Tous nos sites et sites référencés

Gynécologie - Obstétrique

Mis à jour le 13/08/2010 par SFR

OBSTETRIQUE

L'échographie 3D et l'IRM fœtale sont les deux principales techniques d'imagerie mises en avant cette année en ce qui concerne l'imagerie obstétricale.

IRM foetale

Deux posters proposent des séquences d'IRM fœtale originales donnant une vue " pseudo 3D surfacique " du fœtus :
- Une équipe (O835OB-e) présente une séquence 2D Single Slice Hydrography (contraste solide liquide élevé), qui permet de mieux étudier la surface globale du fœtus, le cordon ombilical, le liquide amniotique et certaines anomalies fœtales.

Cette séquence, selon ses auteurs, aurait un intérêt particulier dans certains cas :
L'omphalocèle, la dysplasie des membres, le cordon péricervical.

De même, pour l'appareil digestif (atrésie duodénale), l'appareil urinaire (hydronéphrose), les poumons (hernie diaphragmatique) et les carrefours ventriculaires (hydrocéphalie congénitale) ainsi que pour l'extension des lésions kystiques (tératome sacro-coccygien).

- Une autre équipe japonaise (O824OB-e), a montré l'apport de la séquence " MR fetography " single-shot fast spin echo T2, dans six exemples: la dysplasie rénale multikystique, l'épendymome, la suspicion de tumeur auriculaire, le cordon ombilical péricervical, la hernie de Bochdalek et le nanisme thanatophore. Dans deux cas sur six cette technique fut réellement une aide au diagnostic ; devant la suspicion d'une tumeur auriculaire, il s'agissait en fait de la main du fœtus et dans l'autre cas une hypoplasie des extrémités a été retrouvée.

Dans ces deux exemples, les images montrées étaient de grande qualité mais les indications ne paraissaient pas toujours convaincantes. D'après les images fournies, ces séquences devraient être intéressantes pour les bilan des membres et de la face. Elle rejoignent un peu les indications de l'écho 3D avec des images de meilleure qualité.

L'IRM fœtale (O803OB-e, 0804OB-e) démontre toujours son intérêt pour le bilan des différentes malformations.

ECHOGRAPHIE 3D(O791OB-e, O833OB-e, C1669, course n°610).

C'est un examen complémentaire du 2D avec des indications spécifiques.
La période optimale pour réaliser l'examen se situe entre 20 - 35 SA.
Les indications principales sont:
- Le système nerveux central (craniosynostose, schizencéphalie, Dandy-Walker au premier trimestre,…).
- La face (fente,…).
- Le rachis (scoliose, myélo-méningocèle, …).
- Les extrémités
- Les masses cervicales pour mieux apprécier leur taille, l'extension et la vascularisation.
Cette technique nécessite une expérience particulière dans l'acquisition, l'évaluation des images. Cependant une certaine standardisation se développe.
Elle nécessite d'obtenir des images 2D de bonne qualité avant de réaliser les images 3D
car la résolution des images 3D dépend de celle-ci.
La position et les mouvements du fœtus, la quantité du liquide amniotique sont donc des éléments importants de l'acquisition.
Les reconstructions planes ont une moins bonne résolution que les acquisitions planes
Les mesures ne sont possible qu'avec certaines machines.
Le connaissance des artéfacts du 3D (absence de main,… ) est nécessaire pour éviter des erreurs.

ECHOGRAPHIE OBSTETRICALE


L'équipe de JR Mernagh a réalisé trois posters complets avec une iconographie de bonne qualité malgré la petite taille des images. Un sur les différents signes échographiques dans les diverses trisomies ou syndromes complexes (0790OB-e) ainsi que sur les tumeurs du fœtus (0789OB-e). Celui sur les artéfacts (0788OB-e) est très intéressant et montre ainsi divers exemples de fausses images tel un pied bot du à la position du membre inférieur contre la paroi utérine ; un " lemon sign " lorsque la coupe n'est pas strictement dans le plan transversal…

GYNECOLOGIE

UTERUS

L'endométriose (E) fut encore un des thèmes majeurs de cette année (0827OB-e, 0829OB-e, 0832OB-e, 0834OB-e).

