Tous nos sites et sites référencés

LES EVOLUTIONS RECENTES EN INFORMATIQUE DE SANTE : retour de Chicago

Mis à jour le 13/08/2010 par SFR

Joël Chabriais (1), Lise Marin (2)
(1) Service de Radiologie Adultes, Groupe Hospitalier Necker-Enfants Malades, Paris (2) Département d'Informatique médicale, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris


I. UNE ANNEE DE CONSOLIDATION

Traditionnellement, le congrès de la RSNA est un lieu où il est possible de faire le point sur les grandes tendances technologiques qui vont influencer notre discipline. Cette année, l'informatique médicale ne présentait pas de grandes innovations et la tendance semblait plus à la consolidation qu'à la révolution.
Certains domaines sont volontairement passés sous silence car ils sont traités dans l'article de Lise Marin plus orienté sur les PACS et le dossier patient.

1 - IHE
IHE est maintenant une réalité et le temps des grandes démonstrations visant à sensibiliser le public à la problématique de l'intégration est maintenant révolu. Au RSNA'2003 IHE proposait des exposés d'information sur Inforad dans un petit théâtre nommé « IHE Classroom » et des panneaux présentant des « Success stories » sous forme de posters à l'entrée du théâtre. Sur les stands des industriels, tous les nouveaux produits intégraient le concept IHE et les démonstrateurs montraient comment les différents profils d'intégration IHE étaient implantés dans ces produits.
Parmi les présentations, il fallait noter la présentation à côté du « IHE Radiology » l'apparition du « IHE IT Infrastructure » dont la vocation est de présenter des profils génériques concernant l'infrastructure du système d'information commune à tous les domaines de spécialités. Les autres nouveautés d'IHE dont il était surtout question dans les discussions en aparté étaient la concrétisation d'un IHE Laboratory et le lancement d'un IHE Cardiology.
IHE proposait tout au long de la semaine des tutoriels, véritables enseignements post universitaires, permettant à ceux qui le désiraient d'acquérir ou d'approfondir leurs connaissances sur IHE. Ces tutoriels ont eu une bonne fréquentation.

2 - La gestion du « workflow » [1-6]
Plus aucun industriel ne peut présenter un produit sur l'exposition commerciale sans qu'il ne soit question de « workflow management » (en français « gestion de processus »). Ainsi, qu'il s'agisse de modalité, de PACS (Picture Archiving and Communication System) ou de station de travail, tout matériel se doit de gérer les listes de travail (Worklist) reçues du SIR (Système d'Information Radiologique) ou du SIH (Système d'Information Hospitalier) : liste de travail de modalité, de post-traitement, d'interprétation. De façon symétrique, ces matériels renvoient au SIR ou SIH les statuts et descriptions de ce qui a été réalisé par les PPS (Performed Procedure Step).

3 – Les stations de travail [5, 7-10]
Si l'an dernier, les stations à trois écrans étaient rares, aujourd'hui la plupart des industriels qui comptent dans ce domaine proposent cette solution dans laquelle deux écrans sont dédiés à l'image et un écran au SIR. Ceci permet de consulter aisément les comptes rendus antérieurs sans avoir à changer de système. La plupart des industriels proposant de telles stations ont également leur propre offre de SIR et malheureusement ces stations ne sont en général capables de travailler pour qu'avec le SIR maison. Il faut espérer que rapidement ces stations soient capables de se connecter à des SIR d'autre origine, sinon il y a grand risque de voir se recréer des marchés captifs. Le principe de base de ces stations est de disposer de deux logiciels i) le logiciel de manipulation des images, ii) le logiciel client du SIR. Ces deux logiciels utilisent le standard CCOW qui permet de les synchroniser sur un même sujet. Dans le standard, les sujets possibles sont le patient, l'utilisateur, la visite, mais actuellement il semble que seul le sujet « patient » soit pris en compte. Le résultat est que si, par exemple, on appelle le dossier du patient X dans le logiciel client du SIR, le logiciel de manipulation d'image basculera dans le même temps sur le dossier image de ce même patient X.

