Tous nos sites et sites référencés

QUID DE l’IRMf ?

Mis à jour le 13/08/2010 par SFR

QUID DE l'IRMf ?

L'IRM fonctionnelle d'activation a trouvé toute sa place dans le champ des neurosciences où elle permet de revisiter de façon exemplaire l'anatomie fonctionnelle. En pratique clinique, son apport reste plus difficile à cerner.

Une séance complète consacrée à l'IRM fonctionnelle d'activation au cours de la RSNA 2004 confirme que l'utilisation clinique de cet outil n'est pas toujours optimale. Deux communications sont ainsi consacrées aux différences de répartition de l'activation corticale au cours des phénomènes émotionnels chez la femme et chez l'homme (SSA 12-01 et 12-02) et deux autres aux modifications de l'activité corticale chez les patients traités par acupuncture (SSA 12-03 et 12-04).

Mais le sommet est atteint par SH Faro et al. Qui ont étudié les aires corticales activées au cours du mensonge et de la vérité. Il semble qu'il y ait plus d'aires cérébrales activées lorsqu'on dit des mensonges que lorsque l'on dit la vérité. Ces résultats semblent par ailleurs bien corrélés à ceux des enregistrements polygraphiques (respiration, pression artérielle, etc…). SH Faro espère trouver des financements auprès des organismes de sécurité tels que la CIA, pour poursuivre ses recherches. Le nouveau détecteur de mensonges est donc en bonne voie !

Au fil des séances consacrées aux différentes pathologies, l'intérêt de l'IRM fonctionnelle d'activation semble cependant confirmé, parfois en association avec d'autres techniques comme la tractographie par exemple.