Tous nos sites et sites référencés

Scanner : une pause dans la course au nombre de coupes !!!

Mis à jour le 13/08/2010 par SFR

Scanner : une pause dans la course au nombre de coupes !!!


Laura Martinez-Souloumiac (1), Françoise Gosso (2)
(1) Hôpital Bichat (AP-HP),
(2) Hôpital Paul Brousse (AP-HP)


Introduction

Le scanner était à l'honneur lors de ce RSNA : en effet, la session d'ouverture lui était consacrée avec une intervention intitulée « Multidetector CT : beyond 16 slices – Too much of a good thing ».

Cette réflexion est aussi celle des constructeurs, car c'est la première année depuis plus de huit ans, qu'il n'y a pas eu de présentation de nouveaux équipements permettant de réaliser plus de coupes que les années précédentes. Les différentes sociétés ont soit présenté de nouveaux appareils dans la gamme moyenne et dédiés plus spécifiquement à une application (oncologie par exemple) soit présenté des améliorations des appareils existants tant sur le plan technologique que sur le plan des logiciels. La grande nouveauté a été l'appareil Somatom Définition de Siemens qui est un appareil bi-tube. Philips a présenté aussi un nouveau produit mais qui concerne plutôt l'environnement du scanner : le CT Halo.

Les améliorations portent principalement sur :
  • l'amélioration de la qualité image et de la résolution temporelle,
  • la réduction de dose en particulier pour les scanners haut de gamme,
  • la mise au point de package de logiciel par spécialité,
  • l'amélioration de l'ergonomie du travail (console, logiciel CAD…).


Les grandes tendances

Les quatre constructeurs présents en France (GE Healthcare, Philips, Siemens et Toshiba) disposent d'une gamme très complète qui leur permettent de répondre au mieux aux besoins cliniques. Néanmoins le marché français est plutôt axé sur les appareils de 16 ou 64 coupes.

Ces sociétés présentent toutes des scanners dit ouverts : ces appareils sont dédiés principalement à l'oncologie, à la traumatologie, à l'interventionnel et à l'examen des patients obèses. Pour cela, ils sont équipés d'un statif avec une ouverture élargie, d'une extension du champ et d'une table d'examen renforcée et de logiciels spécifiques.

D'autres constructeurs, non encore représentés en France, ont élargi leur gamme soit en augmentant le nombre de coupes tel que Hitachi avec son appareil CXR16 (un appareil 16 coupes), soit en élargissant le nombre d'appareils mono et bi-coupe tel que Neusoft.

En dehors de leur continent d'origine, ces sociétés commencent à commercialiser des appareils aux Etats Unis et en Europe. Ne disposant pas actuellement d'appareils « haut de gamme » type 64 coupes, elles ont es difficultés à séduire le marché français.

Le tableau suivant reprend de manière synthétique les gammes de chacun des principaux constructeurs :
Types de scanner
GE Healthcare
Philips
Siemens
Toschiba
Mono, bi-coupes ou 4 coupes
HighSpeed Cte Dual
LightSpeed Plus 4
MX 4000
MX 6000 (2 coupes)
Emotion 2
Spirit (2 coupes)
Aquilion Super 4
6, 8 ou10 coupes
LightSpeed Ultra 8
Brilliance 6
Brilliance 10
Emotion 6
Aquilion 8
16 coupes
LightSpeed 16
BrightSpeed Elite
LightSpeed Pro16
Brilliance 16
Emotion 16
Aquilion 16
32, 40 coupeset 64 coupes
LightSpeed VCT Select
LightSpeed VCT 64
Brilliance 40
Brilliance 64
Sensation 40
Sensation 64
Aquilion 32
Aquilion 64
OPEN
LightSpeed RT 4
LigntSpeed RT 16
Big Bore Oncology (16 coupes)
Sensation Open 20
Sensation Open 40
Aquilion LB (16 coupes)
Double tube
Définition

La réduction de dose

Le saut technologique qu'a représenté le développement de scanners multi coupes (au-delà de 16), et les nouvelles applications cliniques qui en découlent ou en découleront ont relancé la réflexion sur la dose délivrée au patient.

En effet avec les scanners 16, 32 et 64 coupes il est possible d'obtenir : une diminution très importante du temps d'acquisition et de reconstruction, une meilleure qualité d'image, des coupes de plus en plus fines, un nombre plus important de coupes, de volumes isotropiques, etc. Ces nouvelles performances permettront aux radiologues de réaliser de nouveaux protocoles dans le domaine de la cardiologie, l'angiographie, l'image de perfusion, sans les contraintes liées au patient telles que les mouvements de la respiration, les battements du cœur, l'utilisation de bêta –bloquants, et sans les restrictions technologiques telles que le réchauffement du tube, la vitesse de rotation, entre autres. En revanche ceci a un prix : l'augmentation de la dose donnée au patient. Face à cette problématique les constructeurs proposent des systèmes de plus en plus complets en software et hardware permettant de réduire jusqu'à 50% la dose donnée au patient, notamment dans les examens cardiaques.

Les nouveautés et les améliorations annoncées lors du RSNA 2005 ont été les suivantes :
  • Modulation de la dose en fonction de la corpulence du patient
  • Un collimateur à la sortie du tube
  • L'acquisition adaptative à la fréquence cardiaque
  • L'utilisation de deux énergies en simultanée


Les logiciels
Les principaux constructeurs en France disposent d'un panel important de logiciels tant pour l'acquisition que pour la reconstruction des images.

La nouveauté en 2005 est la présentation en routine de « package » de logiciels spécifiques par discipline. Ces « packages » permettront aux radiologues de réaliser avec le moins possible de « clicks » une évaluation et une analyse de la zone ou de l'organe étudié :
  • en cardiologie : Siemens présente le package cardiaque, Toshiba le SURE PLAQUE, Philips le CCA (Comprehensive Cardiac Analyse), GE Healthcare le CARDIQ X Press et Toshiba
  • en oncologie : Siemens propose le package oncologie, et Philips le Respiratory Correlated Imaging.
  • pour les urgences : Siemens annonce le package urgence.
  • pour la pédiatrie : Siemens a dans son offre de base, un package pédiatrie (dose adaptée en fonction de l'âge et du poids), Toshiba propose un protocole bien spécifique pour les enfants, Philips propose des protocoles dédiés, grâce à des fantômes développés spécifiquement.
  • en neurologie Siemens présente le package neurologie.

Toutes les sociétés disposent de logiciels de CAD/CAR pour le côlon et les poumons (embolie pulmonaire et nodules pulmonaires). Aujourd'hui, trois constructeurs ont eu déjà l'accord de la FDA : Philips, Siemens et GE Healthcare. Toshiba est en cours de validation pour ces applications.
Ces logiciels sont présentés par les constructeurs comme des logiciels de reconnaissance, « c'est le radiologue ou le médecin qui valide….».

