JFR'2010 - 2306 - Imagerie du sacrum : de la peau au système nerveux, 2e partie

Mis à jour le 08/08/2011 par SFR
Le sacrum de l'adulte : tumeurs osseuses et neuro-méningées
JL DIETEMANN, A BOGORIN, G BIERRY, M ABU-EID
Messages à retenir
La sémiologie des lésions bénignes et malignes les plus fréquentes au niveau sacré. Les pièges dans l'interprétation du scanner et de l'IRM du sacrum sont nombreux liés à des variantes anatomiques osseuses, méningées ou neurologiques. Les protocoles des explorations par résonance magnétique par scanner. L'intérêt de l'imagerie dans la prise en charge thérapeutique. Certaines lésions bénignes (déminéralisation, ostéocondensation bénigne, fracture par insuffisance osseuse) peuvent simuler des pathologies tumorales.
Résumé
Les tumeurs sacrées primitives bénignes (chondromes, ostéome ostéoïde, kyste anévrysmal) et malignes (chordomes, tumeurs à cellules géantes, chondrosarcomes, ostéosarcomes) sont rares. L'approche de la nature histologique repose sur la complémentarité de l'IRM et du scanner. Les tumeurs secondaires liées à une dissémination vasculaire artérielle (métastases, hémopathies), veineuse (cancers pelviens) ou à une extension locorégionale sont particulièrement fréquentes et le plus souvent ostéolytiques. Un bilan rachidien global est nécessaire. Les formations kystiques méningées (kystes de Tarlov, méningocèles intra et présacrées sacrées) sont fréquentes ; l'IRM différencie aisément les kystes de formations tumorales solides (neurinomes, neurofibromes, épendymomes du filum terminale, métastases sous-arachnoïdiennes).