Tous nos sites et sites référencés

Imagerie Ostéoarticulaire

Mis à jour le 13/08/2010 par SFR

Imagerie Ostéoarticulaire


Stéphane Carre (1), Jean-Denis Larédo (2)
(1) Service d'Imagerie Médicale, Hôpital Raymond Poincaré, Garches
(2) Service d'Imagerie Médicale, Hôpital Lariboisière, Paris

L'imagerie ostéoarticulaire au RSNA 2006, c'est en chiffres :
- 18 Séances de communications scientifiques
- 26 séances éducatives de mise au point en imagerie ostéoarticulaire
- 2 séances plénières
- 570 posters électroniques

Des séquences IRM qui pourraient s'avérer intéressantes en pratique courante …
• L'utilisation des séquences isotropiques 3D écho de gradient rapide en coupes fines (0,4 mm) à 3 Tesla, pourrait se substituer aux traditionnelles séquences en pondération T1 pour l'étude arthrographique de l'épaule (1). Ces séquences permettent d'obtenir des reconstructions MPR d'une résolution spatiale satisfaisante avec un rapport signal/bruit suffisant. En outre, le gain de temps n'est pas négligeable puisqu'elles durent moins de 3 minutes.
Enfin, une comparaison à des résultats arthroscopiques montre qu'elles détectent :
- 100 % des ruptures partielles ou complètes de la coiffe des rotateurs.
- 90 % des SLAP lésions
- 89 % des lésions du labrum antérieur
- 86 % des lésions du labrum postérieur

• La séquence 3D isovoxel TrueFISP avec excitation sélective de l'eau (taille du voxel : 0,6 mm) pourrait également se substituer aux protocoles standard d'étude du genou (2). Cette séquence permet d'obtenir des reconstructions MPR satisfaisantes avec un gain de temps non négligeable (3 min 11). Elles donnent dans une comparaison à l'arthroscopie des performances diagnostiques excellentes quant à :
- la détection des lésions cartilagineuses (sensibilité : 69 % ; spécificité : 89 %)
- la rupture des ligaments du pivot central (sensibilité : 100 % ; spécificité : 100 %)
- la détection de lésions méniscales internes (sensibilité : 100 % ; spécificité : 82 %)
- la détection des lésions méniscales externes (sensibilité : 67 % ; spécificité : 88 %)

• Les séquences ultrarapides écho de gradient-Spin-Echo « GRASE » permettent de réaliser une cartographie T2 du cartilage d'encroûtement articulaire fémoro-patellaire tout à fait satisfaisante (3). La gradation des lésions cartilagineuses est corrélée aux résultats arthroscopiques (Rhô2= 0,89 ; intervalle de confiance à 95 % : 0,61-0,97) avec des résultats tout à fait similaires à ceux des séquences TSE T2 habituelles (Rhô2 = 0,84 ; intervalle de confiance à 95 % : 0,49-0,96).

• Les séquences à TE ultra court (« ultrashort TE » - UTE) se révèlent sensibles (sensibilité : 67 %) et spécifiques (spécificité : 94 %) pour l'évaluation des lésions cartilagineuses de la couche profonde du cartilage, comparativement aux résultats histologiques (4) alors que les séquences T2 classiques sont très limitées par les grandes disparités de temps de relaxation T2 entre la couche profonde et la couche superficielle.

• Les séquences isotropiques 3D FSE xeta (« Extended Echo Train Acquisition ») à 3 Tesla paraissent prometteuses pour l'étude de la cheville (5). Elles permettent d'obtenir des reconstructions dans les 3 plans de l'espace avec une résolution spatiale et un rapport signal/bruit satisfaisant. Elles permettent de réaliser des coupes plus fines (0,6 mm) sans augmenter le flou des bords (« Bluring »). Elles apportent donc des images de haute résolution pour l'étude du cartilage d'encroûtement talo-crural et sous-talien postérieur ainsi qu'une étude détaillée des structures tendino-ligamentaires de la cheville.

• Une étude propose une nouvelle technique dite « SWIFT » (6) qui permet d'obtenir une imagerie fine des structures à très court TE (corticale osseuse, tendon, ligament et cartilage par exemple). Cette technique d'imagerie présente en outre l'avantage d'être rapide.