4 - La généralisation des écrans plats [11-12]
L'an dernier, nous annoncions la mort des écrans cathodiques (CRT). Cette année, on peut dire qu'elle est une réalité : il fallait beaucoup de courage et parcourir longuement les allées de l'exposition commerciale pour réussir à voir un écran CRT survivant au raz-de-marée de l'écran plat. Ces écrans sont de deux types : la grande majorité des écrans sont de type LCD (écrans à cristaux liquides) mais on pouvait aussi voir de grands écrans utilisant la technologie du plasma. On note une nette amélioration de ces écrans en ce qui concerne la lisibilité à plusieurs sur un même écran. Parmi les plus grands écrans, on notera la tendance à intégrer au châssis une carte mère d'ordinateur transformant l'écran en véritable station de visualisation pouvant être pilotée par un PDA. Il devient possible d'accrocher de tels systèmes dans les couloirs des services en remplacement des négatoscopes qui avant étaient utilisés pour visualiser les clichés durant la visite. Dans ce cas, ces écrans-stations (un terme est probablement à inventer pour les désigner…) doivent être connectés au PACS. Il faut cependant noter que seuls deux petits fournisseurs proposent actuellement ce concept qui a été expérimenté à UCLA par Osman Ratib.

5 - Les systèmes d'aide à la détection et/ou au diagnostic (CAD)
Dans ce domaine, le principal fait marquant était la présentation officielle du système dédié à l'imagerie du thorax de R2 Technologies, enfin commercialisé. Actuellement ce système est surtout dédié à la détection de nodules mais on parle de son extension à la détection d'embolies pulmonaires.
Pour le reste, le secteur du CAD présentait un genre de sérénité propre aux systèmes dont l'existence était reconnue comme une évidence.

6 - Les ASP ou « Application Service Providers »
Les ASP se faisaient très discrets cette année à Chicago. En fait il en était surtout question lors de certaines sessions sur les PACS. Parmi ce qui a été dit, on notera en particulier que l'ASP n'est plus considéré seulement comme une solution pour l'archivage longue durée, mais aussi comme une ressource de sauvegarde sécurisée du PACS. Ceci permet de restaurer l'état du PACS avec un minimum de perte de données après un sinistre. Un autre point souligné par plusieurs orateurs était la nécessité de faire attention au contrat passé avec le prestataire de service. En général, les flux du PACS vers l'ASP (trafic descendant) sont très peu coûteux alors que le service de restauration de données (trafic ascendant) est facturé au prix fort. Il semble qu'à l'usage, le trafic ascendant augmente rapidement aboutissant à un coût exorbitant : les auteurs conseillent la négociation de tarifs dégressifs en fonction de l'augmentation des flux ascendants.

7 - Les PACS [13-32]
L'assistance aux séances sur les PACS est maintenant douloureuse pour un radiologue français car une des grandes préoccupations qui ressortait cette année était la gestion de la migration entre deux générations de PACS. En effet, aux États-Unis, de nombreuses structures en sont au stade de leur premier renouvellement de système, quand ce n'est pas au deuxième !!! Un point fort dans ces exposés était l'insistance sur la nécessité de songer au renouvellement dès l'installation du premier système de façon à faciliter la migration lorsque la question se poserait. Plusieurs expériences faisaient état de la perte d'au moins 20 à 30 % des données lors de la migration si celle-ci n'avait pas été prévue dès l'origine. Parmi les raisons ayant amené les établissements à changer de PACS, figurait en bonne place le fait que leur système antérieur ne savait pas s'insérer dans une gestion du workflow. Osman Ratib de l'UCLA a expliqué que lors de leur deuxième renouvellement de système, ils avaient fait fonctionner les deux PACS en parallèle pendant une année. Il a aussi été souligné que l'installation d'un mini-PACS en dehors de toute gestion de workflow ne pouvait pas constituer une première étape vers un PACS. En effet l'évolution de tels systèmes vers un vrai PACS est difficile, par ailleurs si un jour un vrai PACS est installé les chances de pouvoir réintégrer dans le PACS ce qui a été archivé sont quasi nulles.