La perfusion myocardique est en « Work in Progress » chez la plupart de constructeurs.


La dual énergie
Siemens a présenté une imagerie basée sur la dual énergie qui a pour but de permettre une meilleure différenciation des tissus et une soustraction en direct. Cette nouvelle technique est disponible sur le scanner Somatom Définition dont le lancement a eu lieu lors du RSNA et dont plusieurs installations sont déjà prévues aux Etats Unis début 2006, il sera disponible en France en juin 2006. Ce scanner possède deux tubes, deux barrettes de détecteurs, chaque tube pouvant être alimenté par une tension différente.

Philips, quant à lui, présentait en WIP, pour une commercialisation d'ici 18-24 mois, un détecteur « intelligent », composé de deux couches : une couche « basse énergie » qui reçoit les rayonnements peu pénétrants et une couche « haute énergie » qui reçoit les rayonnements très pénétrants : cela permet d'obtenir en simultané trois images : basse énergie, haute énergie et traditionnelle.


L'offre industrielle

GE Healthcare
http://www.gehealthcare.com

Lors du RSNA 2005, GE HealthCare a présenté 2 nouveaux scanners : le BrightSpeed Elite et le LightSpeed Xtra 16, ainsi que différentes améliorations aux niveau hard (collimateur primaire au niveau du tube RX, pour réduire la dose) et soft (adaptive technologie : variation du pitch pendant l'acquisition et nouveau logiciel : fluoroscopie par exemple…)

Avec le Bright Speed, GE Healthcare présente une nouvelle famille de scanners. Les premières installations devraient avoir lieu au premier trimestre 2006.
Cet appareil dispose de la technologie VCT, Volara avec les DAS digital, d'une géométrie courte (95 cm) et de la plateforme « XtreamTM FX workflow » et d'un nouveau design qui améliore l'ergonomie de travail. Ce nouveau scanner possède les caractéristiques suivantes : géométrie courte (95 cm), refroidissement sans eau, générateur de 60 KW, tube Perfomix, Détecteur Matrix et dispose de l'ensemble des logiciels présents sur la famille des LightSpeed (MPR en 3D, fluoroscopie, CAD, Autobone, reconstruction de 6 images/s…)
Ce scanner très compact peut s'installer en deux jours dans une pièce de 16 m². Cette nouvelle famille va, dans un premier temps, être disponible en 4, 8 et 16 coupes.

L'autre nouveauté concerne le LightSpeed Xtra 16: un scanner ouvert qui permet entre autre de réaliser des examens sur les patients obèses, en interventionnel, en oncologie et aux urgences. Comme le LightSpeed Xtra 4, il possède une ouverture du statif de 80 cm et la table permet de supporter un poids de 330 kg. Il dispose de deux modes d'acquisition : 16 x 0,6 ou 16 x 1,25 et de différentes applications la synchronisation Respiratoire 4D, la simulation virtuelle, la fusion d'image et la planification des traitements complexes en radiothérapie.

GE Healthcare a présenté un ensemble d'éléments permettant d'adapter, au mieux, la dose délivrée au patient et à la zone anatomique étudiée, en particulier au niveau cardiaque, par un contrôle du tube, un monitoring de l'ECG, un collimateur primaire au niveau du tube, ce qui a pour effet de supprimer l' « over beaming » et un contrôle de la table.
L'adaptive technologie est particulièrement intéressante pour l 'étude du cœur, la perfusion d'un organe, le Triple Rule-Out (acquisition en un seul examen scanner qui permet de diagnostiquer s'il s'agit d'une dissection aortique, d'une embolie pulmonaire ou d'un problème coronarien).

Au niveau logiciel, GE HealthCare présente un logiciel de fluoroscopie très complet, qui existe sur toutes les gammes de scanner : sur un planà 24 images par seconde et sur 3 plansà 8 images par seconde. Sur les LightSpeed 32 et VCT, il existe un mode «Speed and Shoot », qui permet en un clic l'obtention de 3 images.

Les nouveaux scanners annoncés lors du RSNA 2004 (LightSpeed VCT et LightSpeed Pro32) ont été commercialisés en 2005.

La gamme de scanners GE HealthCare se décline en trois familles :

La famille HiSpeed, disponible en 3 versions, dispose depuis le RSNA 2004 de l'environnement informatique X-Tream :
- monocoupe : HiSpeed Ct/e
- bicoupes : HiSpeed Cte Dual (cet appareil n'est pas vendu en France) et HiSpeed Nx/i (dédié plus spécialement pour la radiothérapie)

La famille LightSpeed qui bénéficiera progressivement de la technologie Volara, qui permet une réduction de l'ordre de 30 à 40% du bruit électronique, d'où une diminution de la dose et une amélioration du rapport signal sur bruit. Cette nouvelle technologie a été présentée lors du RSNA 2004 : les scintillateurs sont directement couplés à une photodiode de type Black Light, ce qui permet une conversion numérique (sur 24 bits au lieu de 20 bits sur les autres appareils) très rapide.
- LightSpeed Plus 4 : 4 coupes par rotation en 0,5 sec, également évolutif en 8 coupes
- LightSpeed Ultra 8 : scanner 8 coupes équipé d'un détecteur de 16 éléments permettant une couverture anatomique maximale de 20 mm. Pour chaque rotation de 360° en 0,5 sec, les données sont acquises séparément, par séries : 2 rangées actives de 2 x 0,63mm, 8 rangées actives de 8 x 1,25 mm et 16 rangées actives de 8 x 2,5mm.
- LightSpeed 16, scanner 16 coupes équipé d'un détecteur matriciel asymétrique de 24 éléments (Hilight Matrix II) ; l'acquisition est faite en 16 coupes de 0,625 mm par rotation et en 16 x 1,25 mm ; la vitesse de rotation est de 0,5 sec sur le modèle « standard » équipé du tube Performix, de 6,3 MUC; elle descend à 0,4 sec sur le LighSpeed Pro 16, (générateur 80 kW et tube mono polaire plus puissant de 7,5 MUC).
- LightSpeed Pro 32, présenté lors du RSNA 2004, ce scanner est décliné de la version VCT et dispose du même détecteur avec uniquement 32 canaux de détection en simultané.
- LightSpeed VCT, présenté également lors du RSNA 2004, ce scanner dit volumique avec un détecteur de 64 x 0,625 mm (40 mm de couverture) et 64 canaux de détection.
- LightSpeed RT. Il décompose en LightSpeed RT 4 (4 coupes), lightSpeed RT 8, et le LightSpeed RT16 présenté lors du RSNA 2005 . Ce sont des scanners dit ouverts dédiés aux patients obèses et à l'interventionnel avec une ouverture de statifs de 80 cm. Le LightSpeed RT Pro est lui, plus particulièrement, dédié à la radiothérapie (scanner de 16 coupes avec statif ouvert de 80 cm).

