Tous nos sites et sites référencés

Imagerie Thoracique

Mis à jour le 13/08/2010 par SFR

IMAGERIE THORACIQUE

Boris Maurel (1), Anne-Laure Brun (2), Catherine Beigelman (2)
(1) Service de radiologie, CHU Timone, Marseille, Boris.Maurel@mail.ap-hm.fr
(2) Service de radiologie, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris

INTRODUCTION
Parmi les nombreux sujets abordés au cours des différentes séances scientifiques et posters dédiés à l'imagerie thoracique, nous avons choisi de mettre en lumière les sujets essentiels, incluant les systèmes informatisés d'aide au diagnostic (Computer-Aided Diagnosis), la double énergie, les examens complémentaires en cancérologie, la radiofréquence pulmonaire, la pathologie des voies aériennes et la dosimétrie. Les aspects techniques restent les plus largement développés.

SYSTEMES D'AIDE ASSISTEE PAR ORDINATEUR (CAD : Computer-Aided Diagnosis)
Une séance scientifique et plusieurs posters scientifiques y ont été consacrés. Le principe d'automatisation des tâches avec quantification paraît acquis en imagerie thoracique dans les domaines des nodules pulmonaires, de l'embolie pulmonaire, des voies aériennes et des pneumopathies chroniques infiltratives diffuses. Un développement futur des systèmes CAD est certain, comme l'a souligné JP. Ko en introduction à la séance dédiée au CAD.

CAD et nodules pulmonaires (1, 2)
La sensibilité des systèmes CAD pour les nodules de plus de 3 mm varie entre 38 et 86 % selon les études. Cette sensibilité dépend des paramètres intrinsèques du protocole d'acquisition, en particulier de l'épaisseur de coupe, les meilleures performances étant observées en collimation fine. Les meilleurs scores de sensibilité concernent les nodules solides. L'apport des CAD en seconde lecture n'est pas discutable, à l'inverse des lectures concurrentes qui restent sujettes à des faux-négatifs parfois significatifs. Les faux-positifs classiques à type de vaisseaux, bronches, impactions mucoïdes, bifurcations sont majorés dans certaines situations telles que tabagisme ou infection récente. Les micronodules centrolobulaires sont en effet alors proposés comme des marques par les systèmes CAD.
La comparaison de 6 logiciels (3) de systèmes CAD a retrouvé une segmentation concordante dans 70 à 80 % des cas, une variation de 20 % du nombre de nodules détectés étant observée entre ces différents logiciels.
Dans une étude effectuée en radiographie standard portant sur 800 radiographies, les lésions considérées comme « évidentes » sont détectées dans 88 % des cas avec 3 % de faux positifs (4). La sensibilité chute sous les 50 % pour les lésions « difficiles » visualisées par les experts. Si cette étude semble là encore montrer un effet bénéfique du binôme expert-CAD, l'intérêt de la radiographie standard en dépistage reste remis en question.
Les perspectives proposées à propos des systèmes CAD pour les nodules ont été la nécessité de nouvelles études comparant deuxième lecture et lecture concurrente, l'optimisation des algorithmes pour les verres dépolis focaux, l'optimisation des interfaces en terme de temps d'utilisation, une plus grande disponibilité de l'outil avec en particulier nécessité d'une intégration dans le PACS (5). Il est apparu en outre indispensable d'évaluer ces systèmes dans des situations plus complexes que le dépistage telles que le suivi d'un patient traité par radiothérapie ou présentant des anomalies parenchymateuses telles que des troubles de ventilation ou une pathologie infiltrante diffuse.

CAD et surveillance thérapeutique en cancérologie
Une étude comparant des mensurations 2D selon le critère de RECIST manuelles, automatiques et semi-automatiques a montré des coefficients de variation de 7 % pour RECIST manuel, 4 % pour la mesure des volumes automatisée et 1% pour la mesure RECIST semi-automatisée (6). Le problème majeur pour les algorithmes reste les atélectasies. L'intérêt de ces systèmes en cancérologie est clair, qu'il s'agisse d'études longitudinales ou de la surveillance individuelle des patients.

CAD et voies aériennes (7)
Un travail portant sur la détection et la quantification des surfaces de section bronchique, diamètre, épaississement pariétal, impactions mucoïdes avec calcul d'un score global nous a été présenté. L'intérêt est certain pour l'évaluation de la gravité de l'atteinte des voies aériennes et la surveillance thérapeutique des patients mais des limites subsistent concernant la segmentation.

