Tous nos sites et sites référencés

Diagnostic des lésions malignes

Mis à jour le 13/08/2010 par SFR

Diagnostic des lésions malignes

Parallèlement au développement des outils diagnostiques non invasifs, on assiste à de nombreuses optimisations des techniques de biopsie guidées sous échographie ou TDM. Le pneumothorax est probablement la complication la plus fréquente des biopsies pulmonaires. Teague et al. ont évalué l'intérêt de l'injection de 2 cc de sang autologue par le trocart lors de son retrait hors du poumon. Ces auteurs observent une diminution significative du nombre total des pneumothorax ainsi que des drainages pleuraux (tableau 7)

Groupe avec "Blood-patch"
N=237
Groupe témoin
N=407
Pneumothorax
22 %
30 %
Drainage pleural
2 %
5 %
Tableau 7. comparaison de l'incidence de pneumothorax et de drainage pleural entre un groupe de patients bénéficiant d'un blood-patch et groupe témoin.

Klein et al. ont également proposé une série d'astuces pour diminuer le risque de pneumothorax. Ils conseillent d'éviter de passer à travers le poumon en passant par les espaces paravertébraux élargis par une injection de sérum physiologique (Figure 14), par les espaces parasternaux, les bandes de condensation ou les atélectasies reliant la lésion et la plèvre (Figure 15). Ils recommandent également d'utiliser un angle aigu entre l'aiguille et la plèvre et de positionner le patient du côté de la lésion à biopsier.




Figure 14. Ponction d'un adénopathie sous carinaire par l'espace paravertébral droit après élargissement de ce dernier par une injection de sérum physiologique.




Figure 15. Ponction d'une masse pulmonaire lobaire supérieure gauche par une bande d'atélectasie reliant la lésion à la plèvre.