JFR 2012 - 2111 Les pneumonies interstitielles chroniques 1e partie

Mis à jour le 02/05/2013 par SFR
Le diagnostic de fibrose pulmonaire idiopathique
Orateur : Michel Brauner
Objectifs
Messages à retenir
Devant une pneumopathie interstitielle idiopathique, le rôle essentiel du scanner est de distinguer la fibrose pulmonaire idiopathique (FPI), maladie la plus fréquente et la plus grave, des autres entités.
Le diagnostic de fibrose pulmonaire idiopathique est fait au scanner dans plus de 50% des cas.
Ce diagnostic repose sur un ensemble d’éléments concordants : clinique et fonction compatible, absence de manifestations extra-pulmonaires et aspect scanographique typique.
Résumé
L’aspect typique de la FPI en scanner comprend : des lésions bilatérales à prédominance basale et sous pleurales, des réticulations avec rayon de miel ± des bronchectasies par traction, une absence de condensation, de nodules ou de verre dépoli prédominant. Lorsque ces critères sont réunis, le diagnostic est exact dans plus de 90% des cas. Les forment atypiques peuvent être dues à un aspect atypique ou une topographie atypique des lésions : verre dépoli prédominant, absence de rayon de miel, prédominance supérieure ou péribronchovasculaire des lésions. Dans ces cas là, une biopsie pulmonaire est nécessaire si l’état du patient le permet.