CAD et embolie pulmonaire
Un système de détection automatique de l'embolie pulmonaire (8) permettant d'améliorer la sensibilité d'un radiologue débutant a été présenté. Le fort taux de faux-positifs et la faible valeur prédictive positive, de surcroît valide uniquement pour les EP segmentaires, n'ont pas montré de supériorité par rapport aux données antérieures.

CAD et UIP/NSIP (9, 10)
De façon plus pertinente, des algorithmes semblent être capables de détecter et de quantifier certains types d'anomalies pulmonaires tels que verre dépoli, réticulations, rayon de miel, emphysème avec une bonne corrélation (coefficient de corrélation 0,7) et une sensibilité de 80% dans les « formes typiques » en comparaison avec des radiologues entraînés. L'intérêt semble donc se limiter à la surveillance thérapeutique et évolutive des formes « typiques ». Les chevauchements lésionnels comme ceux que l'on peut rencontrer dans certaines formes de pneumopathie interstitielle non spécifique avec lésions kystiques versus pneumopathie interstitielle usuelle restent délicats à classer, les problématiques restant identiques à celles rencontrées en routine clinique.

DECT (DUAL-ENERGY CT) ET DSCT (DUAL-SOURCE CT)
Ces nouvelles techniques sont présentées dans un grand nombre de communications en séances et posters scientifiques. Les aspects techniques, les applications et leurs perspectives ont été précisés.
Un meilleur rapport contraste sur bruit est constaté en angioscanographie en double énergie à 80 kV, avec une diminution de dose variant de 40 à 60 %. Une meilleure visualisation des artères pulmonaires périphériques est constatée sur l'acquisition à 80 kV, avec également la possibilité de diminuer de 25 % le volume de produit de contraste iodé injecté en comparaison avec une acquisition à 100 kV, ce pour des patients dont le poids est inférieur à 100 kg (11, 12)
En mode double énergie (DECT), l'irradiation est équivalente aux scanners 64 barrettes monotubes à protocole par ailleurs comparable (CTDIvol : 8 mGy) voire moindre (CTDIvol : 5 mGy) avec une épaisseur de coupe plus élevée.
L'intérêt de l'étude perfusionnelle et des post-traitements spécifiques est souligné (13). L'étude dite perfusionnelle en mode DECT consiste à identifier en post-traitement les densités iodées grâce à l'obtention des coefficients d'atténuation à deux énergies différentes à partir d'une acquisition unique après injection. Il ne s'agit pas d'un scanner de perfusion au sens d'images répétitives avec courbe dynamique sur une coupe ou des coupes données. Le FOV est par ailleurs limité à la taille du détecteur 80 kV, de plus petite taille.
Le mode simple énergie (100 à 120 kV selon le poids) double tube (DSCT) quant à lui accroit nettement la résolution temporelle à environ 83 ms comme en coroscanner. Ce type d'acquisition d'une durée d'environ 3 s sans gating respiratoire fournit d'excellents résultats qualitatifs, en particulier chez les patients dyspnéiques, les enfants, les patients insuffisants respiratoires avec un PDL moyen entre 250 et 300 mGy.cm (14).
La plupart des communications DECT et DSCT sur le thorax traitent de l'embolie pulmonaire. L'idée théorique est de réaliser des cartographies couleur en mode DECT de la « perfusion » pulmonaire. Il s'agit en fait de la concentration iodée à un temps donné reflétant le volume sanguin total, ceci ayant pour objectif d'améliorer la sensibilité et la spécificité des angioscanners artériels pulmonaires.
Une sémiologie naissante décrit des types de perfusion, ou plus exactement de concentration iodée pulmonaire, diffuse homogène, patchy ou avec défect segmentaire. Le type patchy apparaît associé à l'HTAP ou l'embolie chronique et le type défect segmentaire à l'embolie pulmonaire aiguë surtout si l'embole est occlusif. Une étude allemande retrouve en cas de « perfusion » homogène diffuse une VPN de 92 % dans l'EP « partielle » et 98 % dans l'EP « occlusive ». Dans cette étude, la spécificité du défect segmentaire est de 93 % avec une faible sensibilité (15, 16).
La comparaison du DECT et la scintigraphie ventilation/perfusion (SPECT) objective une bonne corrélation des défauts perfusionnels avec les deux techniques, le DECT permettant de visualiser de façon combinée artères et parenchyme (17).
D'autres études relatent un mauvais coefficient de corrélation entre la visualisation du défect endoluminal et le trouble « perfusionnel » segmentaire. Une diminution focale de la concentration iodée peut en effet être observée en cas de pathologie parenchymateuse telle qu'un emphysème, une maladie infiltrative, en cas d'artefacts cinétiques ou de type beam hardening. De plus, il semble que certains secteurs pulmonaires présentent fréquemment des troubles « perfusionnels », en particulier les apex, le lobe moyen et les secteurs para-cardiaques sans élément pathologique évident (16, 18).
Une étude porte sur la caractérisation en double énergie du verre dépoli d'origine vasculaire. L'aspect morphologique habituel pouvant être pris à défaut, la cartographie perfusionnelle double énergie permet d'objectiver de façon significative des zones superposables aux anomalies en verre dépoli chez des patients dont l'étiologie est vasculaire par rapport aux patients dont l'étiologie du verre dépoli est bronchiolo-alvéolaire (19).
Enfin, il existe une corrélation parfaite entre rehaussement traditionnel (ROI sans puis après injection) et calcul du rehaussement iodé grâce à la double énergie. Par contre, il ne semble pas exister de différence significative de perfusion DECT entre lésions bénignes et malignes. (20).