8 - Les PDA, une confirmation [33-45]
Les PDA ou « Personal Digital Assistant » sont devenus pour certains des outils de la vie courante. Ces outils sont devenus suffisamment crédibles pour que la RSNA juge nécessaire de créer sur l'exposition scientifique un village qui leur était dédié : le PDA Pavilion. Si ce pavillon était dédié aux PDA, il hébergeait le concept de réseau sans fil que ce soit par le protocole Bluetooth ou par le protocole WiFi. Il semble que la connexion sans fil soit indissociable du concept PDA. Ce pavillon abritait également des Tablet PC et des PC portables sans fil, montrant qu'il n'y avait pas concurrence entre les deux types de systèmes mais plutôt une complémentarité.
Pour certains auteurs, les PDA sont maintenant tout à fait crédibles pour la visualisation d'images médicales que ce soit du point de vue de la capacité mémoire, que de la vitesse des processeurs ou de la qualité de l'affichage.


Conclusion : une année de consolidation
Finalement, cette année, nous n'avons pas vu de véritable nouveauté dans le domaine de l'informatique médicale. En fait, nous avons surtout constaté à une généralisation de concepts que nous avions vu émerger l'an dernier : écrans plats, station trois écrans connectées simultanément au SIR et au PACS, PDA. En ce qui concerne les PACS, le souci semble maintenant être comment gérer le changement de système, bien loin de notre préoccupation française qui est de convaincre du caractère indispensable de l'installation d'un PACS.

