JFR 2010 - 3302 - Imagerie des petites masses rénales, 2e partie

Mis à jour le 29/06/2011 par SFR
Caractérisation des petites masses kystiques du rein
O HÉLÉNON, E DEKEYSER, S MERRAN, D EISS, JM CORREAS
Messages à retenir
Connaître la définition d'une petite masse rénale kystique. Connaître la place diagnostique et les limites de l'échographie. Connaître la classification de Bosniak et son champ d'application. Connaître les limites de la TDM dans le diagnostic des petites masses kystiques. Savoir identifier les masses kystiques inclassables en TDM. Connaître les indications et les résultats de l'IRM.
Résumé
Les petites masses rénales les plus fréquentes sont kystiques. Le plus souvent l'échographie est suffisante pour le diagnostic d'un petit kyste simple. L'examen de référence pour la caractérisation d'une petite masse rénale kystique est le scanner en coupes fines, sans et avec injection de contraste, comportant au moins deux temps après injection. La caractérisation repose sur la classification de Bosniak. La classification de Bosniak s'applique dans le cas des masses kystiques supracentimétriques non urothéliales, non infectieuses ou parasitaires et non inflammatoires. L'IRM offre des performances équivalentes à celles du scanner et peut, dans certains cas, apporter des éléments de caractérisation diagnostique devant une petite masse kystique de catégorie IIF ou restée indéterminée en scanner. L'échographie de contraste est une technique émergente prometteuse dans le diagnostic d'une petite masse kystique en raison de sa grande sensibilité dans la détection d'une néovascularisation. La biopsie ou la ponction guidées n'ont pas d'indication dans le diagnostic étiologique d'une petite masse kystique.