L'IRM de diffusion : de nouveaux champs d'application très prometteurs en ostéoarticulaire …
L'imagerie de diffusion corps entier pourrait être une alternative satisfaisante à la scintigraphie osseuse pour la détection des localisations secondaires (7, 8).

• L'IRM de diffusion corps entier à 1,5 Tesla, en inversion-récupération avec reconstructions MIP, produit des images 3D très proches de la scintigraphie (7). Elle serait supérieure à la scintigraphie Technétium pour la détection des métastases osseuses (étude sur 17 cancers du sein, 9 cancers de prostate, 1 cancer du poumon, 1 cancer de la thyroïde, 1 hystiocytome fibreux malin, 1 sarcome d'Ewing). Elle permet en outre d'éliminer un certain nombre de faux positifs de la scintigraphie quand elle est couplée à une imagerie T1 et/ou T2 corps entier.

• Une autre étude présente l'IRM de diffusion corps entier comme une technique ayant une meilleure sensibilité et spécificité que la scintigraphie osseuse pour détecter des localisations secondaires osseuses (8) (sensibilité du DIW BS-MRI = 100 % vs 71 % pour la scintigraphie ; spécificité DIW BS -MRI = 90 % vs 80 % pour la scintigraphie). L'imagerie de diffusion corps entier permettrait en outre de détecter des métastases extra-osseuses (hépatiques, ganglionnaires …) dans 40 % des cas.

• L'imagerie de diffusion peut également permettre d'apporter des arguments supplémentaires pour différencier, si besoin était, un chordome d'un chondrosarcome (9). La mesure de l'ADC en cas de chondrosarcome est plus élevée (2,15 x 10 -3 mm2/s en moyenne avec des valeurs allant de 1,4 à 2,6) qu'en cas de chordome (1,21 x 10 -3 mm2/s en moyenne avec des valeurs allant de 0,5 à 1,5).

L'IRM dynamique après injection de gadolinium participe à la caractérisation tumorale
• L'étude dynamique de la prise de contraste des tumeurs musculo-squelettiques (« DCE perfusion MR Imaging ») peut contribuer à différencier une tumeur bénigne d'une tumeur maligne (10).
- Un profil de prise de contraste caractérisé par une prise de contraste rapide et précoce suivi d'un lavage relativement rapide du produit de contraste doit faire évoquer en priorité une tumeur maligne, avec une sensibilité et une spécificité de respectivement 96 et 72 %.
- Une pente de prise de contraste maximale (Signal final-Signal initial x 100/ signal de base initial) supérieure ou égale à 40 %/mn est très évocatrice d'une tumeur maligne avec une sensibilité et une spécificité de respectivement 83 et 89 %.
- L'étude dynamique de la prise de contraste des tumeurs musculo-squelettiques permet en outre d'évaluer plus précisément la réponse tumorale au traitement (changement de profil de courbe et diminution de la pente de prise de contraste maximale) avec une excellente corrélation histologique.

• L'IRM dynamique après injection de Gadolinium pourrait être également utile pour différencier un tassement bénin d'un tassement malin (11).
- Une courbe intensité/temps en forme de « V inversé », avec un prise de contraste rapide et un lavage (« wash-out ») précoce est très évocatrice d'un tassement malin, métastatique ou lymphomateux.
- Un prise de contraste rapide suivie d'une phase d'équilibre serait hautement prédictive (86,5 %) d'un myélome multiple …

• L'étude dynamique de la prise de contraste en cas d'œdème osseux répond parfaitement au modèle pharmacocinétique connu (« Brix Model ») et se caractérise par une pente de prise de contraste initiale (« wash-in ») augmentée et une pente d'élimination (wash-out) diminuée probablement en raison d'une vasoconstriction locale (12). Ces études vont dans le sens d'une meilleure compréhension des modifications physiopathologiques que l'on pourrait observer :
- en cas d'ostéo-arthropathie inflammatoire, d'arthrite rhumatoïde …
- en cas d'œdème péri-tumoral …
- ou d'ostéonécrose …

Les produits de contraste en IRM : peu de nouveautés …
• Une étude évalue les produits de contraste ferreux super-paramagnétiques (SPIO) à 1,5 Tesla (13) et conclut à une différence significative des valeurs de prise de contraste relatives (signal post injection (à 3 heures) – signal pré-injection x 100/ signal pré-injection) entre moelle osseuse normale (50 %), métastases (17 %) et ostéomyélite (36 %). Cette étude propose d'utiliser les agents de contraste SPIO pour différencier une atteinte métastatique d'une atteinte infectieuse.