CANCEROLOGIE
Cette thématique fait l'objet d'un grand nombre de communications notamment sous la forme de posters scientifiques mais également en séance scientifique et en séance spéciale « oncologie ».
Trois thèmes dominent : le TEP-scan, le scanner de perfusion et l'IRM pour la caractérisation, l'extension et le suivi thérapeutique.

TEP-scan et cancérologie
  • Un SUVmax ≥ 7 est corrélé à une hyperexpression du gène EGFR dans les adénocarcinomes et à un mauvais pronostic (stade I et II) (21). Une proportion de verre dépoli supérieure à 50 %, un diamètre ≤ 15 mm, des clartés aériques internes sont par contre des éléments corrélés à la négativité de l'expression du gène EGFR et donc à un meilleur pronostic des adénocarcinomes de stades I et II (21). Cette donnée est certainement à corréler à la négativité classique du TEP dans ces formes.
  • La taille requise pour une analyse correcte en TEP-scan doit être supérieure à 8 mm. (22), ce qui reste conforme aux données antérieures.
  • Une étude japonaise portant sur environ 400 patients présentant des nodules pulmonaires supracentimétriques malins (prouvés histologiquement) ou bénins (stabilité de taille sur deux ans) a rapporté les résultats d'une acquisition tardive en TEP-scan dans la différenciation entre nodule pulmonaire bénin et malin. Une valeur de SUVmax ≥ 3,5 ou, pour les nodules dont le SUV max est compris entre 2 et 3,5, un index de rétention entre 60 et 120 minutes de plus de 10%, sont des seuils permettant d'obtenir des valeurs pré-tests de 84 % pour la sensibilité et de 60 % pour la spécificité concernant le caractère malin de ces nodules pulmonaires (23), ce qui reste décevant.
  • Une étude avec corrélation histologique systématique montre quant à elle qu'un SUVmax ≥ 2 avec un index de rétention de plus de 10 % entre une acquisition à 60 minutes et 120 minutes permettent d'affirmer la nature secondaire des ganglions avec une excellente spécificité (96 %) mais une faible sensibilité, avec donc un objectif de caractérisation plus que dépistage (24).
  • La sensibilité de détection du scanner iodé couplé au TEP-scan semble être supérieure à celle du scanner seul pour le diagnostic de métastases pleurales (25).
  • Une étude multicentrique portant sur 1059 patients montre que le TEP-scan retrouve des lésions « suspectes » additionnelles chez 20 % des patients dont 50 % sont des métastases et 1 % d'autres lésions primitives. La prise en charge thérapeutique est modifiée chez 1,2 % des patients en raison des stades déjà évolués et des terrains particuliers. Le surcoût d'examens médicaux a été évalué à 160 $ par foyer hypermétabolique, ce qui donne matière à réflexion dans l'indication exacte de cet examen (26).
  • Un travail de comparaison scanner versus TEP-scan sur 144 patients a montré que, le plus souvent, le TEP-scan permettait d'augmenter la sensibilité de détection des adénopathies des régions supra-claviculaires et des lésions osseuses par rapport au scanner (27).
  • Certains centres ne réalisent plus que des TEP-scan comme bilan d'extension. Un travail propose d'améliorer le protocole de TEP-scan avec des coupes de 3,75 mm, 120 kV et 40 mA en apnée pour dépister les micronodules, améliorer la mesure de la lésion cible et permettre une meilleure caractérisation (28).
  • Le TEP-scan est également proposé dans la prise en charge des tumeurs primitives par radio-fréquence. En pré-thérapeutique, la prise en charge serait modifiée dans un tiers des cas : contre-indication, association chirurgicale, augmentation du nombre de lésions à traiter. Dans le suivi immédiat à 24h, des foyers hypermétaboliques sont mis en évidence sur le trajet de l'aiguille et au sein de ganglions médiastinaux sans caractère évolutif. L'aspect non hyper métabolique à 24h de la zone traitée semble être un élément pronostique majeur de la réussite du traitement. Avec trois examens à 24h, 1 mois et 3 mois, la sensibilité pour le diagnostic de récidive avec corrélation histologique semble voisine de 100 % avec une spécificité de 86 %, les faux-positifs correspondant le plus souvent à des infections. Néanmoins, le recul reste encore faible. Même en cas de succès thérapeutique, des foyers hypermétaboliques restent présents sur les contrôles à 1 et 3 mois jusqu'à 12 mois. Ces foyers sont périphériques, fins et minimes. Les critères de récidives sont l'augmentation de la taille et l'élévation du SUV entre deux examens (29, 30).

