Tous nos sites et sites référencés

Pathologies traumatiques

Mis à jour le 20/06/2011 par SFR

Pathologies traumatiques

Si l'exploration des patients souffrant de traumatisme crânio-encéphalique reste avant tout du ressort du scanner encéphalique, il n'en demeure pas moins que certaines lésions et certains retentissements post-traumatiques sont difficilement détectables, y compris par les techniques conventionnelles de l'IRM. Ceci est en particulier le cas des lésions axonales diffuses pour lesquelles le grand intérêt de l'imagerie en T2* a déjà été démontré.
Une étude montre la supériorité des séquences de diffusion dans la détection des lésions axonales non hémorragiques (SSE 12-01).
Une autre étude montre que la mesure dans l'encéphale total du taux N-Acétyl-Aspartate en spectroscopie pourrait être utile pour déterminer l'étendue des lésions axonales post-traumatiques et pourrait servir d'indicateur de sévérité et de pronostic (SSE 12-03).

Deux études montrent par ailleurs, que la réorganisation de l'activation corticale chez les sujets ayant présenté un traumatisme crânio-encéphalique, peut être étudiée de façon satisfaisante par les techniques d'IRM fonctionnelle d'activation (SSE 12-04 et 12-05). Ainsi , après un traumatisme crânien, les études en IRM fonctionnelle d'activation des phénomènes d'attention et de décision ou de fluence verbale vont mettre en évidence une activation plus importante que chez les sujets contrôles témoignant d'une réorganisation des circuits neuronaux.

Il faut également souligner l'intérêt de l'Imagerie en tenseur de diffusion dans l'évaluation des lésions axonales diffuses chez les sujets ayant présenté un traumatisme crânien (4). Les modifications mises en évidence par cette séquence sont bien corrélées aux paramètres cliniques et l'imagerie en tenseur de diffusion apparaît comme un bon marqueur de la sévérité du traumatisme et du pronostic.