• Les agents de contraste USPIO (SHU555C) trouveront peut-être une application dans les arthropathies (14). La prise de contraste de la synoviale avec les agents USPIO est plus marquée, plus progressive et plus durable qu'avec le gadolinium.

L'IRM corps entier nous invite à reconsidérer nos pratiques …
• En dehors des applications de l'IRM corps entier couplée à l'imagerie de diffusion dans la recherche de localisations secondaires (7,8), l'IRM corps entier est aussi une méthode plus sensible et plus spécifique que les radiographies standard pour détecter des lésions osseuses myélomateuses (15).

• L'IRM corps entier apparaît également comme une modalité efficace pour le « Staging » des myélomes multiples (16). La réalisation d'une IRM corps entier à la place des radiographies standard classiques préconisées dans la classification de Salmon et Durie, a un impact direct sur :
- Le « staging » des patients :
- 65,8 % des patients ont changé de stade avec l'IRM,
- 12 % des patients sont classés dans un stade supérieur par l'IRM,
- 36,5 % des patients sont classés dans un stade inférieur par l'IRM,
- L'IRM permet de mettre en évidence des masses myélomateuses des parties molles.
- La prise en charge thérapeutique :
- 3 patients ont changé de stade et ont nécessité ainsi un traitement différent (7,3 %),
- 8 patients ont changé de stade et n'ont pas nécessité de traitement (19,5 %).

L'arthro-IRM mise en défaut dans l'étude du poignet …
• L'arthrographie MR à 1,5 Tesla paraît moins performante que l'arthro-scanner pour la détection (17) :
- des lésions du ligament scapho-lunaire (sensibilité de 68 à 77 % ; spécificité de 87 %). Ces résultats sont à confronter à ceux de l'arthroscanner (sensibilité de 95 % et spécificité de 96 à 100 %).
- des lésions du ligament luno-triquétral (sensibilité de 50 à 60% et spécificité de 94 à 97 %). Ces résultats sont à confronter à ceux de l'arthroscanner : sensibilité de 90 à 100% et spécificité de 94 à 100 %.
- Des lésions du TFCC - fibrocartilages triangulaires du carpe - (sensibilité de 82 % et spécificité de 100 %). Ces résultats sont à confronter aux résultats de l'arthroscanner (sensibilité de 100 % et spécificité de 100 %).
- Les anomalies cartilagineuses (sensibilité de 30 à 40 % et spécificité de 100 %). Ces résultats sont à confronter aux résultats de l'arthroscanner (sensibilité de 100 % et spécificité de 100 %).

Mais cette étude nous rappelle que la visualisation des structures intra-articulaires (épaule, hanche et poignet) à 1,5 Tesla dépend du temps écoulé entre l'injection du produit de contraste et l'acquisition des images (18).
L'arthrographie MR de l'épaule et de la hanche doit être réalisée dans les 90 minutes.
L'arthrographie MR du poignet doit être réalisée dans les 45 minutes.

Anatomie : devons nous ré-apprendre à interpréter les IRM du genou ?
• Le complexe myotendineux poplité constitue une unité fonctionnelle importante dans la stabilité du point d'angle postéro-externe (19). Les trois fascicules poplitéo-méniscaux seraient atteints dans 25 % des cas de rupture du LCAE. L'équipe de Resnick décrit, à partir des résultats d'une étude cadavérique, l'existence de 3 fascicules distincts (Fig. 1) :
- le fascicule antéro-inférieur (A), d'épaisseur variable, constitue le plancher du hiatus poplité, et se termine par une attache commune avec le ligament fibulo-poplité sur la fibula. Il est identifié dans des 100 % des cas,
- le fascicule postéro-supérieur (B), d'épaisseur variable, constituant le toit du hiatus poplité. Il est aussi identifié dans 100 % des cas,
- le fascicule postéro-inférieur (C), d'épaisseur constante, qui correspondant à une extension vers le haut de fibres issues de la jonction myotendineuse, vient s'attacher à la face inféro-médiale du ménisque latéral. Il est identifié dans 100 % des cas.


