Tous nos sites et sites référencés

Recommandations de la SFR et de la SIU pour la désinfection des sondes pour les examens échographiques par voie endocavitaire

Mis à jour le 13/08/2010 par SFR

DESINFECTION DES SONDES POUR LES EXAMENS ECHOGRAPHIQUES PAR VOIE ENDOCAVITAIRE

Recommandations
de la SFR et de la SIU

Comment faire en pratique quotidienne?

Il convient de réaliser l'examen dans un environnement et des conditions d'asepsie (gants et solutés hydro-alcooliques) adaptés à l'acte et de vérifier que les gaines de protection utilisées sont marquées CE.

Mise en place de la gaine de protection
    - Vérifier l'absence d'anomalie visible de la gaine, notamment de déchirure, une fois celle-ci en place ; sinon, la remplacer.
    - Recourir à l'usage de gel stérile
En cas d'utilisation associée d'un guide à biopsie, placer le guide à biopsie, stérile, à l'extérieur de la gaine de telle sorte que celle-ci ne soit pas perforée par l'aiguille lors de la biopsie.

Retrait de la gaine de protection
    - Examiner la gaine sur la sonde d'échographie à la recherche d'anomalie(s) visible(s), notamment de déchirure(s), traduisant une perte de l'intégrité de la gaine.
    - Retirer la gaine avec précaution pour éviter d'endommager et de contaminer la sonde d'échographie.
    - Examiner la sonde d'échographie à la recherche de souillures visibles.
    - Essuyer la sonde d'échographie avec une lingette ou une compresse à usage unique sèche en vue de rechercher des souillures.

Traitement du dispositif médical
  • Entre deux actes
En présence de souillures visibles sur la sonde d'échographie et/ou sur la lingette ou la compresse à usage unique sèche ou en cas de procédures invasives:
Réaliser un nettoyage suivi d'une désinfection de niveau intermédiaire : soit par une immersion de la sonde d'échographie dans une solution désinfectante ou en utilisant un système de désinfection sans contact.

En l'absence de souillures visibles entre deux examens:
Nettoyer la sonde d'échographie par essuyage soigneux avec une lingette à usage unique imprégnée de détergent-désinfectant.
  • Entre deux actes invasifs
Réaliser un nettoyage suivi d'une désinfection de niveau élevé par immersion de la sonde d'échographie dans une solution détergente-désinfectante.
Puis, quelle que soit la situation :
    - rincer à l'eau du réseau de qualité « eau pour soins standard ».
    - sécher soigneusement.
    - stocker la sonde d'échographie dans un endroit propre et en respectant les conditions habituelles pour éviter sa recontamination.
  • En fin de journée
    - Immersion de la sonde d'échographie dans un produit détergent-désinfectant ou recourir à un système de désinfection sans contact.

L'utilisation d'un préservatif à visée MST n'est pas recommandée car il n'est pas conçu pour ce type d'applications.
Les modèles de sonde avec guide à biopsie intégré à la sonde ne sont pas recommandés en raison du risque d'infection plus élevé par l'absence de gaine de protection.

Il nous apparaît essentiel de développer une traçabilité des procédures de désinfection/détersion avec report dans un registre adapté, ou de façon informatique, des procédures réalisées et des sondes concernées.

Dans le cadre de la pratique d'examens échographiques par voie endocavitaire, le risque de transmission d'agents transmissibles non conventionnels (ATNC) a conduit depuis leur mise en œuvre à proposer des attitudes permettant la réduction de ces risques.
Les difficultés inhérentes aux dispositifs d'échographie (incompatibilité des sondes d'échographie avec l'acide peracétique, nombre élevé d'actes, altération du matériel par désinfections répétées) ont conduit les professionnels à proposer des attitudes adaptées incluant l'utilisation de gaines de protection (recommandation du Haut Conseil de Santé Publique du 14 décembre 2007) et/ou de systèmes de désinfection sans contact.
Les études publiées démontrent que la fiabilité des préservatifs n'est pas de 100% même en l'absence de perforation visible, l'inspection visuelle de la sonde d'échographie après l'acte est insuffisante pour détecter une contamination, l'utilisation d'une protection adaptée ne permet pas d'éviter totalement de possibles contaminations du dispositif médical (DM) et possiblement du patient mais qu'aucun cas de transmission croisée n'a été rapporté entre patients.
La version du 14 décembre 2007 du Haut Conseil de la Santé Publique recommande l'utilisation de protections adaptées et une désinfection de bas niveau de la sonde d'échographie en l'absence de rupture visuelle de la protection et une désinfection de niveau intermédiaire en cas de rupture visuelle de la protection. Cette recommandation, rédigée par un groupe de travail pluridisciplinaire du comité technique des infections nosocomiales et des infections liées aux soins, nous paraît raisonnable, compte tenu de l'état actuel des connaissances, et doit faire référence jusqu'à preuve du contraire.

BIBLIOGRAPHIE
1. Circulaire EM1/DH n° 96-0479 du 6 février 1996 concernant les gels d'échographie
2. Désinfection des dispositifs médicaux. Guide des bonnes pratiques. Ministère de l'emploi et de la solidarité. 1998.
3. Circulaire DGS/DHOS/E2/2001/138 du 14 mars 2001 relative aux précautions à observer lors de soins en vue de réduire les risques de transmission d'agents transmissibles non conventionnels.
4. Guide pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales en maternité. Version n°2. Juin 2003. (disponible sur : http://www.sfhh.net/telechargement/recommandations_guidematernite.pdf).
5. Hygiène en maternité. Recommandations. Grilles d'autoévaluation. Version n°2. CCLIN ouest. Juin 2005 (disponible sur : http://www.cclinouest.com/PDF/mater_janvier_2005P1.pdf).
6. Rapport gaines de protection à usage unique pour dispositifs médicaux réutilisables : recommandations d'utilisation. Haut Conseil de la Santé Publique, 14 décembre 2007.