Scanner - Evaluation de la perfusion et cancérologie
Un logiciel de fusion automatique des images de perfusion dynamique et des images hélicoïdales a été présenté. Il semble plus performant et plus rapide que la fusion manuelle (31).
  • Une étude malheureusement non présentée concernant le scanner de perfusion dynamique et le staging N, rapporte des valeurs de perfusion significativement différentes entre les métastases ganglionnaires et les autres causes inflammatoires ou granulomateuses d'atteinte ganglionnaire (32).
  • La perfusion de tumeurs de différents grades, tailles et types histologiques a été étudiée. Aucune différence significative n'a été démontrée entre adénocarcinome et carcinome épidermoïde. Par contre, la perfusion semble être modifiée selon la taille et le grade histologique (33).
  • Une différence significative des paramètres de perfusion en rapport avec une néo-angiogenèse ou une nécrose tumorale a été démontrée entre tumeurs bénignes/malignes et parenchyme sain ; les rapports entre débit sanguin, volume sanguin, temps de transit moyen et temps au pic semblent significativement différents entre bénin/malin, sans valeur seuil néanmoins (34).
  • Enfin, un scanner de surveillance après radiofréquence de lésions pulmonaires présentant un rehaussement de plus de 15 UH entre 6 mois et 24 mois semble être un très bon signe de récidive. Il serait intéressant d'étudier la perfusion dynamique ou la double énergie dans cette indication (35).

IRM et cancérologie
La valeur du coefficient de diffusion des métastases ganglionnaires des CPNPC par rapport à des ganglions normaux vérifiés histologiquement semble significativement différente, avec dans une étude japonaise, un seuil à 0.24.10-3 mm2/s, la sensibilité et la spécificité de cette technique étant respectivement de 90,0 % et 91,1 %. Si la diffusion semble donc apporter un élément de caractérisation intéressant qu'il sera nécessaire de confirmer, cette technique semble par contre mauvaise en détection avec une faible sensibilité (36).
  • L'IRM de diffusion semble également apporter une solution satisfaisante dans l'analyse précoce de la réponse à la chimiothérapie des CPNPC. En effet, même si la taille varie peu sur les séquences T2 précocement, une élévation précoce du coefficient de diffusion semble être corrélée à une bonne réponse thérapeutique (37).

Une séance d'oncologie interventionnelle a permis de discuter de la radiofréquence pulmonaire comme traitement alternatif à la chirurgie dans certaines situations principalement pour les stades I et II des CPNPC. Une revue monocentrique de 10 ans de 87 tumeurs retrouve une taille moyenne des lésions traitées de 2,5 cm, un taux de récidive locale d'environ 20 % surtout à un an, un taux de récidive sur le N ou intra-pulmonaire de 13 % plutôt après deux ans, avec 50 % de non-évolutivité à deux ans (38).