Fig. 1 : Corne postérieure du ménisque externe, tendon poplité et fascicules ménisco-poplités antéro-inférieur (A), postéro-supérieur (B), et postéro-inférieur (C).




• Nous devons reconsidérer l'anatomie du ligament croisé postérieur (20). L'équipe de Resnick nous propose à partir d'une étude cadavérique à 1,5 Tesla, une lecture zonale du ligament croisé postérieur : 4 régions sont regroupées au sein de 2 unités fonctionnelles tout à fait distinctes :
- unité fonctionnelle postéro-latérale (10 à 15 % du ligament) tendue en extension et en flexion.
- fibres obliques (région 1)
- fibres longitudinales (région 2)
- unité fonctionnelle antéro-médiale (85 à 90 % du ligament) relâchée en extension et tendue en flexion
- fibres centrales (région 3)
- fibres antérieures (région 4).

• De nombreuses variantes anatomiques peuvent favoriser la survenue des conflits avec les tendons péroniers. Une étude donne l'incidence de ces différentes variantes au sein d'une population volontaire et symptomatique (21) :
- peronus quartus : 17 %
- tubercule péronier : 55 % dont 90 % de taille inférieure ou égale à 4,6 mm (médiane : 2,9 mm)
- éminence rétro-cochléaire : 100 % dont 90 % de taille inférieure à 4,6 mm avec une taille médiane chez l'homme (3,4 mm) comparativement supérieure à celle de la femme (2,5 mm).
- La gouttière rétro-maléollaire peut être concave (28 %), convexe (18 %) ou plate (43 %).

• L'IRM de genou peut montrer la présence d'un chef accessoire du gastrocnémien qui peut expliquer un syndrome de l'artère poplitée piégée. Cette variante est présente dans 2 % des cas environ. Dans la grande majorité des cas, le tendon naît de l'extrémité distale du fémur, chemine latéralement en regard de l'articulation pour rejoindre le chef latéral du gastrocnémien (22). Dans ce cas, les vaisseaux se trouvent piégés entre le chef accessoire et le chef médial …

Quelques signes intéressants a évaluer en pratique IRM courante : ouvrons l'œil !
• Il ne faut plus négliger la graisse de Hoffa (23) ! Les observations arthroscopiques invitent à considérer une nouvelle entité clinico-radiologique. Il s'agit d'une hypertrophie synoviale focale de la graisse de Hoffa qui s'observe plus particulièrement en regard de la corne antérieure du ménisque médial et qui s'organise autour d'une bande fibreuse bien visible sur les séquences en pondération T1. Dorénavant, il faudra penser à la graisse de Hoffa devant toute gonalgie antérieure inexpliquée à la recherche d'un conflit antérieur.

• En cas de pied plat acquis par atteinte du tendon tibial postérieur, le « spring ligament », situé à la face profonde du tibial postérieur peut être lésé. Une étude (24) montre que le « spring ligament », structure qui soutient l'arche interne du pied, peut être atteint isolément par un autre mécanisme, notamment chez les sujets jeunes. Son atteinte prédomine alors à sa partie supéro-médiale et s'accompagne d'une atteinte du ligament deltoïde dans la majorité des cas.

