JFR 2010 - 2101 - Les pièges diagnostiques en imagerie gynécologique, 3e partie

Mis à jour le 27/06/2011 par SFR
Caractérisation des lésions ovariennes en IRM : éviter les pièges
S TAIEB, N ROCOURT, F NARDUCCI, A CHEVALIER, MC BARANZELLI, L CEUGNART
Messages à retenir
L'IRM est un examen de deuxième intention dans la caractérisation des tumeurs de l'ovaire. La réalisation de séquences en pondération T1 et T2 sans saturation de graisse et l'injection dynamique de contraste est l'association la plus performante pour étayer le diagnostic de nature tumorale. Les séquences en saturation de graisse permettent de différencier les lésions endométriosiques des tératomes. Savoir suspecter une lésion borderline ou néoplasique permet d'adresser d'emblée les patientes dans un circuit de prise en charge adaptée.
Résumé
Le dogme de la chirurgie systématique des lésions organiques de l'ovaire est toujours d'actualité. Néanmoins, adresser à une équipe spécialisée dans leur prise en charge, les lésions malignes de l'ovaire permet d'améliorer la survie des patientes. Le rôle de l'imagerie est donc de caractériser les masses annexielles afin de pouvoir prendre en charge de manière optimum les patientes. L'IRM est réalisée secondairement, pour préciser la probabilité de malignité, quand l'échographie doppler de première intention ne le permet pas. Les séquences de bases sont les séquences en pondération T2 et T1 sans saturation de graisse. On s'aidera des séquences en pondération T1 avec saturation de graisse pour différencier les composants graisseux ou sanguins des tumeurs dermoïdes et des kystes endométriosiques. Après injection, réalisée au mieux en dynamique, il sera possible de suspecter : une zone d'immaturité dans un kyste dermoïde, une lésion endométriosique néoplasique, une tumeur border-line nécessitant chez une femme jeune une préservation de la fertilité, une lésion mucineuse en indiquant à l'histologiste la zone de dédifférenciation sur laquelle devra porter en priorité l'analyse extemporanée ou un épithelioma ovarien avec déjà des signes d'extension péritonéale nécessitant une exploration complète de la cavité abdominale et une prise en charge en milieu spécialisé.