Une mise au point détaillée sur la radiofréquence pulmonaire a été présentée, les points importants en étant les suivants (30) :
  • Indications : CPNPC avec co-morbidités pulmonaires ou cardiaques, récidive, refus chirurgical, fonction pulmonaire post chirurgicale contre-indiquant le geste opératoire ; pas de taille limite, la taille ≥ 3 cm étant plutôt présentée comme un facteur de mauvais pronostic.
  • Contre-indications :
    • Absolues : BPCO sévère, pneumonectomie totale, HTAP sévère, pneumopathie aiguë, atélectasie
    • Relatives : troubles de la crase sanguine, pace-maker et défibrillateur automatique implantable, lésions centrales, structures vitales.
  • Preuve histologique nécessaire même si récidive ou progression avec staging complet avec le plus souvent, TEP-scan, médiastinoscopie, et biopsie des lésions extra-pulmonaires.
  • Décision multidisciplinaire.
  • Anesthésie générale, tube d'intubation double lumière.
  • Signes immédiats de « réussite » : température ≥ 60°C, verre dépoli de plus de 1 cm autour de la lésion dans tous les plans sinon repositionnement. Cette zone surévalue la zone d'ablation.
  • Surveillance thérapeutique par scanner ou TEP-scan.
  • TEP-scan : négatif à 24h (cf. Détails ci-dessus chapitre cancérologie, TEP-scan).
  • Scanner et récidive : taille qui augmente à 3 mois, nodule ou nodule rehaussé.
  • Résultats :
    • Littérature hétérogène : stade I, tumeur de 2 à 3 cm avec suivi de 20 mois en moyenne, taux de survie à 2 ans de 50 à 80 %, selon la taille initiale principalement.
    • Taille ≤ 2.5 cm : bonne ablation histologique.
    • Pas de modification des fonctions pulmonaires après ablation à 6 mois.
  • Facteurs prédictifs de progression tumorale: mauvais placement, vaisseau accolé dont le diamètre dépasse 3 mm, bronche au contact, nécrose tumorale trop rapide (impédance et temps de chauffe), T ≥ 3 cm ; le taux de récidive à deux ans augmente avec T (21 % si T ≤ 2 cm, 44 % 2 à 3 cm, 50 % ≥ 3 cm).

Enfin, les grandes lignes de la nouvelle classification TNM en 2009 ont été rappelées (39) :
  • T1a ≤ 2 cm T1b > 2cm et ≤ 3 cm
  • T2a > 3 cm et ≤ 5 cm T2b > 5cm et ≤ 7 cm
  • T3 > 7 cm
  • Un nodule dans le même lobe est classé T3 (et non plus T4)
  • Un nodule d'un autre lobe homolatéral est classé T4 (et non plus M1)
  • M1a pour un nodule du poumon contro-latéral et la plèvre
  • M1b pour les métastases à distance.

PATHOLOGIE DES VOIES AERIENNES
Plusieurs études ont été consacrées à l'asthme et à la pathologie des petites voies aériennes. L'intérêt de l'évaluation de la morphologie bronchique comme biomarqueur dans l'évaluation de la sévérité et la progression des BPCO a été rappelé (40). Une autre étude évaluant quantification de la lumière et de l'épaisseur pariétale bronchique au-delà du niveau sous-segmentaire à faible dose montre que les mesures sont fiables avec une précision de 0,8 mm pour le diamètre de la lumière de la bronche et 0,3 mm pour l'épaisseur pariétale. Ceci souligne encore l'apport de ces techniques dans les études longitudinales (41). Aucune donnée nouvelle concernant l'IRM à l'helium ou l'oxygène n'a été présentée.
L'intérêt d'études morpho-fonctionnelles simultanées est encore souligné, avec évaluation possible de la perfusion régionale.
David Naidich dans sa lecture sur les petites voies aériennes souligne l'apport de techniques telles que l'endoscopie endobronchique et l'intérêt du guidage par bronchoscopie virtuelle permettant d'améliorer la fiabilité jusqu'au 7e au 9e ordre grâce à l'utilisation d'un fibroscope pédiatrique.