• L'atrophie et la dégénérescence graisseuse isolée de l'abducteur Digit Quinti (25) du pied pourraient être observées dans 5 % des IRM de routine du pied (6 % pour les femmes et 3% pour les hommes). Ce signe doit faire suspecter un conflit avec le nerf calcanéen inférieur (nerf de Baxter). Son conflit serait à l'origine de 20 % des douleurs plantaires du pied. Son diagnostic clinique restant par ailleurs très difficile. Aux radiologues d'être vigilants …

• Il faut apprendre à suspecter une lésion de l'appareil ligamentaire extrinsèque du carpe devant des oedèmes osseux de localisation très précise en regard des zones d'insertion et/ou de réflexion ligamentaire (26) …

• Attention quant à l'interprétation des anomalies de signal de la moelle osseuse du pied et de la cheville (27) ! Une étude montre que des anomalies de signal de type oedémateux sont fréquemment observées dans la moelle osseuse de sujets asymptomatiques (36 %). Elles sont en général de petite taille (inférieure à 1,5 cm) et de faible intensité.
Nous noterons que l'étude met par ailleurs en évidence chez ces volontaires sains :
- un aspect d'ostéonécrose dans 26 % des cas
- une arthropathie avec œdème osseux et kystes sous-chondraux chez 40 % des sujets âgés de plus de 50 ans.
- des géodes isolées dans 5 % des cas.

Quelques techniques innovantes en imagerie ostéo-articulaire
• L'IRM haute résolution à 3 Tesla donne une étude très fine des articulations interphalangiennes proximales (28) de la main en cas d'atteinte rhumatismale avec une meilleure détection de l'œdème osseux, de la prise de contraste synoviale et une meilleure visualisation des érosions. Celles-ci siègent dans 88 % des cas en regard de l'insertion du ligament collatéral …

• Une étude biomécanique du rachis lombaire sur une machine IRM ouverte où le patient peut être placé en position verticale du type de celle présentée à l'exposition technique (Fonar Bright multipositions MRI) montre que la position assise à 135° génère moins de contraintes biomécaniques sur le rachis lombaire que la position assise à 90° de flexion (29) . À 135° de flexion, le disque intervertébral présente un contenu en eau significativement plus important qu'à 90° de flexion (30).

• L'élasto-sonographie fait son apparition dans l'arsenal des méthodes d'imagerie en ostéoarticulaire (31). Il s'agit probablement d'une technique complémentaire des ultrasons classiques. Elle permettrait grâce à son codage couleur de détecter avec une bonne sensibilité des altérations intra-tendineuses fines au sein des tendons superficiels comme le tendon achilléen.

Interprétation des radiographies de cheville en pathologie traumatique courante (32)
• Les fractures du processus latéral du talus ne sont pas rares. Elles seraient présentes dans environ 8,8 % des radiographies de cheville post-traumatiques. La majorité des fractures sont extra-articulaires (63 %), elles passent souvent inaperçues lors du bilan initial (16 % environ) mais cela n'a pas d'incidence sur la prise en charge puisqu'elles sont traitées de manière conservatrice. Les fractures articulaires représentent tout de même 37 % des fractures du processus latéral (3,2 % des chevilles traumatisées). Elles passent très souvent inaperçues lors du bilan radiologique initial (30 % environ), expliquant l'existence de douleurs chroniques de la cheville et une décompensation arthrosique prématurée (32).

La radiologie interventionnelle évalue ses pratiques
• Les injections intradiscales de corticoïdes sont plus efficaces sur les lombalgies (jugées sur une EVA, échelle visuelle analogique) quand il existe des anomalies de signal des plateaux vertébraux avec œdème (Modic I) exclusif ou prédominant qu'en cas de prédominance d'un signal graisseux (33).

• La dissectomie percutanée au laser multidiode sous contrôle radioscopique et/ou TDM a donné d'excellents résultats dans une étude ouverte portant sur un grand nombre de sujets (n = 842) avec un suivi sur plus de 21 mois (34). Le laser donne un taux de bonnes réponses de 91 % selon les critères de Mac Nab. Les complications restent mineures (2 % environ). En règle générale, il s'agit de simples céphalées ; dans de rares cas, il s'agit de spondylite aseptique (0,5 %).

