certains cas très particuliers (malformations vasculaires par exemple), un bilan complémentaire sera réalisé pour évaluer la topographie exacte des lésions afin de juger des possibilités thérapeutiques.
0
III
Phlébographie
Examen spécialisé[C]
La phlébographie n'est habituellement pas justifiée sauf dans certains cas particulier comme des varices pelviennes par exemple ou en pré-opératoire de varices récidivantes complexes.
II
Fistules d'hémodialyse










20 E
Echo-doppler
Indiqué [C]
L'écho-doppler apprécie les artères et veines sur le membre porteur de la fistule (avant et après création), permet de mesurer le débit de l'abord vasculaire et est utile pour les patients non encore dialysés. Les veines intra-thoraciques sont par contre mal étudiées par cet examen. L'utilité de cet examen est liée au risque de la dégradation de la fonction rénale résiduelle, à ce stade de l'insuffisance rénale, avec les produits de contraste iodés.
0
IRM
Indiquée dans des cas particuliers [C]
L'IRM avec injection de Gadolinium permet d'apporter, en complément de l'écho-doppler, une étude des veines centrales.
0
Phlébo/angiographie
Examen spécialisé [C]
La phlébographie est utile et souvent nécessaire pour confirmer en préopératoire le type de fistule à créer, en montrant les veines susceptibles d'être anastomosées. En cas de complications après création d'une fistule, la fistulographie constitue le premier temps de l'acte interventionnel.
II
Syndrome de compression de la veine cave supérieure (VCS) (œdème en pèlerine, céphalées)

21 E
TDM
Indiqué [B]
La TDM confirme le diagnostic et précise la cause, notamment compression ou envahissement par une tumeur. L'IRM pourrait être une alternative diagnostique.
III
Phlébo-cavographie
Examen spécialisé [C]
La phlébo-cavographie a comme intérêt principal de confirmer le diagnostic de thrombose ou de sténose, d'évaluer l'étendue des lésions et de préparer le traitement de revascularisation par endoprothèse.
II