La famille BrightSpeed disponible en une version à ce jour :
- BrightSpeed 16 Elite, la nouveauté du RSNA 2005, qui dispose des performances du LightSpeed 16 et qui peut s'installer dans une petite pièce.

Le tube Perfomix Pro est entièrement en métal. Il a la particularité d'être conçu sur une technologie d'alimentation électrique mono polaire (0-140 KV), ce qui autorise une intensité de courant de 800mA sur l'anode (sur le petit foyer, il permet d'atteindre 335 mA en routine). La dissipation calorifique est de 8 MUC. Il dispose de deux foyers (0,6 et 0,7 à 44 KW et 0,9 et 1 à 100KW)

La table d'examens (VT2000) permet une couverture sous rayons X de 170 à 200 cm, descend jusqu'à 40 cm du sol et peut supporter près de 220 kg.

L'architecture informatique repose sur le concept Xtream, elle intègre l'acquisition, la reconstruction, l'accès aux données brutes, les post traitements et la gestion des flux de données (filming, archivage, transfert d'image). Cette architecture a été renforcée sur les appareils haut de gamme : les scanners LightSpeed VCT et Light Speed Pro32, afin de faire face au volume des données à traiter : plateforme Xtream FX. Cette plateforme dispose des protocoles directs MPR et One-Touch, une vitesse de reconstruction de 6 im./s minimum (en option 16 images par seconde) simultanée en 3 plans et une vitesse de transfert de 16 images par seconde.

Au niveau logiciel, GE Healthcare a poursuivi ces développements sur deux grands axes :
Cardiaque et Vasculaire : il existe toute une série de logiciels tels que AutoBone pour la soustraction automatique de l'os pour l'angiographie des membres inférieurs, CardIQ function pour l'évaluation de la fonction vasculaire, CarIQ Analysis pour le myocarde et les cavités, Coronary Vessel Analysis pour les pathologies coronariennes, Smart Score pour la mesure de la quantification des dépôts de calcium dans les artères coronaires. Le progrès le plus important concerne la mise au point de chaînage automatique de plusieurs logiciels cardiaques, afin de faciliter le travail des utilisateurs : CardIQ Xpress. La perfusion myocardique est en WIP.
Oncologie : les deux organes concernés sont le côlon, avec CTC Pro Colon, qui permet une visualisation de la paroi du côlon (mise à plat) et une aide à la détection des nodules et des polypes. Au niveau du poumon, le logiciel Lung Vcare présente les nodules à l'utilisateur, qui doit les valider. Ce logiciel permet aussi de suivre l'évolution des ces nodules et de donner leur temps de doublement
Neurologie : l'imagerie de perfusion cérébrale en 3D (CT Perfusion : cartographie du volume et du flux sanguin afin d'étudier les AVC, la perméabilité des tumeurs etc.),


Au niveau de la réduction de dose, GE HealthCare dispose d'un panel de moyens hard et soft :
  • Modulation de la dose automatique dans les trois dimensions : une modulation de la dose (des milliAmpères) dans l'axe z de l'exploration du patient (tête – pieds), en fonction du profil d'absorption du patient (topogramme).
  • Smart Track : suivi des cellules soumises au champ des rayons RX pour ajuster automatiquement la collimation primaire et centrer le faisceau sur le détecteur.
  • Smart Beam : mise en place automatique d'un filtre papillon selon les applications cliniques (corps, tête, cœur, etc.).
  • « Color Codind for kids », protocole permettant de gérer la dose par un codage couleur fonction de la taille de l'enfant.
  • Modulation de la dose en fonction de l'ECG
  • Collimateur primaire au niveau du tube, qui a pour effet de supprimer l' « over beaming »

En WIP, GE HealthCare présente au RSNA 2005, l'imagerie de perfusion, qui sera disponible dans un premier temps sur les versions LightSpeed VCT et VCT Select.


Philips Systèmes Médicaux
http://www.medical.philips.com

Lors de ce RSNA, Philips n'a pas présenté de nouvelle machine, mais :
  • un nouveau concept de machine : le CT Halo
  • des améliorations au niveau de l'accès aux images : « Brillance Workspace Portal »
  • de nouveaux logiciels regroupés en package
  • en WIP un nouveau statif qui permettra de tourner en 0,2 s./tours grâce à une technologie sur coussin d'air et de nouveaux détecteurs bi énergies et nano panel.

Avec le CT Halo, Philips offre un nouveau concept au niveau de l'aménagement de la salle « Scanner » par l'intégration complète de la console du scanner derrière un paravent mobile : il n'y a plus nécessité de séparer la salle de contrôle du scanner proprement dit Ce principe améliore le confort du patient en particulier en pédiatrie, gériatrie et aux urgences en permettant à une personne de rester à proximité du patient et simplifie le travail des manipulateurs, ce qui a aussi pour effet d'augmenter le Workflow. Le tout pouvant être agrémenté de l' « Ambient Experience » présenté lors du RSNA 2004, système audio visuel permettant de rassurer le patient et d'améliorer son confort lors de l'examen.

Philips présente le Brillance Portal, serveur d'application, qui permet jusqu'à 20 utilisateurs, via Internet, d'accéder à la console de post traitement, à partir d'un simple PC, le traitement des images ayant lieu directement sur le serveur. Le Brillance Portal est utile lorsqu'il y a plus de 10 utilisateurs, qui souhaite travailler, en simultané.

Les nouveautés, présentées au RSNA 2005, au niveau des logiciels concernent principalement :
  • le Computer Assisted Reader (CAR) côlon, qui aide les radiologues à la détection des polypes.
  • Le package « Comprehensive Cardiac Analysis » (CCA) pour la cardiologie
  • Le package « Respiratory Corrected imaging » pour l'oncologie.
Ces packages regroupent un ensemble de logiciels concernant un organe ou une discipline, l'objectif étant d'automatiser les acquisitions et les post traitements.

Deux nouveaux types de détecteurs ont été présentés en WIP : mosaïque de détecteurs et détecteurs multi énergies :
  • nano détecteur : mosaïque de détecteurs (16 x 16 détecteurs, ou un multiple de 16), qui permettrait d'obtenir une image d'un organe entier, tel un cœur ou la tête, en une rotation.
  • détecteur multi énergies, composé de deux couches de détecteurs. La première reçoit les énergies comprises entre 50 et 80 KV, la seconde celles comprises entre 80 et 140 KV. Cela permet de disposer en une seule rotation de trois images : une image basse énergie, une image haute énergie et une image qui est la somme des deux précédentes. Ce nouveau détecteur va permettre une meilleure caractérisation des tissus pour l'étude de la perfusion hépatique, l'identification des calcifications et le retrait de l'os. Un scanner équipé de ces détecteurs est en test actuellement en Israël, sa commercialisation pourrait avoir lieu en mai 2007.

