Espace membre

Vous n'êtes pas membreAdhérez

JFR 2011 - 1340 - Bilan d'extension locorégionale des cancers en imagerie de la femme 2e partie

Mis à jour le 15/02/2012 par SFR
Place de la médecine nucléaire dans le bilan des cancers en imagerie de la femme
C TYCHYJ-PINEL
Objectifs
Connaître la place des différentes techniques de médecine nucléaire dans le bilan d'extension du cancer du sein. Connaître l'aspect normal du pelvis en TEP au FDG, ses variantes et les pièges d'interprétation. Connaître la place TEP-TDM au FDG dans le bilan d'extension des cancers gynécologiques (col, endomètre, ovaire).
Messages à retenir
Dans le bilan d'extension du cancer du sein : la technique du ganglion sentinelle reste la référence pour la stadification ganglionnaire des cancers du sein de petite taille. La TEP-TDM au FDG et la scintigraphie osseuse sont complémentaires à l'imagerie morphologique dans le bilan d'extension des cancers du sein localement avancés. L'utilisation de la TEP-TDM au FDG dans les cancers pelviens de la femme nécessite une optimisation du protocole d'acquisition et une bonne connaissance de la sémiologie normale et pathologique du pelvis féminin selon l'âge et le cycle hormonal. Indications actuelles de la TEP au FDG dans les cancers gynécologiques : cancer du col utérin Évaluation de l'extension ganglionnaire lomboaortique avant radiothérapie. Bilan d'opérabilité avant exentération pelvienne Cancer de l'ovaire. Suspicion de récidive : diagnostic et bilan d'opérabilité d'une récidive isolée. Bilan préopératoire d'une récidive, avant chirurgie mutilante.
Résumé
La médecine nucléaire en oncologie gynécologique comprend des techniques sensibles telles que la scintigraphie osseuse (SO), la technique du ganglion sentinelle (GS) et la tomographie par émission de positrons (TEP). Dans le cancer du sein, la technique du GS reste la référence pour l'extension ganglionnaire. La TEP et la SO sont complémentaires à l'imagerie morphologique dans le bilan d'extension et lors de récidive. Pour les cancers utérins, la combinaison TEP avec l'IRM est performante pour le bilan d'extension locorégional et ganglionnaire. Pour le cancer ovarien, la TEP est indiquée pour détecter la maladie résiduelle, les récidives et avant chirurgie mutilante.