REDUCTION DE DOSE
Cette problématique a été également l'objet de plusieurs communications et posters scientifiques. Plusieurs protocoles en double énergie ou non ont été proposés dans différentes indications dans cet objectif.
La modulation automatique des mAs adaptée au topogramme et selon l'axe z semble assurer le meilleur compromis qualité/dose selon un travail dosimétrique et qualitatif en scanner 64 barrettes basse dose à 120 kV (42).
Dans la même optique, un protocole haute résolution à 120 kV et 50 mAs diminue la dose de 83 % par rapport à 300 mAs mais au prix d'une étude moins précise des apex, notamment pour les lésions en verre dépoli et emphysémateuses (43). Néanmoins, au cours de l'emphysème, la quantification des pourcentages de voxels inférieurs à -950 UH reste comparable à 150 et à 50 mAs (44).
Il est rappelé que la dose délivrée au fœtus lors d'un angioscanner pulmonaire (0,003 à 0,66 mGy) est moins importante que lors d'une scintigraphie pulmonaire (0.1 à 0.8 mGy). L'irradiation mammaire est par contre importante (10 à 50 mGy). Les résultats de l'étude PIOPED III comparant IRM et scanner restent attendus. Certains utilisent le gadolinium chez la femme enceinte (45).
En scanner perfusionnel pour une tumeur solide, notamment au cours de la surveillance, un protocole à 80 mAs avec acquisitions toutes les 3 secondes pendant 40 secondes pour minimiser la dose est proposé (46).
Un système de protection en bismuth associé au système de réduction automatique de dose semble permettre de diminuer de 28 % l'irradiation mammaire, au prix d'une élévation du bruit dans les parties antérieures du thorax (47).

DIVERS
Le grade de reflux de produit de contraste iodé dans les veines sus-hépatiques serait corrélé à la gravité d'une embolie pulmonaire avec une élévation de la mortalité (48).
L'incidence de la découverte d'une embolie pulmonaire, de 5 % en cancérologie, justifie l'analyse systématique des artères pulmonaires en collimation fine au cours des scanners thoraco-abdomino-pelviens. Dans ce contexte, le taux de mortalité des embolies pulmonaires non traitées étant de 30 % (49).
Un travail rétrospectif souligne les résultats et impacts des radiographies standard du thorax systématiques en préopératoire dans un contexte de chirurgie non cardiovasculaire, chez 604 patients ASA I et II, dont l'âge moyen était de 35 ans. Des anomalies ont été retrouvées dans 16 % des cas avec présence quasi-systématique de signes cliniques associés. Aucune modification dans la prise en charge anesthésique ou chirurgicale n'a été retrouvée.

CONCLUSION
Les aspects techniques ont largement été développés en imagerie thoracique, la réduction de dose devant rester un objectif majeur et maîtrisé. La double énergie et la double source semblent allier qualité et moindre dose, très bonne résolution temporelle, utile chez les patients “difficiles”, caractérisation plus fine des anomalies parenchymateuses et vasculaires. La place et la séméiologie du scanner de “perfusion” double énergie pulmonaire restent à mieux définir.
Les systèmes d'automatisation s'étendent à différentes pathologies, l'évaluation de la réponse thérapeutique en cancérologie devant bénéficier de ces techniques. Des progrès restent nécessaires dans les algorithmes afin qu'ils puissent être appliqués en routine, tant dans les diverses situations cliniques rencontrées que dans l'intégration aux systèmes informatiques.
En cancérologie, les limites du TEP-scan doivent être connues. Le scanner de perfusion dynamique et la diffusion apportent des réponses dans l'évaluation initiale et le suivi thérapeutique. Tous ces moyens doivent être utilisés en fonction du résultat attendu et des changements thérapeutiques éventuels qui pourraient en découler afin de maîtriser les coûts et rester au mieux efficace pour les patients.
La radiofréquence des lésions NPC stade I et II apparaît comme un traitement en devenir dont les indications doivent être connues et les résultats évalués par TEP-scan et scanner injecté.

