JFR 2011 - 2311 - Bronches et bronchioles : infection, inflammation, obstruction et remodelage chez l’adulte 1e partie

Mis à jour le 29/11/2012 par SFR
Imagerie des bronchectasies : valeur diagnostique, fonctionnelle et pronostique
AL BRUN, C BEIGELMAN-AUBRY, P GRENIER
Objectifs
Messages à retenir
La scanographie hélicoïdale à collimation fine sur l'ensemble du thorax est l'examen de référence pour le diagnostic et l'évaluation de la distribution topographique et de l'étendue des bronchectasies. Les reformations multiplanaires et les techniques de projection d'intensité maximum et minimum améliorent les performances diagnostiques et permettent une meilleure détection des lésions associées des petites voies aériennes (bronchiolite infectieuse, bronchiolite oblitérative). Chez les patients atteints de bronchectasies, le degré d'épaississement pariétal bronchique ainsi que l'étendue des zones hypodenses hypoperfusées traduisant des lésions d'obstruction bronchiolaire sont parfaitement corrélés à la sévérité du retentissement fonctionnel de la maladie. La scanographie est peu fiable pour reconnaître le diagnostic étiologique des bronchectasies.
Résumé
La scanographie hélicoïdale multidétecteur à collimation fine sur l'ensemble du thorax au cours d'une seule et même apnée inspiratoire est supérieure aux examens en coupes fines incrémentales haute résolution avec un intervalle de coupes de 10 mm, pour le diagnostic et l'évaluation de l'étendue des bronchectasies. L'usage des reformations multiplanaires améliore la détection des bronchectasies, augmente la reproductibilité des radiologues pour le diagnostic des bronchectasies ainsi que leur niveau de confiance pour apprécier la distribution lésionnelle. L'examen scanographique évalue le nombre et la distribution des impactions mucoïdes dans des bronches dilatées et le retentissement de l'atteinte bronchique sur les voies aériennes distales et le parenchyme pulmonaire. La recherche d'atteinte associée des petites voies aériennes est systématique : détection des foyers de bronchiolite infectieuse et évaluation de l'étendue des zones hypodenses, hypoperfusées, avec piégeage, qui reflètent les lésions de bronchiolite oblitérative. Ces dernières sont corrélées au degré de sévérité de l'obstruction fonctionnelle. La scanographie reste peu fiable pour le diagnostic étiologique des bronchectasies. Inversement, certains mécanismes sont facilement identifiés, tels que les bronchectasies post-obstructives et les bronchectasies par traction des fibroses pulmonaires.