JFR 2011 - 4111 - Comment reconnaître la pathologie cardiaque sur un scanner thoracique et pourquoi 2e partie

Mis à jour le 19/12/2012 par SFR
Identification des anomalies des cavités cardiaques droites sur un scanner thoracique
K WARIN-FRESSE, G FAU, D CROCHET
Objectifs
Messages à retenir
En l'absence de synchronisation cardiaque, seules les anomalies importantes de diamètre des cavités et épaisseur du myocarde (valables que si l'acquisition ait été réalisée en systole ou en diastole) peuvent être retenues. Le rapport entre les diamètres ventriculaire droit (VD) et gauche (VG) est normalement inférieur à un. Un rapport supérieur à un traduit une dilatation ventriculaire droite. Le diamètre de l'oreillette droite est inférieur à celui du VD. La découverte fortuite d'une dilatation des cavités droites doit faire rechercher une pathologie congénitale artérielle ou veineuse, du parenchyme pulmonaire, valvulaire (du cœur droit et/ou du cœur gauche) ou rythmique. L'épaisseur pariétale myocardique du VD est inférieure à 4 mm. Une hypertrophie doit faire rechercher une hypertension artérielle pulmonaire, une pathologie infiltrative, tumorale ou congénitale.
Résumé
L'oreillette droite (OD), le ventricule droit (VD), les artères pulmonaires et les veines caves (VC) constituent le cœur droit. L'épaisseur pariétale du VD varie sur un scanner non synchronisé selon que l'acquisition ait été réalisée en systole ou en diastole, mais normalement inférieure à 4 mm en télédiastole. Sur une coupe axiale de scanner, le rapport des diamètres VD/VG est inférieur à un, les oreillettes, plus petites que les ventricules, ont la même taille. Devant une dilatation de l'OD souvent associée à une dilatation du VD, il faut rechercher un shunt en amont de la valve tricuspide (retour veineux pulmonaire anormal partiel ou total et/ou une communication inter-auriculaire). Ces pathologies chirurgicalement curables peuvent être à l'origine d'une hypertension artérielle pulmonaire (HTAP). Devant une dilatation isolée du VD, il faut rechercher une pathologie pulmonaire (obstructive, post-embolique), une HTAP, une pathologie congénitale artérielle ou veineuse. Si la paroi est de densité graisseuse, il faut évoquer la dysplasie arythmogène du VD, maladie rythmique potetiellement mortelle. Une hypertrophie du VD peut être liée à une HTAP, une cardiopathie infiltrative avec atteinte multi-organique, une pathologie tumorale ou une cardiopathie congénitale avec élévation des pressions systoliques VD (obstacle anatomique sur la voie pulmonaire ou HTAP), potentiellement curables.