JFR 2012 - 2304 - Les Lésions kystique hépatiques 1e partie

Mis à jour le 05/02/2013 par SFR
Présentation radiologique des lésions kystiques hépatiques
Agnès Rode
Objectifs
Messages à retenir
Devant une tumeur kystique hépatique :
le diagnostic repose sur l'analyse radiologique en IRM et en échographie avec contraste ;
le contenu hémorragique en IRM est plutôt un argument en faveur d'un kyste biliaire compliqué ;
une paroi épaisse et des lésions multiples doivent faire évoquer des métastases kystisées ou nécrotiques ;
la présence d'un réhaussement pariétal ou de nodules muraux n'est pas en faveur d'un kyste biliaire remanié mais d'un cystadénome biliaire ;
les kystes péribiliaires sont caractérisés par leur topographie péribilaire et leur développement fréquent dans un contexte de cirrhose.
Résumé
Le diagnostic étiologique des lésions kystiques hépatiques repose sur l'analyse de leur nombre, de leur présentation en échographie sans et avec contraste ( EC) ainsi qu'en IRM. Les kystes biliaires atypiques seront abordés en détail en raison de leur fréquence. L'IRM est un examen déterminant dans l'analyse de leurs contours et d'éventuelles cloisons endokystiques ainsi que dans la démonstration de leur caractère hémorragique. Le diagnostic différentiel principal d'un kyste biliaire atypique est le cystadénome biliaire qui s'en distingue par la présence de cloisons se réhaussant après injection de produit de contraste en IRM et en EC. La découverte de nodules muraux et de remaniements hémorragiques est en faveur d'une transformation en cystadénocarcinome. Les métastases hépatiques à forme kystique ( préférentiellement de mélanome, de tumeur endocrine, épidermoide …), les CHC à forme nécrotique… peuvent poser le problème de leur nature si leur contingent tissulaire est inexistant et leur paroi fine et régulière. Les hamartomes biliaires correspondent à des anomalies de la plaque ductale et se présentent comme de multiples microkystes épars dans le foie. Les kystes péribiliaires sont de topographie périhilaire, ils correspondent à une destruction ischémique des canaux des glandes péribiliaires et se rencontrent sur un terrain d'hypertension portale, d'angiocholite ...