Les appareils, promis lors du RSNA 2004 ont bien été commercialisés, en particulier le Brillance 64 et le Big Bore Oncology.

La gamme des scanners de la société Philips se décline ainsi :
- Brilliance 6 : 6 coupes par rotation en 0,5 sec ou 0,4 sec (en option), évolutif en 10 et 16 coupes (même détecteur)
- Brilliance 10 : scanner 10 coupes par rotation de 0,5 ou 0,4 sec. (en option). Il correspond à une simple déclinaison de la version 16 coupes avec 10 canaux de détection simultanés.
- Brilliance 16 : 16 coupes par rotation de 0,5 ou 0,4 sec. (en option). Le détecteur est de type asymétrique avec 16 éléments de 0,75 mm au centre et 4 éléments de 1,5 mm de part et d'autre.
- Brilliance 40 : scanner 40 coupes par rotation en 0,4 sec dispose d'un détecteur de nouvelle génération (40 éléments de 0,625 et de chaque côté 6 éléments de 1,25 mm).
- Brilliance 64 : présenté lors du RSNA 2004, ce scanner est plus particulièrement orienté vers la cardiologie. Il effectue 64 coupes par rotation et dispose d'une résolution spatiale sub-millimétrique (40 mm en 1 rotation). Le détecteur est constitué de 64 cellules de 0,625 mm de largeur.
- Big Bore Oncolgy : présenté aussi lors du RSNA 2004, ce scanner permet de réaliser 16 coupes par rotation. Il est dit "ouvert" car il dispose d'un statif évasé (diamètre de 85 cm), d'un FOV de 60 cm, d'un lit supportant des patients obèses, de possibilité de gating respiratoire pour des simulations de traitements et d'une conformité DICOM RT, permettant des échanges d'informations avec les accélérateurs de particules.

Sur toute la gamme Brillance, le tube, la table et le générateur sont identiques :
  • la table est en fibre de carbone, elle supporte un poids de 204 kg, descend jusqu'à 52,4 cm. La vitesse de déplacement longitudinal est comprise entre 0,5 et 100 mm/s et la vitesse de déplacement vertical entre 2,5 et 50 mm/s.
  • Le tube RX est le MRC est identique sur tous les appareils : il dispose de 8 MHU, ce qui représente 26 MHU efficaces. L'anode tourne sur du métal liquide, ce qui supprime les frottements, permet le transfert plus rapide des calories et augmente sa longévité.
  • Générateur de 60 KW de base

Au niveau des consoles d'acquisition et de post traitement, Philips a développé la Brillance Workspace 2.0, spécialement pour les scanners multicoupes, afin d'intégrer plus facilement cette console dans le HIS/RIS pour disposer de toutes les informations patient sur l'écran et réduire le papier.

En terme de logiciels, les consoles peuvent intégrer des applications avancées :
Vasculaire et Cardiaque : de nombreux logiciels sont disponibles : l'outil de retrait automatique de l'os (cage thoracique notamment pour le cœur), Cardiac CT Angio pour l'analyse des artères coronaires, Cardiac CT Functionnal Analysis pour quantifier la fonction cardiaque et Cardiac CT Functionnal Analysis Reporting qui permet de générer un rapport de l'étude avec les données, les calculs, Cardiac Scoring pour la quantification des calcifications coronariennes, AVA Stenosis pour les analyses des sténoses vasculaires et le calcul des stents. La nouvelle version de l'application Cardiac CT disposera d'outils encore plus automatisés pour la segmentation de l'arbre des coronaires (1 seul clic) et l'analyse de chacune d'entre elles. Comme les autres sociétés, Philips a présenté au RSNA 2005, un package logiciel concernant la cardiologie « Comprehensive Cardiac Analyse », qui permet l'évaluation du cœur.

En oncologie : le logiciel « Virtual Colonoscopie » permet de visualiser la paroi du côlon sur 380° en mode « filet » (visualisation non planaire pour observer de manière automatique sous les replis) et d'identifier les lésions (polypes, tumeurs, maladies inflammatoires). Pour le poumon, Philips a mis au point un outil de CAD pour la détection automatique et le suivi des nodules. Le logiciel « Lung Nodule Assessment LNA » qui détermine le temps de doublement d'un nodule pulmonaire. Philips propose aussi le package « Respiratory Correlated Imaging », qui simplifie le travail des utilisateurs lors de l'étude des poumons.

D'autres logiciels spécifiques sont disponibles au niveau dentaire par exemple avec le logiciel « Dental Planning » (aide aux chirurgiens lors de l'implantation de prothèses dentaires) ou au niveau osseux avec le logiciel « Bone Mineral Analysis », qui mesure la densité osseuse, dans le cas d'ostéoporose.

Concernant la réduction ou limitation de dose, Philips dispose du concept : Dose Wise, qui comprend entre autre :
  • une modulation de la dose (des milliAmpères) dans l'axe z de l'exploration du patient (tête – pieds), en fonction du profil d'absorption établi à partir d'un mode radio (Automatic Current Setting).
  • une modulation de la dose (des milliAmpères) dans le plan x, y en temps réel au cours de l'acquisition (Dose-Modulation - D.O.M.).
  • une modulation de la dose en fonction du cycle cardiaque selon la zone d'intérêt (Dose Right ECG-gated dose modulation).
  • un système de conservation de la qualité image « minimum » inter patient : le médecin choisi la dose maximum pour une qualité d'image constante.
  • une correction des déplacements du foyer lors de la rotation du tube RX (Focal spot tracking),
  • un filtre titane en sortie de tube qui se met en place selon les applications cliniques (corps, tête, etc.),
  • une miniaturisation de l'électronique (convertisseur photon/tension – amplificateur – convertisseur numérique) appelé Tach Technologie, qui améliore le ratio signal/bruit des données numériques. Cette miniaturisation permet d'accroître la netteté des images et ainsi de réduire la dose sans compromettre la qualité diagnostique.
  • des protocoles dédiés à la pédiatrie (0-24 mois et 2-15 ans), qui utilisent des faibles doses (inférieures à 25 mAs) pour optimiser la qualité de l'image.


Siemens
http://www.siemensmedical.com

La société Siemens élargit son catalogue de scanners avec la toute dernière nouveauté présentée lors du RSNA 2005, le SOMATOM Definition 64 coupes, bi-tubes, bi-générateurs « tout est parti d'un simple dessin » - « it started with a simple scribble » (fig. 1) .

