JFR 2011 - 4304 - Présentation radiologique des tumeurs hépatiques bénignes 3e partie

Mis à jour le 22/03/2012 par SFR
Diagnostic et prise en charge des hyperplasies nodulaires focales
M CUILLERON, J BALIQUE
Objectifs
Messages à retenir
L'hyperplasie nodulaire focale touche principalement les femmes entre 20 et 50 ans. Cette lésion est généralement unique, mais peut s'associer (20 à 30% des cas) aux autres lésions hépatocytaires bénignes (angiome ou adénome). Il existe une sémiologie typique en imagerie. La résection hépatique n'est proposée que lorsque le diagnostic est incertain après réalisation d'une PBH ou dans les formes compliquées ou symptomatiques. Les complications sont exceptionnelles : il peut s'agir de rupture ou d'hémorragie, mais il n'y a pas de cancérisation.
Résumé
L'hyperplasie nodulaire focale est la deuxième tumeur hépatique bénigne et touche principalement les femmes entre 20 et 50 ans. C'est une lésion bien limitée, sans capsule, généralement unique, comportant une cicatrice centrale. Il n'existe pas de preuve du rôle des contraceptifs oraux sur la taille ou le nombre des lésions. En Echo-Doppler, la lésion est le plus souvent homogène, hypo ou isoéchogène avec une vascularisation centrale. En échographie de contraste le remplissage est centrifuge avec une prise de contraste homogène. En IRM l'intensité du signal de la lésion avant injection est proche du foie. La cicatrice centrale est hyperintense en T2. Le diagnostic en imagerie ne peut être porté que si la lésion est typique. Généralement asymptomatique, elle peut plus rarement entraîner des douleurs. Parfois il existe une augmentation de taille de la lésion au cours du temps. Dans ces cas atypiques, une biopsie est indiquée, des prélèvements en foie sain devront alors être réalisés. Le diagnostic différentiel se pose avec les lésions hypervasculaires (adénome,CHC fibrolamellaire ou non, métastases hypervasculaires). Les complications sont exceptionnelles, il n'y a pas de cancérisation.