Espace membre

Vous n'êtes pas membreAdhérez

JFR 2010 - 2144 - Imagerie de l'insuffisance rénale, 2e partie

Mis à jour le 27/05/2011 par SFR
Insuffisance rénale et maladies kystiques
JM CORREAS, O HELENON
Objectifs
Connaître le rôle de l'échographie et du Doppler en cas d'insuffisance rénale. Connaître la place des différents examens d'imagerie pour le diagnostic étiologique de l'insuffisance rénale. Connaître l'apport de l'échographie de contraste dans le diagnostic des causes vasculaires. Connaître les limites de l'utilisation des produits de contraste iodés, paramagnétiques et échographiques en cas d'insuffisance rénale.
Messages à retenir
L'échographie est l'examen de première intention devant une insuffisance rénale aiguë ou chronique. L'examen Doppler des vaisseaux rénaux (pédiculaire et intra rénaux) permet d'orienter rapidement le diagnostic étiologique d'une insuffisance rénale. La TDM et l'IRM ont un intérêt plus limité car en raison de la toxicité des agents de contraste et de leur accès plus restreint dans le cadre de l'urgence.
Résumé
L'imagerie joue un rôle essentiel au cours de l'insuffisance rénale, participant au diagnostic différentiel entre les formes aiguës et chroniques ainsi qu'au diagnostic étiologique. Au cours de l'insuffisance rénale aiguë (IRA), l'échographie constitue l'examen de première intention et montre des reins de taille normale ou modérément augmentée. Elle analyse la voie excrétrice à la recherche d'une dilatation, qui n'est pas synonyme d'obstruction. En l'absence de néphropathie chronique, seule l'atteinte bilatérale ou sur rein unique fonctionnel peut entraîner une IRA. Les enregistrements spectraux des artères interlobaires sont normaux en cas de cause pré-rénale ou de glomérulonéphrite alors qu'ils sont très augmentés dans les nécroses tubulaires aiguës et les IRA d'origine interstitielle ou microvasculaire. Le Doppler couleur et surtout l'échographie de contraste ou l'IRM permettent le diagnostic des infarctus rénaux et des nécroses corticales. Dans l'IRC, l'échographie retrouve des reins de taille diminuée avec une atrophie corticale, sauf en cas de glomérulopathie diabétique ou d'amylose rénale. A un stade plus tardif, la taille des reins diminue et le cortex devient hyperéchogène. Le caractère disharmonieux de l'atrophie oriente vers une cause infectieuse. L'examen Doppler joue un rôle essentiel pour le diagnostic des sténoses et des occlusions de l'artère rénale. La polykystose rénale est facilement identifiée devant des reins volumineux et comportant de très nombreux kystes de taille variable.