• La fuite de ciment au sein du disque intervertébral adjacent à la vertèbre traitée par cimentoplastie est relativement fréquente (24 %) (35). Il semble possible de prédire sur l'IRM pré-opératoire la survenue d'une fuite intradiscale de ciment. Il existe en effet une relation statistiquement significative entre la fuite de ciment et l'observation :
- d'un defect cortical de la vertèbre traitée.
- d'un hypersignal anormal du disque intervertébral adjacent.
- l'absence de « cleft ».
Mais l'âge, le sexe, la localisation de la vertèbre traitée et l'angle de cyphose localisé ne sont pas des facteurs prédictifs de fuite. L'IRM pré-opératoire est déjà indispensable pour détecter l'œdème osseux en faveur d'une fracture récente déterminant ainsi la vertèbre à traiter. L'IRM pourrait aussi servir à prédire un risque de fuite de ciment. On pourrait alors être amené à modifier la procédure :
- changer le positionnement des aiguilles
- utiliser la technique de kyphoplastie pour minimiser le risque de fuite
- ou utiliser un ciment à prise rapide.

• Une étude s'est attachée à étudier les bénéfices à long terme de la kyphoplastie (36). Cette technique est très efficace pour réduire significativement et immédiatement la douleur ressentie par le patient en cas de fracture récente confirmée par la présence d'un œdème osseux sur l'IRM pré-opératoire.
Les résultats immédiats de la kyphoplastie sur la douleur sont moins spectaculaires en cas de fracture récente sans œdème vertébral sur l'IRM pré-opératoire. Malgré tout, les bénéfices à 12 mois sont superposables les deux groupes (50 % environ de réponse).

• La répartition du ciment au sein de la vertèbre traitée par vertébroplastie (37) n'a pas d'influence sur la réponse initiale. En revanche, elle pourrait avoir une incidence sur le risque d'apparition d'une nouvelle fracture. Selon la répartition du ciment, ce risque varie de 26,5 à 50 % à un recul moyen de 19,5 mois. Une répartition compacte en boule ou en fente est associée à une fréquence de nouvelles fractures de 50 % contre seulement 26,5 % quand le ciment se répartit entre les travées osseuses avec un « aspect spongieux ».

• Une équipe japonaise (38) a effectué chez les patients ostéoporotiques des vertébroplasties prophylactiques des vertèbres situées juste au dessus du tassement ou des vertèbres situées entre deux tassements afin de prévenir d'autres tassements vertébraux adjacents à une vertèbre déjà traitée : 5 % de ces sujets ont fait une nouvelle fracture dans les 3 mois contre 22,4 % dans un groupe de patients où la vertébroplastie était limitée aux vertèbres fracturées.

• Dans le cas de patients symptomatiques présentant un rachis tumoral avec atteinte du mur postérieur et pour lequel le traitement médical (radiothérapie ou chimiothérapie) a échoué, la vertébroplastie combinée à la radiofréquence est pratiquée par certaines équipes (39). La douleur est réduite ainsi que l'utilisation des analgésiques.

Références

1. Magee T. Can Isotropic Fast Gradient Echo Imaging be Substituted for Conventional T1 Weighted Sequences in Shoulder MR Arthrography? RSNA 2006;SSA20-04

2. Duc S, Pfirrmann C, Koch P, Helmy N, Zanetti M, Hodler J. Comprehensive MRI Examination of the Knee in Three Minutes? Prospective Evaluation of the Diagnostic Performance of a 3D Isovoxel TrueFISP Sequence for the Assessment of Internal Derangements of the Knee. RSNA 2006;SSG22-01

3. Quaia M, Toffanin R, Guglielmi G, Rossi A, Martinelli B, Cova M. Comparison of Ultrafast Gradient-Echo-Spin-Echo (GRASE) and Standard Turbo Spin-Echo (TSE) Magnetic Resonance Sequences in the T2 Mapping of Patello-Femoral Cartilage in Patients with Articular Degenerative Changes. RSNA 2006;SSK23-04

4. Chung C, Dwek J, Znamirowski R et al. Ultrashort TE (UTE) MR Imaging is Sensitive, Specific and Accurate for Deep Layer Cartilage Evaluation: MR Imaging Comparison with Histology in 25 Cadaveric Patellae. RSNA 2006;SSK23-05