Fig. 1. Schéma officiel présenté dans le monde entier « it started with a simple scribble »

Ainsi la gamme de Siemens se décompose cette année en quatre familles SOMATOM : SOMATOM Spirit appareil d'entrée de gamme 2 coupes, SOMATON Emotion en version 6 et 16 coupes, SOMATOM Sensation en deux versions 40 et 64 coupes, et SOMATOM Sensation Open, 16 et 40 coupes, et le SOMATOM Definition.

- SOMATOM Spirit. Cet appareil a été présenté pour la première fois lors du RSNA 2004. Commercialisé aux Etats-Unis au printemps 2005, il est toujours annoncé comme l'appareil le plus économique du marché car les contraintes techniques d'installation, la taille de la salle (16m2) et le temps de la mise en route sont très réduits. Le Somatom Spirit est un scanner bicoupes proposé pour les examens de routine, équipé d'un système de détection composé de 672 éléments UFC (Ultra Fast Ceramic) en deux rangées, capable de faire une rotation par seconde, ou en sub-second en option : 0.8 de rotation/sec., et une épaisseur minimum de coupe d'un mm. Son tube a une capacité calorifique de 2 MUC avec un système de refroidissement huile – air. Il est muni d'un générateur d'une puissance de 24 kW.
Ce scanner bénéficie de l'environnement Syngo, et des applications propres à Siemens qui lui permettent de réduire la dose et d'améliorer la qualité d'image.

- SOMATOM Emotion. Siemens présente cette famille en deux versions Emotion 6 coupes et Emotion 16 coupes. La production du premier a commencé en 2003. Depuis, plus de 1 500 systèmes ont été installés. Le dernier a été présenté lors du RSNA 2004, et a été commercialisé en août 2005. Ces scanners sont proposés pour les applications de routine qui ont besoin de coupes fines, une faible dose donnée au patient et au médecin, et une haute qualité d'image, ainsi que pour les applications avancées telles que l'angiographie et les examens cardiaques (ECG-synchronisé en option). L'épaisseur de coupe minimale est de 0,5 mm pour l'Emotion 6 et 0,6 mm pour l'Emotion 16. Les deux systèmes (16 et 6 coupes) sont équipés du tube Dura 422 à haute dissipation calorifique, déjà utilisé par Siemens dans l'imagerie cardiaque et angiographique. La vitesse de rotation est de 0,6 et 0,8 sec respectivement (0,5 et 0,6 avec le package cardiaque). Tous les deux peuvent être alimentés par un générateur de 50 kW. Le moteur de leur statif a un entraînement par courroie. Ce statif est très compact, la distance entre le front du statif et le plan de détection est de 24 cm, ce qui permet un accès rapide aux patients lors de scanners interventionels. La gamme Emotion convient aux petites salles (18 m²) qui ne possèdent pas de local technique. D'autant plus que ce système est refroidi par air. Il dispose de la plate-forme informatique Syngo et de plusieurs packages spécifiques par spécialité.

- SOMATOM Sensation. Cette gamme se décline en 4 modèles, 40, 64 coupes et le Sensation Open 20 et 40 coupes. Cette gamme est proposée à la fois pour une utilisation de routine et de recherche clinique. Siemens annonce une base installée de plus de 500 appareils dans le monde Le Sensation 16 (24 barettes), commercialisé en 2002, n'est plus commercialisé en 2005.

En 2003 un nouveau tube, le Straton est introduit. Celui ci bénéficiant d'une nouvelle technologie, lui permettant d'être plus compact, d'avoir des vitesses de 0,33s en rotation complète et 0,22 s en rotation partielle (240°), et une dissipation calorifique de 5 MUC/min soit un équivalent d'une capacité calorifique de 30 MUC d'un tube conventionnel. Ceci grâce en partie au contact direct de l'anode avec l'huile. Depuis, ce tube est proposé dans toute la gamme Sensation.

Somatom Sensation Cardiaque 64 coupes. En août 2004 le premier Sensation 64 coupes est installé aux Etats Unis. Ce système est équipé d'un détecteur asymétrique de 40 éléments, 64 coupes (32 X 2 technologie z-Sharp) avec une épaisseur de coupe de 0,6 mm et une vitesse de rotation de 0,33 s par tour. Il a été conçu pour l'imagerie cardiaque, thoracique et vasculaire.
Lors du RSNA, de la même année, Siemens présente le Sensation 40 coupes dérivé du Sensation 64, ainsi que la technologie z-Sharp. Technologie qui consiste en une déflection de 4 640 fois/sec du point focal. Ceci permet de doubler le point focal, et les projections de rayons X avec un léger décalage en Z en une seule rotation. Ce tube et la technologie z-Sharp, double échantillonnage, vont permettre aux Sensations 64, 40, 40 Open d'obtenir une nette amélioration de la résolution isotropique ( moins de 0,4 mm) sans augmenter la dose.
La même année, la société reçoit la validation de la FDA pour la mise au marché du leur scanner dédié le Sensation Open 20, 16 coupes. Cet appareil est doté d'un statif avec une ouverture de 82 cm et une FOV de 82 cm.

- Sensation Open 40 coupes (40 barrettes). En 2005 le premier système de ce type est installé aux Etats Unis. Cet appareil est proposé avec la technologie z-Sharp, le tube Straton et une résolution isotropique de 0.4 mm. Grâce aux commandes sur le statif et sur la pédale de la table, il convient très bien à l'imagerie interventionnelle, la planification en oncologie, et l'imagerie de routine. Avec sa grande ouverture du tunnel (82cm) et la capacité de la table à supporter jusqu'au 280 kg, ce système convient aussi à l'examen des patients obèses.

Toute la gamme Sensation est équipée de la technologie z-Sharp (sauf le Sensation Open 20), des packages cliniques spécifiques par spécialité, et du tube Straton. Ils sont équipés de générateurs de 80 kW pour les 64 coupes, 70 kW pour les 40 coupes, et 50 kW pour les Open. Ils sont tous également munis de logiciels CARE dose.