Références :
1 - Jane P. Ko, New York. Chest keynote speaker: CAD/CADx in the reading room. RSNA 2008. SSA04-01
2 - S. Park and al, Malvern, PA, USA. Assessment of CA (nodule) D algorithm on pathology proved CT data sets. RSNA 2008. SSA04-09
3 - B. De Hoop and al, Utrecht, NL. Variability of semi automated pulmonary nodule volume measurements: a comparaison of 6 lung nodule evaluation software packages. RSNA 2008. SSA04-05
4 - M.A. Meziane and al, Cleveland, OH, USA. CAD of actionable pulmonary nodules on chest radiographs: a multi-reader retrospective study. RSNA 2008. SSA04-07
5 - Z. Dong and al, Toronto, Canada. Pair comparaison between compacted and original CT images on quantitative emphysema parameters assessment by automated software. RSNA 2008. LL-CH4171-B06
6 - C. Hintze, J. Dinkel and al, Heidelberg, Germany. Semi-automatic RECIST and volumetric analysis in patient with lung cancer. RSNA 2008. SSA04-06
7 - K. Fujimoto and al, Kurume, Japan. Chronic obstructive pulmonary diseases: bronchial changes evaluated with 3D volumetric data obtained on multidetector row CT. RSNA 2008. LL-CH4170-B05
8 - K.N. Blackmon and al, Charleston, SC, USA. CAD of pulmonary embolism at pulmonary CT angiography: can it improve sensitivity of inexperienced readers - Preliminary findings. RSNA 2008. SSA04-02
9 - S.O. Park and al, Seoul, Korea. Texture-based automated quantification of regional disease patterns at HRCT in patients with UIP and NSIP. RSNA 2008. SSA04-03
10 - B.L. Odry and al, Princeton, NJ, USA. Automated CT scoring of the extent and severity of airway inflammation: preliminary results. RSNA 2008. SSA04-04
11 - A.B. Gorgos and al, Lille, France. Evaluation of peripheral pulmonary arteries at 80 kV and at 140 kV: DECT assessment in 40 patients. RSNA 2008. SSC06-01
12 - Z. Szucs-Farkas and al, Berne, Switzerland. Patient exposure and image quality of low-dose pulmonary CT angiography: comparaison of 100 and 80 kVp protocols. RSNA 2008. SSJO6-01
13 - R.W. Bauer and al, Frankfurt, Germany. Dose performance at 16-slice, 64-slice, and DECT pulmonary angiography – A comparative study. RSNA 2008. SSC06-02
14 - N. Tacelli and al, Lille, France. Dual-source chest CT angiography with ultrahigh temporal resolution: evaluation of image quality. RSNA 2008. SSC06-09
15 - S.F. Thieme and al, München, Germany. DECT for assessment of pulmonary perfusion patterns in CT angiograms of the pulmonary arteries. RSNA 2008. SSC06-04
16 - M. Kang and al, Seoul, Korea. Lung perfusion defects inconsistent with pulmonary embolism on color-coded perfusion map of DECT angiography: diagnostic pitfalls in interpretation of pulmonary embolism. RSNA 2008. SSC06-08
17 - Y. Nishimoto and al, Kashihara, Japan. Lung perfusion with dual source dual energy CT: comparison with ventilation-perfusion SPECT. RSNA 2008. LL-CH4194-H09
18 - H.J. Lee and al, Seoul, Korea. Discordance rates of endoluminal clots and perfusion defects on DECT angiography: evaluation in the segmental level. RSNA 2008. SSC06-06
19 - F. Pontana and al, Lille, France. Lung perfusion with dual-energy multidetector-row CT (MDCT): can it help recognize ground glass opacities (GGO) of vascular origin? RSNA 2008. SSC06-05
20 - T. Kawai and al, Nagoya City, Japan. The clinical potential of contrast-mapping images created using the DECT technique for diagnosing pulmonary lesions. RSNA 2008. SSC06-03
21 - E. Park and al, Seoul, Korea. EGFR gene copy number in adenocarcinoma of the lung by FISH analysis: investigation of significantly related factors on CT, FDG-PET, and histopathology. RSNA 2008. SSG03-02
22 - C.A. Raptis and al, Valley Park, MO. Multimodality approach to the pulmonary nodule: a current review. RSNA 2008. LL-CH3122-B
23 - S. Kato and al, Chuou-shi, Japan. Role of delayed scan of FDG-PET in the differentiation between benign and malignant pulmonary nodules. RSNA 2008. LL-CH4212-R07
24 - S. Kato and al, Chuou-shi, Japan. Usefulness of delayed scan of 18F-FDG PET for the diagnosis of lymph node metastasis in non-small cell lung cancer. RSNA 2008. LL-CH4197-L02
25 - M. Jung and al, Kwang, Korea. Determination of pleural metastasis in non-small cell lung cancer: diagnostic performance of enhanced thoracic CT, FDG-PET, and integrated PET-CT. RSNA 2008. LL-CH4202-L07
