JFR 2011 - 4304 - Présentation radiologique des tumeurs hépatiques bénignes 2e partie

Mis à jour le 22/03/2012 par SFR
Les adénomes hépatiques
A RODE, AF MANICHON
Objectifs
Messages à retenir
Les adénomes hépatiques ont une présentation radiologique très polymorphe. L'IRM est l'examen de choix, permettant d'en faire le décompte exhaustif, en particulier en cas d'adénomatose (plus de 10 lésions). On distinguera les adénomes stéatosiques, caractérisés par leur surcharge stéatosique diffuse et homogène, et leur faible réhaussement après injection, les adénomes telangiectasiques reconnaissables par leur rehaussement intense et prolongé, leur hyperintensité T2 marquée, et les adénomes atypiques, sans caractère radiologique particulier. Les adénomes de taille supérieure à 5 cm exposent au risque de complications hémorragiques ou de transformation en carcinome hépato- cellulaire.
Résumé
Les adénomes se différencient de l'hyperplasie nodulaire focale par leur moins grande fréquence et par un risque potentiel évolutif vers la transformation maligne ou hémorragique. Leur présentation radiologique est relativement polymorphe, mais la découverte récente de mutations génétiques permet de les classer en plusieurs sous-groupes avec une présentation radiologique et un génie évolutif différent. Trois types se dégagent : les adénomes inflammatoires ou telangiectasiques, reconnaissables en IRM par leur hyperintensité spontanée T1, leur rehaussement intense et prolongé dans le temps, leur hyperintensité T2 franche et homogène. De par leur grande richesse histologique en telangiectasies, ils exposent plus facilement au risque de complication hémorragique. Les adénomes stéatosiques (mutation HNF1), présentant une surcharge graisseuse diffuse et homogène facilement mise en évidence par l'IRM. Le groupe avec mutation de la -caténine, sans presentation radiologique particulière, mais avec un risque accru de transformation en carcinome hépato- cellulaire, tout particulièrement chez l'homme. L'enjeu du radiologue est donc non seulement de différencier l'adénome d'une hyperplasie focale, mais aussi de determiner les adénomes “ à risque”, de taille supérieure à 5 cm, à forme telangiectasique, ou mutés -caténine, pour en discuter leur prise en charge chirurgicale.