Tous nos sites et sites référencés

Biopsies pulmonaires non contributives : que faire ?

Mis à jour le 17/08/2017 par SFR

 

Mickaël Ohana, Société d'Imagerie Thoracique (SIT)

 

Dans leur article intitulé « Non-specific benign pathological results on transthoracic core-needle biopsy: how to differentiate false-negatives ? » publié dans European Radiology, l’équipe sud-coréenne de Kim et al. a cherché à déterminer sur 1116 biopsies pulmonaires transcutanées quel était le devenir des résultats « bénins non-spécifiques », c’est-à-dire ne ramenant que du tissu bénin (type inflammatoire ou fibreux), mais n’ayant pas toutes les caractéristiques permettant d’affirmer un diagnostic.
Cette question est malheureusement classique en pratique clinique, et il n’existe à l’heure actuelle pas de consensus clair devant ces résultats, le radiologue devant choisir entre répéter le prélèvement, biopsier un autre site, réaliser des imageries complémentaires, référer le patient directement à la chirurgie ou instaurer une surveillance plus ou moins rapprochée.

Cette étude rétrospective apporte des ébauches de réponse :
- Sur les 226 biopsies « bénignes non-spécifiques » que contenait la cohorte initiale de 1116 prélèvements, 24 soit 10.6 % ont finalement été diagnostiquées comme malignes, avec un délai moyen depuis la biopsie initiale de 0,7 mois. L’histologie finale était obtenue par chirurgie (n=13), nouvelle biopsie transcutanée (n=9) ou biopsie endoscopique (n=2).
- Sur la comparaison des 24 biopsies malignes contre les 202 bénignes, les différences étaient :
- un âge supérieur à 50 ans significativement plus fréquent dans le groupe des faux négatifs
- un nodule partiellement solide, significativement plus fréquent dans le groupe des faux négatifs
- une aiguille en dehors de la cible, significativement plus fréquent dans les faux négatifs
- des résultats anatomo-pathologiques mentionnant « inflammation granulomateuse », qui n’étaient retrouvés que dans le groupe des vrais négatifs (40,1 % versus 0 %).

Au final, les auteurs concluent en disant que si les faux positifs des biopsies pulmonaires transcutanées sont rares, deux signes sont à regarder pour orienter la décision : la cible est un nodule partiellement solide, ce qui doit orienter vers un faux négatif de la biopsie initiale, et les résultats anatomopathologiques mentionnent une « inflammation granulomateuse », ce qui orienterait fortement vers un vrai négatif.

 

Référence :

1. Kim JI et al. Non-specific benign pathological results on transthoracic core-needle biopsy : how to differentiate false-negatives ? Eur Radiol. 2017 Feb 10.