26 - A. Arens and al, Tilburg, Netherlands. Thoracic range FDG-PET/CT for staging and management of lung cancer. RSNA 2008. LL-CH4199-L04
27 - B.H. Gross and al, Ann Harbor, MI, USA. Anatomic extent of CT scanning required for complete lung cancer staging: lessons from PET-CT correlation. RSNA 2008. SSG03-06
28 - V. Ravi and al, Lebanon, NH, USA. Diagnostic value of adding a breath-hold CT to a shallow breathing PET-CT for more complete evaluation of patients with suspected or known lung cancer. RSNA 2008. SSG03-08
29 - D. Deandreis and al, Villejuif, France. Role of FDG PET/CT in the follow-up of lung lesions treated with radiofrequency ablation. RSNA 2008. VI21-04
30 - Jo-Anne O. Shepard, Boston, MA. Radiofrequency ablation of primary lung cancer. RSNA 2008. VI21-08
31 - A. G. Chandler and al, Houston, Texas, USA. Evaluation of automated registration techniques for motion correction of lung tumors in helical breath hold CT images. RSNA 2008. SSG03-03
32 - R. Wang and al., Beijing, China. Value of computed tomography perfusion CTP examination in the differentiation between benign and malignant lymph nodes in mediastinum. RSNA 2008. SSG03-08
33 - F. Invernizzi and al, Lecco, Italy. Perfusion features of lung cancer: value of functional CT and correlation with histopathological findings. RSNA 2008. LL-CH4200-L05
34 - A. Mahajan and al, Manipal, India. Qualitative and quantitative assessment of first-pass perfusion parameters of lung cancer perfusion using 64-detector row CT. RSNA 2008. LL-CH4203-L08
35 - M. Marunaka and al, Okayama, Japan. The usefulness of contrast-enhanced CT for evaluating the local progression after percutaneous radiofrequency ablation of lung tumors. RSNA 2008. LL-CH4187-H02
36 - J. Nakayama and al, Sapporo, Japan. Metastases in mediastinal and hilar lymph nodes in patients with non-small cell lung cancer: diffusion-weighted MR imaging evaluation with apparent diffusion coefficient. RSNA 2008. LL-CH4204-L09
37 - Q. Liping and al, Beijing, China. DWI for detecting early ADC increasing and predicting chemotherapy effect of NSCLC. RSNA 2008. LL-CH4201-L06
38 - M.D. Beland and al, Providence, RI. Radiofrequency ablation of primary lung cancer: a ten-year review of patterns of recurrence in 87 tumors treated from 1998 to 2008. RSNA 2008. VI21-02
39 - Gerald F. Abbott, Boston, MA, USA. Primary lung cancer: epidemiology, natural history, and staging. RSNA 2008. VI21-01
40 - B. Van Ginneken and al, Utrecht, Netherlands. Relating airway morphology in heavy smokers to pulmonary function impairment. RSNA 2008. SSC05-05
41 - J. Lee, Ithaca, NY, Henschke and al. Automated airway analysis in low-dose CT. RSNA 2008. SSC05-08
42 - P. Coulon and al, Suresnes, France. Dose and image quality comparaison of 3 different low dose MSCT protocols for lung diseases follow-up. RSNA 2008. LL-CH4166-B01
43 - YL. Gao and al, Chaoyang district, China. Evaluation of image quality of isotropic low-dose volumetric high-resolution CT and its application in diagnosting diffuse lung diseases. RSNA 2008. LL-CH4167-B02
44 - H. Koyama and al, Kobe, Japan. Quantitative and qualitative assessment of lung destruction and pulmonary functional loss on thin-section MDCT: can radiation dose decrease almost 70% in pulmonary emphysema patients. RSNA 2008. LL-CH4172-B07
45 - J.K. Pahade and al, Brookline, MA. Pulmonary embolism in pregnancy: current concepts and controversies. RSNA 2008. LL-CH3108
46 - F.D. Knollmann and al., Pittsburgh, PA. Imaging tumor blood flow by computed tomography. RSNA 2008. LL-CH3121
47 - W.H. Kim and al, Seoul, Korea. Effects of combined use of breast shield and automatic exposure control system on chest CT. RSNA 2008. LL-CH4180-D05
48 - G. Aviram and al, Tel-Aviv, Israël. Real time risk stratification of patients with acute pulmonary embolism by grading the reflux of contrast into the inferior vena cava on computerized tomographic pulmonary angiography. RSNA 2008. LL-CH4190-H05
49 - A.M. Browne and al, Galway, Ireland. Detection of clinically unsuspected pulmonary emboli in oncology patients: diagnostic usefulness of systematic thin-slice reconstructions of the pulmonary arteries during routine staging and restaging CT. RSNA 2008. LL-CH4191-H06
50 - S.M. Batalles and al, Rosario, Argentina. Preoperative evaluation of patients who undergo elective noncardiovascular surgery with chest X-ray. RSNA 2008. LL-CH4181-D06