- SOMATOM Definition. « it started with a simple scribble » : dernier né de le société, dévoilé lors du RSNA 2005. Siemens se détache de la concurrence avec cet appareil. Il est présenté comme le seul appareil du marché équipé de deux tubes, de deux énergies et deux détecteurs 64 coupes, alignés dans le plan de coupe, et utilisés en simultané. Siemens annonce aussi une importante réduction de la dose d'exposition. Ce nouveau scanner avec cette nouvelle configuration présente une évolution notable dans la famille SOMATOM. Un premier appareil a déjà été installé en Octobre 2005 à l'Université d'Erlangen en Allemagne, et sa commercialisation est prévue début 2006.
bi- tubes. Ce scanner 64 coupes est équipé de deux tubes Straton, très compacts et disposant d'une bonne dissipation calorifique. Ils se trouvent tous les deux dans le statif, dans l'axe y, à 30° à droite et à 30° à gauche. Chaque tube possède un générateur indépendant de 80 kW avec des kV indépendants. Le système peut travailler en bi-tube ou en mono tube, selon le protocole choisi. La vitesse de rotation est de 0,33 sec.
bi-énergie. Les deux tubes sont indépendants et ils possèdent des générateurs indépendants. Tous les deux peuvent travailler en même temps. Ceci donne la possibilité au système d'avoir des acquisitions à différentes énergies. Il suffit de faire une acquisition avec des kV différents par tube en simultané. Etant donné que l'absorption des rayons X est dépendant de l'énergie le résultat obtenu est une meilleure discrimination de structures en fonction de leur densité. Ceci est une avancée dans le domaine de la caractérisation de tissus. La double énergie ouvrant de nouvelles perspectives pour les applications telles que la soustraction directe de l'os, ou de vaisseaux, la caractérisation de la plaque d'athérome, la classification de tumeurs et d'autres utilisations cliniques potentielles.
doubles détecteurs. Le Definition est muni de deux détecteurs de 40 éléments UFC (Ultra Fast Ceramic). Il est également équipé de la technologie z-Sharp (2 x 32 coupes avec un double échantillonnage en z). Les deux barrettes de détecteurs alignées dans le plan de coupe n'ont pas la même taille, une contient 512 éléments et l'autre 352. Ceci est dû à la place disponible dans le statif. (fig. 2 ).



Fig. 2. Positionnement de tubes

Siemens obtient ici une avancée très importante dans le domaine de la cardiologie, car avec une vitesse de rotation de 0,33 sec, une acquisition synchronisée ECG, et une résolution temporelle constante à l'acquisition de 83 ms sans segmentation de dose, il est possible de visualiser, indépendamment de la fréquence cardiaque, des images cardiaques libres de mouvement, sans recourir aux bêta-bloquants et avec jusqu'au 50% en moins de la dose donnée au patient. Cette réduction de la dose dans les examens cardiaques est possible grâce à la combinaison de plusieurs techniques : Deux tubes et deux détecteurs. Ceux-ci obtiennent en une rotation de 90° les données suffisantes pour acquérir une image cardiaque de très bonne qualité (résolution temporelle de 83 msec) . La synchronisation avec le pulse de l'ECG : avec le monitorage de l'ECG en temps réel cette technique permet de contrôler la modulation de la dose et le temps d'exposition en fonction de la fréquence cardiaque. Et pour les fréquences cardiaques élevées le Definition adapte la vitesse de déplacement de la table à la fréquence cardiaque. Plus la fréquence cardiaque est élevée, plus le pas (pitch) augmente et plus la vitesse de la table augmente, en conséquence le temps d'acquisition d'une image cardiaque se réduit ainsi que l'exposition aux rayons.
Statif. Une autre caractéristique de cet appareil est le diamètre de l'ouverture du statif. Il est de 78 cm et de 1m 25 de long. La table d'examen permet une couverture d'acquisition de 2m et supporte de poids jusqu'au 220 kg. Ces trois éléments facilitent la prise en charge de patients polytraumatisés et corpulents. Le poids de l'appareil est de 2,7 tonnes.

Le Definition est un appareil orienté vers les examens cardiaques, néanmoins ses caractéristiques techniques permettent de le proposer pour d'autres utilisations dans le domaine de la neurologie, de l'imagerie d'urgence, de l'oncologie, de la prise en charge de patients obèses, et de la recherche clinique tant pour la détection que pour le diagnostic. Siemens laisse ouverte la possibilité à de nouvelles applications cliniques et à la redéfinition de protocoles.

Les consoles de travail. L'ensemble des familles Siemens disposent de la même console multimodalités Syngo Multimodalités.. Afin d'harmoniser les interfaces et optimiser l'ergonomie de travail, toutes les consoles d'acquisition et de post-traitement ont la même interface utilisateur, le même environnement SYNGO sous Windows. Elles possèdent aussi les fonctionnalités DICOM, et la possibilité de la technologie Internet.
En ce qui concerne les logiciels, ce constructeur les a regroupé en Package selon l'application clinique: oncologie, cardiaque et vasculaire, neurologie et urgences.
Le Package oncologie, est composé de logiciels tels que la détection de nodules pulmonaires CAD NEV, la détection de polypes du côlon CAD PEV, tous les deux déjà validés par la FDA, le logiciel de perfusion multi-tissulaire, et le logiciel interventionnel. Le Package Cardiaque et vasculaire contient les logiciels de quantification et acquisition cardiaques et de coronaires, quantification de calcifications sur les coronaires, ainsi que le module avancé de quantification vasculaire multi-vaisseaux, entre autres. Le Package Neurologie est proposé avec les logiciels neuro-perfusion, neuro DSA, module Z-UHR qui permet une amélioration de la résolution spatiale. Et le Package Urgences, qui contient tous les logiciels sauf le CAD pulmonaire.

Réduction de la dose. Toutes les familles Siemens possèdent plusieurs moyens, tant pour le patient que pour l'utilisateur, en software et en hardware. Les solutions CARE, ceux-ci sont des logiciels dédiés tels que CARE DOSE-4D qui est une combinaison de la modulation de la dose en fonction de l'absorption mesurée de l'organe et de la région anatomique et de la position en z, y et x (-66%) , CARE hand - selon l'incidence du tube, arrêt de Rayons X, afin de protéger les mains de l'utilisateur (-70%), CARE HEART, diminution de la dose en phase systolique ainsi que l'Adaptive ECG-pulsing-tous les deux utilisés lors des examens cardiaques, (-50%), pour les examens interventionnels, notamment les protocoles pédiatriques et ultra low dose.. En ce qui concerne le hardware, Siemens propose la double énergie du système Definition, ainsi que la synchronisation de la vitesse de la table avec l'ECG du patient, systèmes qui permettent de réduire la dose jusqu'au –50%, notamment lors des examens cardiaques.


Toshiba Medical Systems
http://www.medical.toshiba.com

Ce constructeur avait annoncé lors du RSNA 2004 le lancement de deux appareil de la famille Aquilion, la version 64 coupes et la version Aquilion LB, Open. Commercialisées depuis 2005, ces machines viennent compléter aujourd'hui la gamme de scanners proposés par Toshiba.

La gamme continue à se décliner en deux familles :

Asteion comprenant deux appareils (mono et quatre coupes).
  • Asteion VF scanner mono coupe, avec une rotation de 0,75 sec par tour. Il est équipé d'un tube de 3,5 MUC. En option cet appareil réalise 8 i /sec, avec une épaisseur de coupe de 0,8 mm pour l'imagerie en haute résolution. Toshiba propose cet appareil pour les examens de routine.
  • Asteinon S4 , scanner quatre coupes équipé de 22 détecteurs, avec une rotation de 0,75 sec par tour et un pitch de 8 pour des examens plus rapides. L'épaisseur de coupe est 0,5 mm. Il est muni d'un générateur de 48 kW et d'un tube de 4,0 MUC.