Un équipe (0829OB-e) propose l'injection de gadolinium devant la suspicion d'endométriose vésicale. L'étude montre que les lésions d'E profonde postérieure (ligaments utéro-sacrés et paroi recto-vaginale) sont en hyposignal T2 alors que les lésions antérieures (E viscérale) sont hétérogènes.

Le poster 0827OB-e confirme l'intérêt de l'injection de produit de contraste pour l'E profonde.

Une équipe japonaise (0834OB-e) présente les différentes localisation de l'E avec une iconographie de bonne qualité.
Les équipes 0813OB-e, 0816OB-e rappellent les indications de l'hystérosonographie:

- Polype de l'endomètre.
- Hyperplasie endométriale
- Carcinome endométrial.

Ses limites et pièges :
- Atrophie kystique.
- Adénomyose.
Et (C1664) complète ses pièges:
- petit polype du canal cervical, de l'isthme.
- aspect trompeur après biopsie de l'endomètre chez les patientes sous Tamoxifène.

COL

Les japonais (0817OB-e) ont réalisé un poster très complet sur les différentes tumeurs du col avec corrélation IRM / analyse anatomopathogique. De même (0814OB-e) nous présente la corrélation US / IRM.

L'IRM est l'examen de référence dans le bilan du cancer du col non invasif en préopératoire ainsi que pour le suivi de celui-ci dans le traitement par chimiothérapie (C775). Elle permet (C774) d'apprécier l'infiltration de la paroi vaginale ( perte de l'hyposignal) et d'identifier les ganglions (supérieur à 1 cm). Les faux négatifs dans l'étude des ganglions sont dus à la présence de petits ganglions dans les paramètres et de ceux non vus au niveau de l'espace obturateur.

INFERTILITE

De beaux posters (0835OB-e, 0836OB-e) illustrent en IRM les différentes étiologies. Une communication (C1662) suggère que l'adénomyose, associée à une désorganisation des contractions du myomètre peut être une cause d'infertilité secondaire (non reconnu actuellement).

TROMPES

Le poster (794OB-e) nous rappelle la pathologie des trompes en échographie et notamment la torsion de trompes avec la présence :
- D'une formation kystique complexe avec des septa épaissis
- D'un hématosalpinx
- D'un épanchement pelvien
- Le signe du tourbillon
- La présence d'un flux vasculaire n'exclue pas le diagnostic.

OVAIRES

De nombreux posters et communications vantent l'intérêt de l'IRM dans la caractérisation tissulaire des masses ovariennes (O798OB-e, O800OB-e, O822OB-e, 0825OB-e, O828OB-e, O830OB-e, O839OB-e) cependant dans de nombreux cas on ne peut conclure (nombreuses tumeurs en hyposignal T2).

Les tumeurs à cellules claires (0822OB-e) sont des tumeurs de bon pronostic car dans 75% des cas elles sont diagnostiquées au stade I. L'aspect le plus typique est celui d'un kyste uni ou oligoloculaire porteur d'un ou plusieurs nodules faisant saillie dans sa lumière. Dans cette étude, 18% des patientes présentaient une endométriose associée.

Deux posters (O787OB-e, O840OB-e) évoquent chacun à leur tour l'intérêt de l'échographie et du scanner dans le cadre de la torsion ovarienne, sans grande conviction pour le scanner. L'échographie tente avec difficulté de différencier la population rencontrée lors la torsion de l'ovaire primaire de la torsion secondaire. En effet il s'agit le plus souvent de femme en préménopause dans la torsion primaire et de femme en post ménopause ou enceinte dans la torsion secondaire.

Deux posters (0820OB-e, 0831OB-e) rappellent les différentes localisations au scanner des métastases et de la carcinose péritonéale dans le cancer ovarien. L'apport des reconstructions 3D dans la localisation de la carcinose est réel, cependant pour chaque exemple, celle-ci était déjà visible en 2D.

CONCLUSION

En obstétrique, l'avènement de séquence ultra-rapide IRM et l'échographie 3D sont les deux techniques d'imagerie mises en avant cette année.

En gynécologie, l'IRM se confirme comme l'examen de référence.

Auteurs : Boyer C (1), Chaumoître K (2).
(1) : Service de Radiologie et d'Imagerie Médicale, Hôpital Jeanne de Flandre, Lille.
(2) : Service d'Imagerie Médicale, Hôpital Nord, Marseille.