Tous nos sites et sites référencés

Pathologie ostéo-articulaire

Mis à jour le 13/08/2010 par SFR

Pathologie tumorale

Un travail (70) a à nouveau rapporté une différence significative de la valeur du coefficient de diffusion apparente dans la moelle osseuse normale et dans des métastases vertébrales chez 21 patients, soulignant donc l'intérêt des séquences de diffusion. Un autre travail (64) a porté sur l'aspect IRM pseudotumoral de la chondromatose synoviale. Ce type de lésion peut être non minéralisé sur les clichés radiographiques, et se présenter en IRM comme une masse relativement homogène en T1 et en T2, sans l'apparence plurinodulaire typique de la chondromatose synoviale primitive, mimant ainsi un chondrosarcome. La connaissance de cette forme devrait permettre d'éviter des traitements inappropriés (deux patients de leur série avaient eu une chirurgie radicale), d'autant que l'étude anatomopathologique peut être difficile.

Genou

Un travail (268) sur 262 genoux explorés en IRM a précisé les critères IRM de patella alta et baja. Le rapport hauteur patellaire sur longueur du tendon patellaire doit être inférieur à 0.66 pour la patella baja, et supérieur à 1.42 pour la patella alta. Une équipe (270) a rapporté une association statistiquement significative entre les ossicules patellaires secondaires à la maladie d'Osgood-Schlater et la tendinose patellaire proximale, faisant évoquer un facteur sous-jacent prédisposant à ces deux affections. Un poster (304 MK-e) a rappelé l'anatomie et l'imagerie des insertions méniscales, et plus particulièrement des freins méniscaux . Ces derniers peuvent être le siège de fissures, expliquant ainsi un certain nombre de subluxations méniscales.

Epaule

Un travail (649) a rapporté une association statistiquement significative entre les fissures de la longue portion du biceps et celles des tendons des muscles supra-épineux et sub-scapulaire. Une attention toute particulière à la longue portion du biceps doit donc être portée devant une lésion de ces deux tendons.
Deux équipes (651, 652) ont étudié les fissures interstitielles d'aspect kystique de la coiffe des rotateurs, essentiellement du supra et de l'infra-épineux. Ce type de lésion peut être associé à des lésions importantes de la coiffe avec rétraction tendineuse, mais elle peut également paraître normale. Une étude extrêmement fine de sa face profonde doit cependant être réalisée afin de ne pas méconnaître une petite lésion associée à un phénomène de clapet responsable de l'accumulation de liquide au sein d'un muscle de la coiffe des rotateurs.

Pied

Un travail (1198) a rapporté que l'amyotrophie de l'abducteur du V pouvait être un signe indirect d'une neuropathie de Baxter (c'est-à-dire une souffrance de la première branche du nerf plantaire latéral). Cette amyotrophie était volontiers observée chez des patients obèses, avec épine calcanéenne, et chez les patients présentant des pathologies complexes multifocales de l'arrière-pied. La découverte d'une telle amyotrophie doit donc faire étudier attentivement le trajet de ce nerf, notamment sous la partie postérieure du calcanéum.

Polyarthrite rhumatoïde

Plusieurs travaux portaient cette année sur l' échographie des articulations métacarpophalangiennes (MCP) dans le cadre des polyarthrites rhumatoïdes débutantes. Une étude (1354) a rapporté une sensibilité similaire de l'échographie couleur et de l'IRM avec injection de produit de gadolinium dans l'évaluation de l'hypervascularisation synoviale de polyarthrites rhumatoïdes débutantes. En effet, sur 23 patients (92 MCP étudiées), l'IRM objectivait une inflammation active dans 56 % des articulations contre 51 % pour l'échographie. La négativité de l'échographie dans 11 cas était expliquée par un épaississement inflammatoire prédominant sur la face palmaire des MCP, alors que l'étude échographique portait uniquement sur la face dorsale de l'articulation. L'échographie doppler semble également intéressante dans le suivi thérapeutique des patients en objectivant une diminution de la vascularisation synoviale (1353).
L'utilisation d'un produit de contraste échographique semble augmenter de façon significative la détection de l'hypervascularisation synoviale. Ainsi, dans une étude basée sur 198 MCP (1145), l'échographie avec produit de contraste détectait une vascularisation intra-articulaire dans 49 % des articulations avec PR jugées inactives, 98 % des articulations lors de PR modérément actives et dans toutes les articulations de PR actives alors que sans produit de contraste, cette détection n'était respectivement que de 8 %, 52 % et 58 %.

Cartilage

L'évaluation du cartilage articulaire reste un challenge mais l'imagerie non invasive apporte des renseignements toujours plus précis. Les lésions de sa surface sont bien détectées par l'arthroscanner ou l'arthro-IRM. Dans une étude portant sur de 12 genoux de cadavres, l'arthroscanner spiralé avec des coupes infra-millimétriques présente une sensibilité et une spécificité respectivement égales à 80 et 88% avec cependant une reproductibilité moyenne pour les petites lésions (280). L'arthro-IRM au Gadolinium permet de détecter les lésions cartilagineuses précoces chez les patients jeunes présentant des douleurs de hanche. Ces lésions prédominent dans la région antéro-supérieure de l'acétabulum. Pour ce secteur, la sensibilité et la spécificité sont respectivement de 100% et 40% pour le lecteur 1 et de 65 et 80% pour le lecteur 2 (276). L'IRM permet une évaluation des modifications biochimiques précoces du cartilage. La cartographie T1 réalisée 90 mn après injection intraveineuse de gadolinium permettrait de détecter la perte en glycoaminoglycannes (275). L'IRM montre également les aspects très variés des transplantations osteochondrales autologues (278). Les résultats de la séquence 3D-DEFT (three dimensional driven equilibrium Fourier transform) sont à nouveau présentés (273). Cette séquence présente un contraste équivalent au FSE T2 tout en procurant un meilleur signal au cartilage.

Divers

Une équipe (1341) a rapporté la faisabilité de l'insertion intra-articulaire de différents types de coils au cours d'arthro-IRM, permettant ainsi une augmentation du rapport signal sur bruit lors de l'exploration de petites structures, et permettant également de guider certaines procédures interventionnelles telles que les sutures labrales.

Auteurs :A Cotten, A Blum.