Aquilion composée de 6 modèles d'appareils (4, 8, 16, 32,64, LB).
  • Aquilion S4/S4 FX, scanner quatre coupes, équipé de 34 détecteurs Quantum (SSMD), dont 4 rangées centrales de 0,5 mm entourées de chaque côté de 15 rangées de 1 mm d'épaisseur, soit une couverture de détection de 32 mm. La résolution isotropique est de 0,35 mm, avec une vitesse de rotation proposée en standard de 0,5 sec/tour.
  • Aquilion S8, scanner huit coupes, équipé de 40 détecteurs Quantum (SSMD), dont 16 rangées centrales de 0,5 mm entourées de chaque côté de 12 rangées de 1 mm d'épaisseur, soit une couverture de détection de 32 mm.
  • Aquilion S16/ S16 CFX, scanner seize coupes muni de 40 détecteurs Quantum (SSMD), 896 cellules disposées dans l'axe des x. L'Aquilion S8 et l'Aquilion S16 ont la même configuration de détecteurs et une résolution isotropique de 0,35 mm, avec une vitesse de rotation proposée en standard de 0,5 sec/tour (0,4 et 0,35 s) et une couverture de 1750 mm.
  • Aquilion S32/ S32 CFX, scanner 32 coupes, 64 détecteurs. Il est possible d'acquérir deux épaisseurs de coupe isotropique à 32 coupes par rotation. 32 X 0,5 mm; 32 X 1 mm. L'Aquilion S32 et l'Aquilion S64 ont la même configuration de détecteurs.
  • Aquilion S64/S64CFX. Il est équipé d'un détecteur matricielle de 64 canaux Quantum (57 344 cellules) de 0,5 mm parallèles répartis sur une largeur de 32 mm. Il permet faire 64 coupes avec une vitesse de rotation en standard de 0,5 sec (0,4 et 0,35 s), et une acquisition en temps réel jusqu'au 28 images /sec.
  • Aquilion LB 16 (Large Bore) 16 coupes Appareil montré sur le stand du constructeur lors du ce RSNA, il a reçu l'agrément de la FDA en 2005. Cet appareil est opérationnel depuis fin 2005 dans un centre médical aux Etats Unis. Parmi les caractéristiques les plus importantes de cet appareil, sont a noter la grande taille de l'ouverture du Statif de 90 cm et un champ de vue (FOV) de 70 cm tout en conservant une qualité image identique à l'Aquilion S16. Caractéristiques qui offrent la possibilité de réaliser les examens de patients polytraumatisés, d'examens de patients obèses, les examens interventionels, ainsi que les examens avec les patients en position demi-assis.

Dans la famille Aquilion les scanners de 4, 8,16 et 32 coupes équipés de la technologie FX plus le package Cardiaque CFX deviennent des systèmes plus orientés pour la cardiologie. Ainsi ils offrent une vitesse de rotation de 0,4 sec (0,35s en option) dans tous les examens de routine, une résolution temporelle de 40 ms (grâce à une technique de segmentation pouvant aller jusqu'à 5 segments si nécessaire) et une haute résolution en imagerie coronaire, pouvant détecter des structures de 0,35 mm.

Toshiba a équipé l'ensemble de la famille Aquilion des éléments communs suivants :
  • Détecteurs Quantum SSMD. Ce sont des céramiques de Gd2O2S, dopées uniquement au Pr., pour avoir un meilleur rendement lumineux, une meilleure sensibilité. Et afin d'optimiser l'épaisseur de la coupe, pouvoir la sélectionner et de réaliser simultanément des acquisitions en (4, 8, 16, 32 et 64) coupes x 0,5 mm en mode standard et en mode haute résolution pour tous les examens Toshiba a implémenté la technologie de SSMD (Selectable Slice thickness Multi-Row Detecteur). Le nombre de coupes est déterminé par le Système d'Acquisition des Données (DAS) et non par le nombre de détecteurs.
  • Tube à rayons X MegaCool. La technologie d'anode à double rotor et à potentiel neutre, d'une capacité thermique de 7,5 MUC et une dissipation calorifique de 1, 386 MUC/min lui permet de réaliser des acquisitions multiples en haute résolution à grandes vitesses (0,5 sec par tour), sans contrainte de délai d'attente.
  • Générateur 60 kW. Générateur embarqué de 70 kW bridé à 60 kW, à haute fréquence, qui résiste à des forces centrifuges de 20 G. Les valeurs de mAs varient de 10 à 500 mA et peuvent descendre jusqu'au 3 mA pour les examens pédiatriques.
  • Statif, avec une ouverture de 72 cm, un lit patient d'une largeur de 47 cm avec un débattement sous X de 180 cm, et une hauteur minimale de 30 cm au sol qui accepte des poids jusqu'à 205 kg. Toshiba propose en option un lit court de 150 cm.

L'ensemble de la famille Aquilion bénéficie aussi de mêmes consoles, une d'acquisition et la deuxième Vitrea1 de diagnostic, la première peut gérer en simultané 4 patients, l'affichage de protocoles, filming, traitement de données brutes, avec processeur de reconstruction rapide jusqu'à 0,06 sec par image en 512 x 512. La deuxième permet la revue et l'interprétation de l'examen en mode volumique, il ne se fait plus en coupes. Ces consoles sont reliées par fibre optique afin de réduire la vitesse de transfert des données. Toutes les deux sont des consoles multimodalités, DICOM ; elles ont une architecture sous Windows, écran plat 18". Une troisième console dite de traitement avance est proposée, la Vitrea2. Equipée de logiciels de post-traitement avancés, tels que la suppression des structures osseuses, analyse automatique des vaisseaux, rendu et calcul du volume en temps réel. Cette console est plus qu'une console de post-traitement , elle peut gérer six applications en simultané, et a une très bonne capacité de mémoire.

Toshiba consolide sa gamme de logiciels SURE : Sure Fluo – Fluoroscopie en à 12 i/sec, 3 plans d'acquisition simultanés ; Sure START-logiciel qui garantit, à la première injection, l'obtention du résultat voulu ; Sure PULMO – détection et analyse de nodules pulmonaires à partir de 1 mm de diamètre ; Sure PERFUSION- Analyse de la perfusion cérébrale (AVC) ; Sure CARDIO – Adaptation automatique après un ECG test des protocoles d'acquisition - Extraction automatique des coronaires ; Sure PLAQUE – Nouveauté 2005 : Caractérisation de la plaque athéromateuse. Ce système permet la différenciation des plaques molles, fibreuses et de la paroi, au moyen d'un codage couleur. Ce logiciel de caractérisation des plaques est rendu possible grâce à une très bonne résolution à bas contraste ; Sure COLON – CAD côlon, n'a pas encore été validé par la FDA ; en WIP- le constructeur travaille sur la Perfusion Myocardique.