5. Stevens A, Busse R, Beehler C et al. Isotropic MRI of the Ankle at 3.0T with 3D-FSE-xeta (eXtended Echo Train Acquisition). RSNA 2006;SSK24-08

6. New and novel method for musculoskeletal imaging of extremely fast relaxing spins. RSNA 2006;SSK 24-07

7. Whole-body MRI with Using Diffusion- weighted Whole-body Images with Background Suppression (DWIBS) for Detecting Metastatic Bone Tumor: Comparison with Bone Scintigram(BS). RSNA 2006;LL-MK4300-L05

8. Vilanova J, Barcelo J, Villalon M, Ruscalleda N, Riera E, Balliu E. Whole Body Diffusion-weighted Image: A Novel Technique to Evaluate Patients with Bone Metastases. RSNA 2006;SSQ21-06

9. Differential Diagnosis of Chondrosarcoma from Chordoma Using Diffusion-weighted MR Imaging. RSNA 2006;LL-MK4275-B10

10. Assessment of Musculoskeletal Tumors with Proton Spectroscopy and Dynamic Contrast-enhanced Perfusion MR Imaging. RSNA 2006;LL-MK4273-B08

11. Detection of Abnormal blood perfusion of the vertebral body with DCE-MRI in cancer patients and osteoporosis patients. RSNA 2006;SSQ 21-07

12. Jung E et al.Assessment of Bone Marrow Edema Perfusion with DYNAMIC CONTRAST-enhanced MR Imaging. RSNA 2006;LL-MK4269-B04

13. Fukuda Y et al.The Potential Value of Superparamagnetic Iron Oxide (SPIO) MRI for Differentiating Spinal Tumors and Osteomyelitis. RSNA 2006;SST17-07

14. Simon G, von Vopelius-Feldt J, Wendland M, Fu Y, Daldrup-Link H. MR Imaging of Antigen-induced Arthritis: A Comparison between Ultrasmall Superparamagnetic Iron Oxides (USPIO) and Standard Gd-DTPA. RSNA 2006;SSE21-05

15. Zacchino M, Fumagalli I, Arcuti P, Garioni E, Danesino G.M, Calliada F. Bone Marrow Involvement in Patients with Multiple Myeloma: Comparison of Whole Body MRI and X-ray Skeletal Survey. RSNA 2006;SSQ21-04

16. Baldauf A, Schipp, A Zoz M et al. Whole Body MRI in Patients with Newly Diagnosed Monoclonal Gammopathy/Multiple Myeloma: Impact on Staging and Therapeutic Strategy. RSNA 2006;SSQ21-05

17. Moser T, Dosch J.C, Moussaoui A, Dietemann J.L. Diagnosis of Wrist Ligament Tears: Compared Accuracies of MRI, MDCT Arthrography, and MR Arthrography. RSNA 2006;SSJ22-01

18. Andreisek U, Duc S, Froehlich J, Hodler J, Weishaupt D. MR Arthrography of the Shoulder, Hip, and Wrist: Contrast Dynamics and Relationship between Visualization of Intraarticular Structures and Time Elapsed between Intraarticular Injections of Contrast Agent. RSNA 2006;SSK24-09

19. Peduto A, Nguyen A, Trudell D, Resnick D. Popliteomeniscal Fascicles: Anatomic Considerations Using MR Imaging in Cadavers. RSNA 2006;SSG22-04

20. Peduto A, Nguyen A, Trudell D, Resnick D. Posterior Cruciate Ligament: Concept of Regional Fiber Organization Using MR Imaging in Cadavers. RSNA 2006;SSG22-07

21. Saupe N, Mengiardi B, Pfirrmann C, Vienne P, Seifert B, Zanetti M. Anatomic Variants Associated with Peroneal Tendon Disorders: MR Findings in Volunteers with Asymptomatic Ankles. RSNA 2006;SSC19-05

22.Recht I, Grooff P, Piraino D, Ilaslan H, Schaeffer C, Recht H. Third Head of the Gastrocnemius: An MR Imaging Study Based on 1039 Consecutive Knee MRI Examinations. RSNA 2006;SSG22-09

