Formation en e-learning

     

Incidentalômes surrénaliens du 16 avril au 21 mai 2018. En savoir plus... 

   

Conception et participation de Paul Legmann - Hôpital Cochin Paris

   

   Objectifs pédagogiques :

  • Diagnostiquer un incidentalome surrénalien,
  • Procéder à un examen scanographique dans les règles de l’art,
  • Réaliser une IRM en utilisant les principales séquences utiles.

Résumé :

La découverte d’un incidentalome surrénalien survient au décours de 5 à 10% des examens scanographiques abdominaux réalisés pour une autre indication. La plupart de ces lésions sont bénignes hors d’un contexte oncologique. L’examen scanographique permet de recueillir sans puis éventuellement avec injection de produit de contraste des éléments spécifiques pour le diagnostic d’un adénome surrénalien. D’autres signes permettent d’apporter des arguments caractéristiques pour des pathologies telles que kyste, hématome, myélolipome. L’IRM intervient en seconde intention pour préciser une étiologie, apporter des éléments diagnostiques en cas de masse indéterminée. Les séquences en phase en opposition de phase avec saturation de graisse, en pondération T2 sans ou avec injection, permettent dans un grand nombre de cas d’aboutir à un diagnostic spécifique. L’exploration en imagerie doit être faite parallèlement au bilan hormonal comportant l’étude du cortisol des métanéphrines urinaires et plasmatiques. A l’issue de ce bilan certains éléments peuvent orienter le diagnostic vers une pathologie plus rare mais trompeuse : phéochromocytome, ou vers une pathologie d’emblée suspecte de malignité : corticosurrénalome, métastase. Les recommandations de prise en charge doivent être proposées selon le caractère
fonctionnel de la lésion, et les signes recueillis au scanner et/ou en IRM.

  En savoir plus...