En ce qui concerne l'amélioration de la qualité d'image, Toshiba propose, dans la gamme Sure le Sure SPACE- algorithme d'imagerie de haute résolution qui permet d'obtenir un isotropisme parfait du voxel dans les trois axes (0,49 x 0,49 x 0,49 mm), une autre innovation de cette société est l'algorithme Denoising filtre qui permet de diminuer le bruit des images dû aux facteurs techniques (-50%).

Réduction de la dose. Toshiba gère la dosimétrie sur ses appareils grâce au CTDI w. Le CTDI w, le Produit Dose Longueur et le pourcentage d'efficacité en Z sont affichés et des techniques software et hardware permettent de réduire la dose donnée au patient, tels que les détecteurs Quantum qui grâce à leur sensibilité, permet d'avoir des examens avec moins de dose, le filtre Dose Wedge –algorithme de reconstruction Cone Beam, diminue la dose périphérique lors des examens de petites structures (30%) ; le filtre Wedge combiné avec l'application Sure Fluoro, permet une réduction de 50% de la dose, le logiciel RealEC, adapte automatiquement le mAs en fonction de l'atténuation du patient et ce dans les trois plans de l'espace (30%),


Egalement fabricants de scanner…

Neusoft
http://www.neusoft.com

Constructeur chinois producteur du matériel d'imagerie médical (échographes, IRM, PACS/RIS, Imageurs lasers) est présent sur le marché du scanner depuis 1998. Il est de plus en plus implanté aux Etats Unis et en Italie mais n'arrive pas à percer le marché Français. Sa gamme d'appareils se décline cette année uniquement en une et deux coupes avec les scanners :
- CT-C2000, monocoupe, muni d'un générateur 30 kW, un tube de 1,5 MUC
- CT-C3000, appareil une coupe, équipé d'un générateur 24 kW et d'un tube de 3,5 MUC.avec une vitesse de rotation de 1 sec (360°).
- CT 3000 Dual, appareil deux coupes, équipe d'un générateur 48 kW, d'un tube de 4 MUC, une vitesse de rotation de 1 sec, et une vitesse de reconstruction en sub-sec.

Cette société a passé des accords en 2004 de « joint venture » avec la société Philips en terme de recherche, développement et fabrication, notamment dans les domaines du Scanner, IRM, conventionnel, et ultrasons.


Neurologica Corporation
http://www.neuro-logica.com

Nouvelle société américaine, (18 mois en novembre) implantée à Denver. Trois ingénieurs, co-fondateurs de ce constructeur ont crée en un an un scanner, le CereTom. Ils avaient la conviction que toute personne avec une suspicion de lésion traumatique crânienne doit pouvoir accéder à l'imagerie de haute qualité en scanner, en dépit de son lieu de résidence. Ce type d'imagerie permettant aux médecins de prendre de décisions avec une meilleure information diagnostique, notamment dans des situations d'urgence tels que le stroke.

Le scanner mobile CereTom a été présenté lors du RSNA. C'est un appareil dédié dans un premier temps, aux examens du cou, et de la tête. Depuis juillet 2005 il a l'agrément de la FDA et la demande du marquage CE est en cours. Le CereTom est un scanner 8 coupes, de1,25 mm, un champ de vue (FOV) de 25 , équipé d'un tube de 1 kW et de batteries rechargeables sur une prise secteur (110/220 V) avec une autonomie jusqu'au huitième patients ou quatre heures d'utilisation en mobile.
Il peut réaliser des examens de routine, de perfusion, de perfusion à Xenon, d'angiographie.
Il est muni des logiciels de perfusion, de MPR, 3D MIP, technologie Voxar 3D, et sélection d'épaisseur de coupe entre autres.
Parmi les nouveautés de cet appareil on peut citer sa taille réduite , un statif de1m 5 de hauteur, et 1m 33 de largeur, et un tunnel de 0.43 m de profondeur, et son poids de 400 kg, caractéristiques qui le rendent facilement déplaçable, d'autant plus qu'il est monté sur des roulettes et est équipé de batteries. Toutes ces caractéristiques le positionnent comme un appareil qui peut travailler au sein des réanimations, des services de soins intensifs, de la chambre du patient, de sites interventionels, d'une ambulance. Le besoin d'une salle plombée n'est pas nécessaire. Le coût annoncé par le constructeur est de 250 000 dollars.
En WIP : logiciels dédiés orthopédie et dental, software chirurgical, Neuro Focus SPECT scanner dédié cerveau.


Hitachi
http://www.hitachimed.com

Cette société bien connue dans l'imagerie médicale, aimerait s'implanter en France sur le marché scanner. Présente essentiellement au Japon, elle commence à s'implanter aux USA et en Italie.

Elle dispose aujourd'hui de trois appareils : un 2 coupes, un 4 coupes et un 16 coupes, qui étaient présentés en avant première au RSNA 2005.

CXR 16 est en fin de développement. L'agrément FDA devait être obtenu en décembre 2005 et le marquage CE en mars 2006. Les premières installations sont programmées pour juin 2006.
Les principales caractéristiques de cet appareil sont : un tube de 7,5 MHU, un générateur de 72 KW, un pitch de 1,75 une cadence de 20 images par seconde, 1 rotation en 0,5 sec., une épaisseur de coupe de 0,625 mm. Ce scanner dispose des logiciels suivants : GuideShot, CT perfusion, CEV-CPR, fat Pointer, risk Pointer et colonoscopy.


Shimadzu Medical Systems
http://www1.shimadzu.com/products/medical/index.html

Cette société japonaise n'exposait pas de scanner lors de ce RSNA. Elle dispose toujours d'un modèle de scanner : le SCT 7800, de type hélicoïdal, mono coupe à détecteur solide Shimadzu (1 rotation en 0,75 sec.).


Conclusion

Hormis l'appareil SOMATON Definition de la société Siemens, le RSNA 2005 se présente comme une consolidation des produits déjà commercialisés. Les efforts portés en 2004 sur le cardiaque, ont permis des avancées dans d'autres domaines : le vasculaire, l'oncologie.

La France reste une exception y compris en Europe par le nombre d'appareils haut de gammes (32 coupes et plus), la carte sanitaire, qui n'existe pas dans d'autres pays y est certainement pour beaucoup.
Il faut donc utiliser au mieux le parc de scanners existants, et ne pas comme le regrette le Dr Elliot K Fishman « utiliser le scanner 64 coupes comme un scanner 4 coupes ».