23. Fillmore E, Schweitzer M, Cunningham P, Rose D. Characteristic T1 Signs of Synovial Impingement in Hoffa's Fat Pad. RSNA 2006;SSG22-08

24. R McKellar, F Malara. Associations of Spring Ligament Abnormality on MRI. RSNA 2006;SSC19-06

25. Recht M, Grooff P, Ilaslan H, Recht H, Sferra J. Fatty Atrophy of the Abductor Digiti Quinti: An MR Imaging Study Based on 166 Consecutive Ankle MR Examinations. RSNA 2006;SSC19-08

26. Noebauer-Huhmann I, Bittsansky M, Kainberger F, Imhof H, Smolen J, Trattnig S. Three-Tesla MR Imaging in Rheumatoid Arthritis: The Proximal Interphalangeal Joints (PIPs) Using a High-Resolution Microimaging Gradient Insert. RSNA 2006;SSE21-04

27. Bergin D, Qazi N. Mapping Marrow Edema Patterns on MRI Related to Extrinsic Ligament Injuries of the Wrist. RSNA 2006;SSJ22-03

28. Wassermann V, Mengiardi B, Pfirrmann C, Duc S, Hodler J, Zanetti M. Edema-like Bone Marrow Abnormalities in 78 Asymptomatic Feet. RSNA 2006;SSC19-04

29. Bashir W, Torio T, Smith F, Takahashi K, Pope M. The Way You Sit Will Never Be the Same! Alterations of Lumbosacral Curvature and Intervertebral Disc Morphology in Normal Subjects in Variable Sitting Positions Using Whole-body Positional MRI. RSNA 2006;SSC20-07

30. Bashir W, Torio T, Smith F, Takahashi K, Pope M. Lteration of Water Content in Lumbar Intervertebral Discs Related to Variable Sitting Postures Using Whole-body Positional MR Imaging. RSNA 2006;SSC20-06

31. Klauser A, De Zordo T, Pallwein L, Feuchtner G, Smekal V, Mallouhi A. Value of Real-time Sonoelastography in Achilles Tendon Comparison of Findings between Healthy Volunteers and Patients with Symptomatic Achilles Tendons. RSNA 2006;SSC19-02

32. Cunneely K, Segler C, Anderson M, Huff D, Crim J. High Incidence of Missed Diagnosis of a Common Ankle Fracture. RSNA 2006;SSC19-01

33. Drape J.L, Fayad F, Feydy A, Guerini H, Revel M, Chevrot A. Inflammatory Degenerative Disc Disease: Assessment of Efficiency of Intradiscal Steroid Injections. RSNA 2006;SSC20-01

34. Lucarini S, Mazza E, Sali L, Menchetti P.M, Acquafresca M, Villari N. Percutaneous Laser Diode Disc Decompression (PL3D) with Fluoroscopic Guidance, CT Guidance, and Fluoro-CT Guidance. RSNA 2006;SSC20-04

35. Hiwatashi A, Ohgiya Y, Kakimoto N, Westesson P.L. Cement Leakage with Vertebroplasty Can Be Predicted on Preoperative MR Imaging. RSNA 2006;SSA21-04

36. Noeldge G, Grafe I, Da Fonseca K et al. MR-detected Bone Edema is Not a Prerequisite for Long-term Benefit by Kyphoplasty. RSNA 2006;SSA21-06

37. Tanigawa N, Komemushi A, Kariya S, Kojima H, Shomura Y, Sawada S. Percutaneous Vertebroplasty: Relationship between Cement Distribution Pattern and New Compression Fracture following PVP. RSNA 2006;SSA21-02

38. Kobayashi O, Numaguchi Y, Fuwa S et al. Prophylactic Cement Injection into Non-fractured Vertebral Bodies during Percutaneous Vertebroplasty for Symptomatic Osteoporotic Compression Fractures. RSNA 2006;SSA21-03

39. Van Der Linden E, Kroft L, Dljkstra P.D.S. Image-guided Radiofrequency Ablation Combined with Vertebroplasty: Spinal Tumor Treatment in 12 Patients with Posterior Wall Defects of the Vertebral Body. RSNA 2006;SSA21-07