JFR 2013 – 2342 - Pathologies vasculaires cérébrales - Ischémie cérébrale : éléments du diagnostic étiologique 3e partie

Mis à jour le 05/02/2015 par SFR

Déficit transitoire et bilan en imagerie : pourquoi se presser puisque le patient va mieux ?

Orateur : Omer EKER 

Objectifs
Connaître les éléments épidémiologiques qui caractérisent le déficit neurologique transitoire.
Savoir que l’accident ischémique transitoire (AIT) est la principale cause de déficit neurologique transitoire.
Connaître la place de l’imagerie diagnostique dans le bilan d’un déficit neurologique transitoire.

Messages à retenir
Un déficit neurologique transitoire cliniquement n’est pas forcément transitoire à l’échelle tissulaire.
L’AIT est la cause principale de déficit neurologique transitoire.
L’AIT est associé à un taux de morbi-mortalité important à 3 mois.
L’IRM est la technique d’imagerie de référence à réaliser en urgence en cas de déficit neurologique transitoire.

Résumé
9 déficits neurologiques transitoires sur 10 sont des AITs.
1/3 des AITs sont des accidents vasculaires cérébraux (AVC) ischémiques.
Les AIT sont associés à un risque :
- de survenue d’AVC ischémique élevé jusqu’à 10% à 1 mois,
- de survenue d’un événement cardiovasculaire majeur (infarctus du myocarde, trouble du rythme et décès) élevé jusqu’à 35% à 10 ans.

Jusqu’à 60% des AIT durent moins de 1 heure.
Jusqu’à 40% des AVC ischémiques survenant après un AIT surviennent dans les premières 24 heures.

L’instauration d’un traitement de prévention secondaire adapté et précoce dans les 24H permet de réduire le risque de survenu d’un accident vasculaire cérébral ischémique de 80%

Le  diagnostic des patients présentant un AIT doit être réalisé en URGENCE et en première intention par IRM avec séquence de Diffusion associé à une exploration des vaisseaux intra et extra crâniens.