Référence :
1 Wong ST, Tjandra D, Wang H, Shen W. Workflow-enabled distributed component-based information architecture for digital medical imaging enterprises. IEEE Trans Inf Technol Biomed 2003; 7:171-183.
2 Morioka CA, El-Saden S, Duckwiler G, et al. Workflow Management of HIS/RIS Textual Documents with PACS Image Studies for Neuroradiology. Proc AMIA Symp 2003:475-479.
3 Langen HL, Bielmeier J, Wittenberg G, Selbach R, Feustel H. [Workflow improvement and efficiency gain with near total digitalization of a radiology department]. Rofo Fortschr Geb Rontgenstr Neuen Bildgeb Verfahr 2003; 175:1309-1316.
4 Jubell D. Using mobile communication as a workflow tool. Health Estate 2002; 56:46-47.
5 Gay SB, Sobel AH, Young LQ, Dwyer SJ, 3rd. Process involved in reading imaging studies: workflow analysis and implications for workstation development. J Digit Imaging 2002; 15:171-177; discussion 170.
6 Fillicelli T. Future of PACS: advanced integration with RIS and workflow management. Radiol Manage 2001; 23:12-13.
7 Tao Y, Miao J. Workstation scheme and implementation for a medical imaging information system. Chin Med J (Engl) 2003; 116:654-657.
8 Kim Y, Fahy JB, DeSoto LA, Haynor DR, Loop JW. Development of a PC-based Radiological Imaging Workstation. J Digit Imaging 2003.
9 Tahayori B, Soltanian-Zadeh H, Zoroofi RA. A PC-based PACS display workstation with a language transparent interface. J Digit Imaging 2002; 15 Suppl 1:206-209.
10 Moise A, Atkins SM. Radiology workstation design for the medical intensive care unit. J Digit Imaging 2002; 15 Suppl 1:151-155.
11 Li M, Wilson D, Wong M, Xthona A. The evolution of display technologies in PACS applications. Comput Med Imaging Graph 2003; 27:175-184.
12 Hollands JG, Parker HA, McFadden S, Boothby R. LCD versus CRT displays: a comparison of visual search performance for colored symbols. Hum Factors 2002; 44:210-221.
13 Siegel EL, Reiner B. Work Flow Redesign: The Key to Success When Using PACS. J Digit Imaging 2003.
14 Siegel EL. Introduction to the Paper by Eliot Siegel and Bruce Reiner, "Work Flow Redesign: The Key to Success When Using PACS". J Digit Imaging 2003.
15 Siegel EL, Reiner B. Work flow redesign: the key to success when using PACS. 2002. J Digit Imaging 2003; 16:164-168; discussion 163.
16 Rogoski RR. PACS as an enterprise resource. Digital imaging comes of age, as improved Web, storage, network and EMR technologies support its extended reach throughout the healthcare enterprise. Health Manag Technol 2003; 24:14-16, 20.
17 Ratib O, Swiernik M, McCoy JM. From PACS to integrated EMR. Comput Med Imaging Graph 2003; 27:207-215.
18 Pilling JR. Picture archiving and communication systems: the users' view. Br J Radiol 2003; 76:519-524.
19 Ozsunar Y, Keceli M, Koseoglu K, Coskun G, Karaman C. PACS utilization in radiologic research. Acad Radiol 2003; 10:32-36.
20 Nagy P, Siegel E, Hanson T, Kreiner L, Johnson K, Reiner B. PACS reading room design. Semin Roentgenol 2003; 38:244-255.
21 Liu BJ, Cao F, Zhou MZ, Mogel G, Documet L. Trends in PACS image storage and archive. Comput Med Imaging Graph 2003; 27:165-174.
22 Levine BA. Introduction to Paper by Betty A. Levine, Ph.D., et al, "Assessment of the Integration of a HIS/RIS with a PACS". J Digit Imaging 2003.
23 Levine BA, Mun SK, Benson HR, Horii SC. Assessment of the Integration of a HIS/RIS with a PACS. J Digit Imaging 2003.
24 Lemke HU. PACS developments in Europe. Comput Med Imaging Graph 2003; 27:111-120.
25 Law MY, Zhou Z. New direction in PACS education and training. Comput Med Imaging Graph 2003; 27:147-156.
26 Larson G. Migrating to new PACS systems need not be a daunting experience. Radiol Manage 2003; 25:26-27.
27 Krupinski EA. Medical image perception issues for PACS deployment. Semin Roentgenol 2003; 38:231-243.
28 Inamura K, Kousaka S, Yamamoto Y, et al. PACS development in Asia. Comput Med Imaging Graph 2003; 27:121-128.
29 Huang HK. Enterprise PACS and image distribution. Comput Med Imaging Graph 2003; 27:241-253.
30 Cannavo MJ. Imaging center PACS. Radiol Manage 2003; 25:54-56.
31 Wendt G, Peppler W, Edwards W. PACS disaster recovery procedures--evaluation in a clinical environment. J Digit Imaging 2002; 15 Suppl 1:112-113.
32 Tamm EP, Thompson S, Venable SL, McEnery K. Impact of multislice CT on PACS resources. J Digit Imaging 2002; 15 Suppl 1:96-101.
33 Raman B, Raman R, Raman L, Beaulieu CF. Radiology on handheld devices: image display, manipulation, and PACS integration issues. Radiographics 2004; 24:299-310.
34 Strok B, Speedie SM, Ratner ER. A Novel Way of Distributing Medical Practice Guidelines Using Personal Digital Assistants (PDA). Proc AMIA Symp 2003:1021.
35 Lanway C, Graham P. Mobile documentation. Wireless PDAs boost job satisfaction for utilization review nurses. Healthc Inform 2003; 20:80.
36 Fontelo P, Ackerman M, Kim G, Locatis C. The PDA as a portal to knowledge sources in a wireless setting. Telemed J E Health 2003; 9:141-147.
37 Andrade R, Wangenheim A, Bortoluzzi MK. Wireless and PDA: a novel strategy to access DICOM-compliant medical data on mobile devices. Int J Med Inf 2003; 71:157-163.
38 Ali SN, Choudhary S. Pocket PC: an aid to clinical consultation. Plast Reconstr Surg 2003; 111:2482-2483.
39 Wilderman I, Dobrousin A, Cameron S. Which hand-held computer is better for doctors? Part 1: Comparing models with Palm operating systems. Can Fam Physician 2003; 49:1507-1508, 1510-1501.
40 Adatia FA, Bedard PL. "Palm reading": 1. Handheld hardware and operating systems. Cmaj 2002; 167:775-780.
41 Tooey MJ, Mayo A. Handheld technologies in a clinical setting: state of the technology and resources. AACN Clin Issues 2003; 14:342-349.
42 Flanders AE, Wiggins RH, 3rd, Gozum ME. Handheld computers in radiology. Radiographics 2003; 23:1035-1047.
43 Chen ES, Hripcsak G, Patel VL, Sengupta S, Gallagher RJ, Cimino JJ. Automated identification of shortcuts to patient data for a wireless handheld clinical information system. Proc AMIA Symp 2003:809.
44 Lewis TJ. Integrating handheld PCs into a PACS network with commercially available components. J Digit Imaging 2002; 15 Suppl 1:237-239.
45 Newbold SK. New uses for wireless technology. Nurs Manage 2003; Suppl:22-23, 32.