JFR 2011 - 1342 - Anatomie ostéo-articulaire autour de la hanche 1e partie

Mis à jour le 06/06/2012 par SFR
Le muscle psoas : de la connaissance anatomique aux applications cliniques
T HAUMONT
Objectifs
Connaître l'anatomie du psoas et ses rapports pour appréhender sa fonction et les pathologies le concernant ou l'impliquant au niveau abdominal, pelvien ou à la racine de la cuisse. Connaître le rôle du psoas au cours de la marche et en statique pour mieux comprendre les signes cliniques d'appel lors de son atteinte. Connaître les étiologies possibles d'un psoïtis pour mieux cibler les examens complémentaires.
Messages à retenir
Le psoas est en rapport avec le rein, l'intestin, la colonne lombale, l'articulation sacro-iliaque, le nerf fémoral et le cotyle. Le psoïtis peut avoir une étiologie intrinsèque ou extrinsèque (origine rénale, intestinale ou ostéoarticulaire). L'échographie représente un examen de choix, au moins de débrouillage, dans le diagnostic différentiel lors d'un psoïtis.
Résumé
Le muscle psoas est pluriarticulaire maintenant la lordose lombaire et l'antéversion pelvienne. Il se contracte en fin de phase d'appui et en début de phase d'oscillation lors de la marche. Une boiterie du psoas limite l'extension de hanche, s'aggrave sur la pointe des pieds et se réduit sur les talons. Le psoïtis peut être d'origine rénale (abcès, phlégmon rénaux), intestinale (Crohn, appendicite rétrocoecale, diverticulite, colite), ou ostéo-articulaire (spondilodisciite, sacro iliite, conflit PTH). Parmi les pathologies intrinsèques du muscle psoas figurent l'hématome, l'abcès du psoas et l'apophysite du petit trochanter. Les rapports du psoas avec le nerf fémoral expliquent les complications potentielles après arthrographie de hanche par voie antérieure.